SOCIOLOGIE WEBERIENNE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Weber et Marx

En effet, à l'encontre de la vision d'un Weber « anti-Marx » qu'imposa en France son premier introducteur, Raymond Aron (essentiellement pour faire pièce à un marxisme qu'il désigna comme « l'opium des intellectuels » français et qu'il tenta de combattre en utilisant l'arme de la « science allemande », de son prestige et de son autorité, mais aussi de la méconnaissance qu'en avaient ses compatriotes), il faut souligner qu'il revint tout au contraire à Max Weber d'avoir contribué à l'introduction et à la légitimation de Marx dans le monde académique allemand. Dans les toutes dernières années du xixe siècle, il fut, avec Sombart, l'un des premiers universitaires allemands à conseiller à ses étudiants la lecture de cet auteur qui, non seulement pour des raisons politiques, mais aussi parce qu'il avait composé une œuvre importante en marge de la sphère académique, était réputé sulfureux. Weber fut aussi un des premiers, avec le même Sombart, à importer dans le langage technique de la sociologie des concepts « marxistes », à commencer par celui de « capitalisme », qui, jusque là, n'avaient pas droit de cité (pas même pour y être critiqués) dans la langue autorisée d'un corps enseignant pourtant attaché à la réfutation du « matérialisme historique ».

Ce fut là, le décalage historique nous le fait trop souvent oublier aujourd'hui, une des grandes innovations de ces premiers sociologues allemands. Leur rapport au marxisme, mélange de fascination (dans laquelle entrait un goût certain pour la provocation) et d'irréductible distance, fut toujours ambigu mais en tout cas explicite et assumé : la spécificité de ce phénomène devient nettement perceptible si l'on compare cette sociologie allemande avec la sociologie française de la même époque, dans laquelle le nom de Marx est très rarement prononcé.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Isabelle KALINOWSKI, « SOCIOLOGIE WEBERIENNE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/sociologie-weberienne/