MIASKOVSKI NIKOLAÏ IAKOVLEVITCH (1881-1950)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Novogueorguievsk, près de Varsovie, le 20 avril 1881, d'un père ingénieur militaire, Miaskovski était voué à suivre l'exemple paternel. Parallèlement à ses études au Collège des cadets de Nijni-Novgorod, puis à celui de Saint-Pétersbourg, il prend des cours de violon et de piano. Officier en 1902 et envoyé à Moscou, il poursuit sa formation musicale avec Reinhold Glière, puis, en 1904, de retour à Saint-Pétersbourg, avec Ivan Kryzhanovski, qui lui fait découvrir Debussy et l'impressionnisme. Il n'entre au Conservatoire qu'à vingt-cinq ans et suit les classes de Vitol (composition), de Rimski-Korsakov (orchestration) et de Liadov (harmonie). Il s'y lie avec un camarade, de dix ans son cadet, Serge Prokofiev, qui se fait remarquer par ses manières iconoclastes. Comme pianiste-compositeur, il participe aux « Soirées de musique contemporaine » et se familiarise avec le répertoire d'avant-garde que constituent à l'époque (1909-1913) les partitions de Debussy, de Ravel, de Schönberg et de Reger. Il découvre avec Prokofiev le Poème de l'Extase de Scriabine, avouant « ne pas y comprendre une note », lors de sa création, le 19 janvier 1909. Ils déchiffrent à quatre mains les symphonies de Glazounov, d'harmonie plus classique, et la musique contemporaine germanique, Wagner et Richard Strauss. Miaskovski, qui signe souvent Misanthropos dans la revue Muzyka, à laquelle il est attaché comme critique, est sévère dans ses jugements et se fait des ennemis de musiciens de renommée internationale tels que le pianiste Alexandre Siloti, les chefs d'orchestre Oskar Fried et Serge Koussevitzki, et le dangereux éditorialiste qu'est aussi César Cui...

Il commence déjà à douter de ses propres dons de compositeur ; néanmoins il achève ses premiers poèmes symphoniques, Le Silence (1909, d'après Edgar Poe), Alastor ou L'Esprit de [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Pierre-É. BARBIER, « MIASKOVSKI NIKOLAÏ IAKOVLEVITCH - (1881-1950) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/nikolai-iakovlevitch-miaskovski/