SEXTUS EMPIRICUS (2e moitié IIe-déb. IIIe s.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Du philosophe sceptique grec Sextus Empiricus on possède trois grandes œuvres : les Hypotyposes pyrrhoniennes en six livres ; le traité Contre les professeurs (Adversus mathematicos) en trois livres (contre les grammairiens, contre les rhéteurs, contre les géomètres, contre les arithméticiens, contre les astrologues, contre les musiciens) ; le traité Contre les dogmatiques en cinq livres (contre les logiciens, contre les physiciens et contre les moralistes). Ces ouvrages constituent essentiellement une réfutation des philosophes dogmatiques, c'est-à-dire des stoïciens et, dans cette perspective, représentent une mine précieuse de documents (à utiliser d'ailleurs de manière critique) concernant la philosophie antique, tout spécialement le stoïcisme. Mais ils contiennent aussi d'intéressants exposés de la doctrine sceptique elle-même. Celle-ci consiste à atteindre la suspension du jugement (épochê) et la quiétude de l'âme (ataraxia), en acceptant les représentations sensibles (phantasiai) telles qu'elles sont, sans rien affirmer sur l'essence de la représentation. Sextus souligne notamment la liaison qui existe entre l'école de médecins appelée « méthodisme » et le scepticisme. Le méthodisme s'en tient aux maladies telles qu'elles se présentent, sans se prononcer sur leurs causes cachées : les phénomènes pathologiques fournissent par eux-mêmes des indices suffisants pour le choix de tel ou tel remède. Sextus Empiricus rapporte les dix modes selon lesquels, d'après le sceptique Enésidème, on pouvait réaliser la suspension du jugement. Cet ensemble d'arguments fut exploité par le courant sceptique moderne, de Montaigne à Bayle.

—  Pierre HADOT

Écrit par :

Classification


Autres références

«  SEXTUS EMPIRICUS (2 e moitié II e -déb. III e s.)  » est également traité dans :

SCEPTICISME

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DUMONT
  •  • 7 740 mots

Dans le chapitre « Données historiques »  : […] Le fondateur du scepticisme grec est Pyrrhon (fin du iv e  s. av. J.-C.). Il n'a laissé aucun écrit philosophique. Né à Élis, petit bourg du Péloponnèse, il y vécut d'abord comme peintre, puis se convertit à la philosophie, principalement sous l'influence d'Anaxarque, un abdéritain, en compagnie duquel il suivit Alexandre le Grand lors de la campa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/scepticisme/#i_7961

Pour citer l’article

Pierre HADOT, « SEXTUS EMPIRICUS (2e moitié IIe-déb. IIIe s.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/sextus-empiricus/