Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

PROKOFIEV SERGE (1891-1953)

La période soviétique (1933-1953)

En décembre 1932, Prokofiev choisit de se fixer en Union soviétique. Il reçoit rapidement des commandes d'État : Lieutenant Kijé, une partition destinée au film de Feinzimmer, dont il tirera une suite d'orchestre (1933), le conte pour enfants Pierre et le loup (1936), Roméo et Juliette (1935-1938) qui marque les débuts de sa collaboration avec les ballets soviétiques. En 1937, il obtient sans trop de difficulté la citoyenneté soviétique (il avait, en effet, quitté son pays natal avec l'autorisation des autorités légales et, à ce titre, n'avait pas de statut de réfugié lorsqu'il vivait en Occident). L'année suivante, il effectue sa dernière tournée aux États-Unis. Le régime stalinien commence alors à se durcir et l'emprise du pouvoir ne cesse de s'affirmer dans le domaine artistique. Sa Cantate pour le XXe anniversaire de la révolution (1937) est refusée par la censure car les textes des grands théoriciens (Marx, Lénine...) ne doivent pas être mis en musique ! En 1938, il collabore avec Eisenstein au film Alexandre Nevski dont il tire une cantate. L'année suivante voit la naissance de son premier opéra soviétique, Siméon Kotko, inspiré des événements de la guerre civile en Ukraine.

En 1940, il rencontre sa future compagne, la poétesse Myra Mendelssohn, qu'il ne pourra pas épouser, n'ayant jamais divorcé de Lina Llubera. Elle jouera un rôle essentiel dans l'orientation dramatique et le choix des livrets de ses deux prochaines œuvres lyriques avant d'être condamnée, en 1946, à huit ans de camp de travail. Tous deux élaborent le texte d'un opéra-comique d'après La Duègne de Sheridan : Les Fiançailles au couvent (1940). Puis Prokofiev s'attaque à une réalisation monumentale, qui l'occupera pendant plus de dix ans, un opéra d'après Guerre et paix de Tolstoï (1941-1952). Pendant la guerre, il est évacué dans le Caucase, comme la plupart des intellectuels. Il travaille à un nouveau film d'Eisenstein, Ivan le Terrible (1945), dont le premier épisode est couronné du prix Staline et le second censuré. Il ne sera présenté qu'en 1958.

Prokofiev trouve parmi les jeunes interprètes soviétiques les propagateurs d'une musique moins officielle : Sviatoslav Richter crée les sixième et septième sonates pour piano (1943) avant de recevoir en dédicace la neuvième qui sera créée en 1949 ; Emil Guilels crée la huitième (1944) ; Prokofiev transcrit à l'intention de David Oïstrakh sa sonate pour flûte et piano qui devient la seconde sonate pour violon et piano (1943-1944). En 1945, il compose la cinquième symphonie et le ballet Cendrillon. L'année suivante, il se voit assigné à résidence à Nikolina Gora, non loin de Moscou. Il ne pourra se rendre dans la capitale que pour les exécutions de ses œuvres, généralement des partitions de circonstance. Cette soumission au régime ne le tient pas à l'écart des foudres du décret de 1948 attaquant le formalisme des compositeurs soviétiques ; il est particulièrement visé pour Guerre et paix, dont une première version avait été représentée à Leningrad en 1946. Il travaille à un nouvel opéra, Histoire d'un homme véritable, qui traite de l'héroïsme du pilote Alexeï Meresiev pendant la Seconde Guerre mondiale : la seule exécution (privée) donnée du vivant de Prokofiev soulève une opposition unanime. Il faudra attendre la déstalinisation pour voir cet opéra représenté (1960). Avec l'oratorioLa Garde de la paix (1950) et le poème symphonique La Rencontre de la Volga et du Don (pour l'inauguration du canal reliant les deux fleuves en 1951), il retrouve les faveurs des autorités. Il pourra passer ses derniers hivers à Moscou : en 1952, il remanie, à l'intention de Rostropovitch, son concerto pour violoncelle op. 33 (1933-1938) qui devient[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : chef d'orchestre, musicologue, producteur à Radio-France

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Prokofiev, Chostakovitch et Khatchatourian

Prokofiev, Chostakovitch et Khatchatourian

Serge Lifar et Lubov Tchernicheva

Serge Lifar et Lubov Tchernicheva

Autres références

  • MIASKOVSKI NIKOLAÏ IAKOVLEVITCH (1881-1950)

    • Écrit par Pierre-É. BARBIER
    • 953 mots

    Né à Novogueorguievsk, près de Varsovie, le 20 avril 1881, d'un père ingénieur militaire, Miaskovski était voué à suivre l'exemple paternel. Parallèlement à ses études au Collège des cadets de Nijni-Novgorod, puis à celui de Saint-Pétersbourg, il prend des cours de violon et de ...

  • PARLANT (CINÉMA) - (repères chronologiques)

    • Écrit par Michel CHION
    • 3 201 mots

    1899 États-Unis. The Astor Tramp, « picture song » de Thomas Edison. Bande filmée destinée à être accompagnée d'une chanson chantée en salle (derrière l'écran) par des artistes invités.

    1900 France. Présentation par Clément Maurice du Phono-Cinéma-Théâtre à l’'Exposition universelle....

  • PIANO

    • Écrit par Daniel MAGNE, Alain PÂRIS
    • 4 343 mots
    • 15 médias
    ...rythmes nouveaux, Stravinski propose un piano virtuose et percutant (Petrouchka) avant de se tourner vers un néoclassicisme formel (Sonate, Concertos).Prokofiev suivra son aîné sur le premier terrain, enrichissant son approche d'un lyrisme et d'un sens poétique profonds (9 sonates, 5 concertos).

Voir aussi