BERLUSCONI SILVIO (1936- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Homme politique italien, président du Conseil à trois reprises (1994-1995, 2001-2006, 2008-2011).

Silvio Berlusconi, né à Milan en 1936 dans une famille de la petite-bourgeoisie, se définit comme le « président-entrepreneur ». Diplômé de l'université de droit de Milan en 1961, il a été durant trente ans un des principaux chefs d'entreprise de la péninsule, avant de devenir un homme politique de premier plan.

À la sortie de l'université, Berlusconi s'exerce un temps comme chansonnier sur des bateaux de croisière, en compagnie de son fidèle ami Fedele Confalonieri. Ce dernier, toujours proche de lui, deviendra le stratège puis le numéro deux de son groupe quand Berlusconi entrera en politique.

Dans le contexte du « miracle » économique italien, Berlusconi commence sa vie professionnelle comme vendeur, faisant du porte-à-porte pour placer des appartements sur plans. En 1962, il devient agent immobilier puis promoteur de centres résidentiels dans la périphérie de Milan. C'est avec la création d'un quartier de luxe, situé à Segrate (Milano 2 et 3), qu'il commence à faire fortune. Comme tout condottiere, il s'identifie à sa ville et même à son équipe de football, en devenant, en 1986, le président du prestigieux club de football du Milan A.C. Originaire de cette ville, son ami Bettino Craxi, secrétaire général du Parti socialiste pendant quinze ans – et chef du gouvernement de 1983 à 1987 –, apporte un soutien sans faille à Berlusconi au moment où celui-ci construit son empire médiatique. En 1977, il a été fait chevalier du travail par le président de la République, d'où son surnom « Il Cavaliere ». L'année suivante, il adhère à la loge secrète P2.

Après l'immobilier, Berlusconi se lance dans l'aventure télévisuelle en profitant de la dérégulation audiovisuelle et devient Sua Emittenza (amalgame entre eminenza et emittenza, « émetteur »). En septembre 1974, il crée une télévision locale par câble, Telemilano. Peu après, il fonde, avec Marcello dell'Utri, la société Fininvest, qui devient en 1979 la holding du groupe qu'il dirige. En mai 1978, la station locale Telemilano est transformée en un émetteur hertzien régional qui diffuse sur la Lombardie, puis s'étend à l'Italie du Nord. Dans le « far west hertzien », Telemilano devient en 1980 Canale 5, son premier réseau national de télévision privée. Peu après, Berlusconi achète à des éditeurs italiens en difficulté deux autres réseaux, ceux d'Italia 1 et de Rete 4. En 1984, son groupe audiovisuel est constitué, avec trois chaînes nationales capables de « contre-programmer » celles de la RAI, société publique. Il se lance alors dans l'internationalisation de ses activités et exporte sa télévision commerciale en France avec La Cinq, en Allemagne avec Telefünf, et en Espagne avec Telecinco. En 1990, il reprend la grande maison d'édition Mondadori, devient le premier éditeur italien de livres et magazines, contrôlant 40 p. 100 du marché publicitaire. À la fin de 1991, la Fininvest est le deuxième groupe privé italien avec quarante mille salariés, mais il est très endetté et ne réussit pas son internationalisation. L'accumulation de ces difficultés est une des raisons de l'entrée du Cavaliere en politique.

Les années 1992-1993 sont dramatiques pour l'Italie : la Mafia mène une offensive contre l'État, alors que l'opération judiciaire Mani Pulite (Mains propres), destinée à lutter contre la corruption, atteint tous les partis et s'étend aux entreprises. En 1993, profitant du vide politique créé par cette enquête, Berlusconi abandonne la direction de la Fininvest et se lance en politique. Il fonde et dirige un parti de centre droit, Forza Italia, formé à partir de sa régie publicitaire. Puis il s'allie, dans la Maison des Libertés, avec Alleanza nazionale (Alliance nationale), le parti de Gianfranco Fini, la Lega Nord (Ligue du Nord) d'Umberto Bossi et un petit parti démocrate-chrétien.

Aux législatives de mars 1994, son parti recueille plus de huit millions de voix et sa coalition enlève la majorité à la Chambre. Après cette victoire éclair, Berlusconi devient président du Conseil en mai, pour sept mois. Il est contraint de démissionner en décembre, après le dépôt d'une motion de censure par la Ligue du Nord, son alliée. Alors que beaucoup parient sur son retrait du champ politique, Berlusconi entame une « traversée du désert  [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : professeur de sciences de l'information et de la communication à l'université de Rennes-II

Classification

Autres références

«  BERLUSCONI SILVIO (1936- )  » est également traité dans :

LE CAÏMAN (N. Moretti)

  • Écrit par 
  • Jean A. GILI
  •  • 1 075 mots

Après La Chambre du fils , palme d'or au festival de Cannes en 2001, Nanni Moretti s'accorde un moment de réflexion. S'investissant dans l'activité politique – dans le film d'Ettore Scola, Gente di Roma (2004), on le voit prendre la parole lors du grand rassemblement populaire de septembre 2002, piazza San Giovanni –, le cinéaste n'entreprend véritablement la préparation d'un nouveau film qu'en […] Lire la suite

CIAMPI CARLO AZEGLIO (1920-2016)

  • Écrit par 
  • Alessandro GIACONE
  •  • 922 mots

À travers les diverses fonctions qu’il a occupées, Carlo Azeglio Ciampi a profondément marqué la vie de l’Italie contemporaine. Né à Livourne (Toscane) le 9 décembre 1920, il fait des études de lettres à l’École normale de Pise. Mobilisé en 1941, il rejoint l’armée italienne en Albanie. Le 8 septembre 1943, il se trouve en permission en Italie lorsqu’il apprend la signature de l’armistice. Il déci […] Lire la suite

ITALIE - La vie politique depuis 1945

  • Écrit par 
  • Geneviève BIBES, 
  • Marc LAZAR
  • , Universalis
  •  • 31 399 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « La troisième législature de Silvio Berlusconi  »  : […] Aux élections de 2008, l’abstention bat un nouveau record (19,6 p. 100 pour la Chambre des députés). Le centre droit l’emporte largement (46,8 p. 100 des suffrages à la Chambre, 47,3 p. 100 au Sénat), le P.D.L. obtenant 37,4 p. 100 des voix (à la Chambre) et la Ligue du Nord progressant nettement (8,3 p. 100 à la Chambre). Le P.D. est défait (33,2 p. 100 des suffrages à la Chambre) et l’Italie des […] Lire la suite

MONTI MARIO (1943- )

  • Écrit par 
  • Marc LAZAR
  •  • 1 117 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un acteur influent du monde économique »  : […] Mario Monti est né en Lombardie le 19 mars 1943. Il est connu, avant sa prise de fonction le 16 novembre 2011, pour quatre activités principales. C'est d'abord un économiste, spécialisé dans l'étude de la monnaie et des banques. Après ses études à la prestigieuse université de la Bocconi à Milan, il y devient professeur, puis il en est recteur de 1989 à 1994 et enfin président. Ensuite, il assume […] Lire la suite

MORETTI NANNI (1953- )

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 2 424 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'intime et le politique »  : […] Caro diario ( Journal intime , 1994), comme son titre l'indique, pousse à l'extrême le principe d'un cinéma d'autant plus politique qu'il est personnel, Michele laissant désormais place sur l'écran à Nanni Moretti en personne, ajoutant à ses expériences antérieures la chronique d'une maladie qui, après bien des aléas, se révélera être un cancer. Le « cinéma à la première personne » se conjugue au […] Lire la suite

POPULISME

  • Écrit par 
  • Pierre-André TAGUIEFF
  •  • 8 424 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Télépopulisme : le modèle italien »  : […] Le bon démagogue de la postmodernité est le tribun télégénique, occupant l'espace de la « vidéopolitique ». Ne peut-on voir dans l'emprise croissante du pouvoir télévisuel qui lie les uns aux autres des individus de plus en plus isolés, toute proximité et toute distance étant en même temps abolies, quelque chose comme la confirmation imprévue de la thèse de Hannah Arendt selon laquelle « seuls de […] Lire la suite

SAVIANO ROBERTO (1979- )

  • Écrit par 
  • Eric JOZSEF
  •  • 1 236 mots

La carrière littéraire de Roberto Saviano, journaliste et écrivain, débute en 2006 avec la publication de son ouvrage Gomorra , récit documentaire sur la camorra, la mafia napolitaine. Le livre rencontre un énorme succès populaire, transformant son auteur en figure morale de l'Italie mais aussi en cible pour les sicaires de la criminalité organisée. Né le 22 septembre 1979 à Naples dans une famill […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre MUSSO, « BERLUSCONI SILVIO (1936- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 septembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/silvio-berlusconi/