SŌTATSU NONOMURA (XVIIe s.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Sōtatsu-hōkyō

En 1630, Sōtatsu se consacra aux copies du Saigyō monogatari (histoire des errances du poète Saigyō, 1118-1190, à travers la campagne japonaise), d'après des rouleaux du xvie siècle. Ces copies avaient été commandées par un membre de l'aristocratie, Karasumaru Mitsuhiro, qui, écrivant le colophon, mentionne l'artiste Sōtatsu-hōkyō (hōkyō, « pont de la loi », vieux titre ecclésiastique décerné par la cour, depuis l'époque Heian, aux peintres de talent).

Sōtatsu avait peut-être reçu ce titre à la suite de la décoration de Yōgen-in, petit sanctuaire rebâti en 1621 par la femme du Shōgun Hidetada, en mémoire de son père Asai Nagamasa. L'artiste orna de motifs animaliers huit shitomi (portes à glissières en bois). Parmi ces motifs, les deux lions traités de face, le corps ondulant en une torsion violente, emplissent presque tout l'espace et semblent jaillir du fond laissé nu, à l'exception de quelques rehauts dorés qui jouent sur les veines du bois. La vigueur de ces représentations n'est pas dépourvue d'un certain humour, humour qui reste sous-jacent dans l'œuvre de Sōtatsu. Outre ces décors animaliers, douze portes à glissières s'ornent de rochers et de pins. La composition y est encore malhabile. L'auteur semble peu habitué à traiter les grandes surfaces, mais ses progrès seront rapides et l'empereur Go-Mizunoo lui commandera, en 1630, trois paravents dont un à décor de pins.

Sōtatsu est, à cette époque, en pleine possession de son talent, ayant acquis sa maîtrise grâce à de nombreuses études à l'encre où il paraît s'être inspiré de la technique de Muqi et de Sesshū. L'artiste inventa peut-être alors le tarashikomi, procédé qui consiste à asperger d'eau les touches d'encre fraîchement posées pour en obtenir des taches en dégradées, technique que l'on retrouve ensuite dans ses peintures en couleurs souvent superposées pour former des harmonies imprévues.

Dès lors se succèdent les grandes compositions, dont la plus ancienne, selon le professeur Yamane, serait la représentation des danses de bugaku que conserve le Daigo-ji. Cinq danses anciennes y sont représ [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : ancien maître de recherche au CNRS, professeure honoraire à l'École du Louvre, chargée de mission au Musée national des arts asiatiques-Guimet

Classification

Autres références

«  SOTATSU NONOMURA ( XVII e s.)  » est également traité dans :

KŌETSU HON.AMI (1558-1637)

  • Écrit par 
  • Madeleine PAUL-DAVID
  •  • 1 229 mots

Dans le chapitre « Les rouleaux décorés »  : […] On ignore quand commença sa collaboration avec Tawaraya Sōtatsu. Il semble que celui-ci ait épousé une cousine du célèbre calligraphe. Il possédait un atelier de peinture ( machi-e ) où l'on fabriquait surtout des éventails. Dès 1605, il avait collaboré avec Suminokura Koan pour lequel il tailla des bois destinés à illustrer un ouvrage imprimé. Il fit le même travail pour certains rouleaux calligr […] Lire la suite

KŌRIN OGATA (1658-1716)

  • Écrit par 
  • Madeleine PAUL-DAVID
  •  • 1 335 mots

Dans le chapitre « Une carrière tardive »  : […] Entre 1699 et 1701, Kōrin décora, à la demande de son frère Kenzan, les poteries créées par ce dernier. Mais il devait déjà être apprécié puisqu'il reçut, en 1701, le titre honorifique d' hōkkyō , que portent la plupart de ses peintures. Selon le professeur Yamane Yuzō, deux œuvres peuvent être attribuées à une époque antérieure. Une peinture à l'encre récemment retrouvée montre Hōtei, l'un des se […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Madeleine PAUL-DAVID, « SŌTATSU NONOMURA (XVIIe s.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 juin 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/sotatsu-nonomura/