PROKOFIEV SERGE (1891-1953)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La période soviétique (1933-1953)

En décembre 1932, Prokofiev choisit de se fixer en Union soviétique. Il reçoit rapidement des commandes d'État : Lieutenant Kijé, une partition destinée au film de Feinzimmer, dont il tirera une suite d'orchestre (1933), le conte pour enfants Pierre et le loup (1936), Roméo et Juliette (1935-1938) qui marque les débuts de sa collaboration avec les ballets soviétiques. En 1937, il obtient sans trop de difficulté la citoyenneté soviétique (il avait, en effet, quitté son pays natal avec l'autorisation des autorités légales et, à ce titre, n'avait pas de statut de réfugié lorsqu'il vivait en Occident). L'année suivante, il effectue sa dernière tournée aux États-Unis. Le régime stalinien commence alors à se durcir et l'emprise du pouvoir ne cesse de s'affirmer dans le domaine artistique. Sa Cantate pour le XXe anniversaire de la révolution (1937) est refusée par la censure car les textes des grands théoriciens (Marx, Lénine...) ne doivent pas être mis en musique ! En 1938, il collabore avec Eisenstein au film Alexandre Nevski dont il tire une cantate. L'année suivante voit la naissance de son premier opéra soviétique, Siméon Kotko, inspiré des événements de la guerre civile en Ukraine.

En 1940, il rencontre sa future compagne, la poétesse Myra Mendelssohn, qu'il ne pourra pas épouser, n'ayant jamais divorcé de Lina Llubera. Elle jouera un rôle essentiel dans l'orientation dramatique et le choix des livrets de ses deux prochaines œuvres lyriques avant d'être condamnée, en 1946, à huit ans de camp de travail. Tous deux élaborent le texte d'un opéra-comique d'après La Duègne de Sheridan : Les Fiançailles au couvent (1940). Puis Prokofiev s'attaque à une réalisation monumentale, qui l'occupera pendant plus de dix ans, un opéra d'après Guerre et paix de Tolstoï (1941-1952). Pendant la guerre, il est évacué dans le Caucase, comme la plupart des intellectuels. Il travaille à un nouveau film d'Eisenstein, Ivan le Terrible (1945), dont le premier épisode est couronné du prix Staline et le second censu [...]


Médias de l’article

Prokofiev, Chostakovitch et Khatchatourian

Prokofiev, Chostakovitch et Khatchatourian
Crédits : AKG

photographie

Serge Lifar et Lubov Tchernicheva

Serge Lifar et Lubov Tchernicheva
Crédits : Hulton Getty

photographie



1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : chef d'orchestre, musicologue, producteur à Radio-France

Classification


Autres références

«  PROKOFIEV SERGE (1891-1953)  » est également traité dans :

MIASKOVSKI NIKOLAÏ IAKOVLEVITCH (1881-1950)

  • Écrit par 
  • Pierre-É. BARBIER
  •  • 972 mots

Né à Novogueorguievsk, près de Varsovie, le 20 avril 1881, d'un père ingénieur militaire, Miaskovski était voué à suivre l'exemple paternel. Parallèlement à ses études au Collège des cadets de Nijni-Novgorod, puis à celui de Saint-Pétersbourg, il prend des cours de violon et de piano. Officier en 1902 et envoyé à Moscou, il poursuit sa formation musicale avec Reinhold Glière, puis, en 1904, de ret […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nikolai-iakovlevitch-miaskovski/#i_29172

PARLANT (CINÉMA) - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Michel CHION
  •  • 3 247 mots

1899 États-Unis. Th e Astor Tramp , « picture song » de Thomas Edison. Bande filmée destinée à être accompagnée d'une chanson chantée en salle (derrière l'écran) par des artistes invités. 1900 France. Présentation par Clément Maurice du Phono-Cinéma-Théâtre à l’'Exposition universelle. Au programme, une scène d' Ham l et interprétée par Sarah Bernhardt, une autre de Cyrano de Bergerac avec C […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/parlant-cinema-reperes-chronologiques/#i_29172

PIANO

  • Écrit par 
  • Daniel MAGNE, 
  • Alain PÂRIS
  •  • 4 365 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Musique française et écoles nationales »  : […] Sans ignorer l'apport lisztien, l'école française s'oriente au xix e siècle dans des voies différentes : Alkan choisit la description, Saint-Saëns les lignes dépouillées du classicisme et la virtuosité à l'état pur, Franck transpose au piano la richesse polyphonique de l'orgue en conservant l'écriture cyclique qui lui est chère ( Prélude, choral et fugue ), Chabrier préfère la truculence et l'in […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/piano/#i_29172

Pour citer l’article

Alain PÂRIS, « PROKOFIEV SERGE - (1891-1953) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/serge-prokofiev/