NEHER ANDRÉ (1914-1988)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrivain et théologien français, né à Obernai (Bas-Rhin). André Neher a été titulaire de la chaire d'études hébraïques à l'université de Strasbourg (1955-1974) et a enseigné aussi à l'université de Tel-Aviv. En 1973, il s'établit définitivement à Jérusalem. Penseur éminent, mais aussi homme engagé, il a été, à partir de 1965, président de la section française du Congrès juif mondial et des colloques annuels des intellectuels juifs de langue française. Son œuvre peut être considérée comme la reprise existentielle permanente et comme le commentaire approfondi en termes et en concepts contemporains des grands thèmes de la tradition juive. En témoignent les titres de ses premiers ouvrages : Transcendance et Immanence (avec Richard Neher), 1946 ; Amos, contribution à l'étude du prophétisme, 1950 ; Notes sur Qohélét (l'Écclésiaste), 1951 ; Moïse et la vocation juive (trad. en huit langues), 1956 ; Jérémie, 1960 (2e éd., 1980).

Ces études ont leur explicitation dans deux ouvrages fondamentaux : Histoire biblique du peuple d'Israël (en collaboration avec sa femme, Renée Neher-Bernheim, 1962) et L'Essence du prophétisme (trad. en quatre langues), 1955 ; 2e et 3e éd., 1972 et 1980. L'Histoire biblique du peuple d'Israël embrasse l'ensemble de l'époque biblique et la met en regard de la pensée juive contemporaine, à la fois historique et théologique. Dans L'Essence du prophétisme, Neher met en perspective les prophétismes non bibliques et les prophétismes bibliques, celui d'Abraham, de Moïse, et des prophètes dits scripturaires. Dialogue du divin et de l'humain, la prophétie n'est « ni contemplation, ni prière, ni anticipation de l'avenir », elle est communication aux autres hommes, même si l'accueil de ceux-ci marque trop souvent le prophète du double signe du « scandale » (comme irruption gênante) et de la « servitude » comme déréliction. Dans la nouvelle introduction à la réédition (1972) de l'ouvrage, Neher note qu'il y a pour la compréhension de la prophétie deux tendances au sein de la pensée juive : l'une « aperçoit dans la p [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Classification


Autres références

«  NEHER ANDRÉ (1914-1988)  » est également traité dans :

ÉCHEC

  • Écrit par 
  • Eliane AMADO LEVY-VALENSI
  •  • 5 079 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Échec et projet »  : […] La névrose d'échec elle-même, dans son projet aliéné, témoigne d'une intention obstinée. La guérison, Carl Gustav Jung l'a bien vu, ne consiste pas à supprimer la névrose, mais à la convertir. L'échec, occasionnel ou répété, est l'envers d'une émergence confuse que la psyché s'obstine à nier, mais qui, sans cesse, la traverse. La névrose parfois dévoile son sens – en filigrane ou à travers le déc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/echec/#i_51015

Pour citer l’article

« NEHER ANDRÉ - (1914-1988) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/andre-neher/