SÉCRÉTIONS ANIMALES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Glande exocrine

Glande exocrine
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Cellule de pancréas

Cellule de pancréas
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Nucléotides puriques

Nucléotides puriques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin


Mécanismes cellulaires des processus sécrétoires

L'acte sécrétoire comprend le transport intracellulaire de précurseurs, la synthèse de produits spécifiques, leur stockage éventuel et leur extrusion. S'il y a accumulation du produit néoformé, il est parfois possible de l'identifier par les techniques cytochimiques et de caractériser ainsi la nature de la sécrétion. La présence de cellules dans lesquelles on décèle des quantités notables de mucopolysaccharides acides et de glycoprotéines permet de désigner les unités sécrétrices responsables de la nature muqueuse de la sécrétion, par exemple les portions tubuleuses de la glande sous-maxillaire. Dans les unités sécrétrices des glandes séreuses (pancréas exocrine, cellules principales des glandes gastriques du fundus), les cellules élaborent des grains de sécrétion riches en protéines, précurseurs directs d'enzymes. Certaines glandes dites mixtes présentent des unités sécrétrices muqueuses et séreuses : les glandes sous-maxillaires et sublinguales sont à la fois des fournisseurs de mucus et d'enzymes pour la salive. D'autres cellules glandulaires (glandes sébacées, cortex surrénal) se chargent d'inclusions lipidiques. Dans la médullo-surrénale, les cellules stockent dans des granules des quantités importantes d'adrénaline et de noradrénaline. Il arrive fréquemment que les produits accumulés dans les cellules glandulaires ne correspondent pas au produit biologiquement actif recueilli par le physiologiste dans les canaux excréteurs ; ainsi les grains de zymogène présents dans les cellules principales des glandes fundiques de l'estomac ou dans les cellules du pancréas exocrine contiennent respectivement du pepsinogène ou du chymotrypsinogène et du trypsinogène, c'est-à-dire des protéines qui n'acquièrent leurs propriétés enzymatiques protéolytiques qu'une fois libérées hors de la cellule qui les a élaborées. Dans la glande thyroïde, la thyroglobuline emmagasinée dans la cavité centrale des follicul [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages



Écrit par :

Classification


Autres références

«  SÉCRÉTIONS ANIMALES  » est également traité dans :

ADRÉNALINE

  • Écrit par 
  • Jacques HANOUNE
  •  • 3 562 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Clinique »  : […] L'exploration de la fonction médullo- surrénale est limitée, en routine, à la mesure des quantités d' hormones circulantes ou excrétées dans les urines. La sécrétion totale de noradrénaline et d'adrénaline s'élève habituellement à 10 mg/j. On dose habituellement le principal dérivé urinaire, l'acide vanylmandélique, et les catécholamines méthoxylées (dans les urines) ou libres (dans le sang et le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/adrenaline/#i_16296

ANDROGÈNES

  • Écrit par 
  • Dominique BIDET, 
  • Jean-Cyr GAIGNAULT, 
  • Jacques PERRONNET
  •  • 983 mots

Hormones stéroïdes à dix-neuf atomes de carbone, les androgènes naturels sont biosynthétisés par les gonades, ovaires et testicules (et dans ces derniers par les cellules de Leydig), et par les corticosurrénales (zone réticulée). La testostérone est chez le mâle le principal androgène parmi ceux qui circulent dans le sang. D'activité plus faible et produite en outre à concen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/androgenes/#i_16296

ARACHNIDES

  • Écrit par 
  • Christine ROLLARD
  •  • 3 667 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Caractères distinctifs des arachnides »  : […] Le corps des arachnides est constitué d’une série de segments, disposés les uns à côté des autres, qui illustre la métamérisation (parfois presque totalement disparue chez certains groupes comme les araignées ou les acariens). La zone céphalique n’est pas individualisée et le corps se divise en deux régions : à l’avant le céphalothorax, ou prosome, qui résulte de l’union de la tête et du thorax ; […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arachnides/#i_16296

CHOLÉCYSTOKININE-PANCRÉOZYMINE

  • Écrit par 
  • Jean-Louis SCHLIENGER
  •  • 380 mots

Découverte en deux temps, d'abord pour son action sur la contraction de la vésicule biliaire et rattachée à la cholécystokinine par Ivy et Golberg en 1928, puis pour son action sur la sécrétion enzymatique pancréatique, attribuée à la pancréozymine par Harper en 1943, cette hormone n'a vu reconnaître son unité structurale qu'en 1971 par Mutt. La cholécystokinine-pancréozymine est sécrétée par les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cholecystokinine-pancreozymine/#i_16296

COMPORTEMENT ANIMAL - Fondements du comportement

  • Écrit par 
  • Dalila BOVET
  •  • 2 820 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre «  État physiologique »  : […] L'état physiologique d'un animal varie bien évidemment avec son âge (cf. comportement animal - D éveloppement du comportement), mais également en fonction de ses taux d'hormones. Ces substances influencent le comportement à de nombreux niveaux, principalement en faisant varier la motivation de l'animal à accomplir tel ou tel comportement. Le plu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/comportement-animal-fondements-du-comportement/#i_16296

COMPORTEMENT ANIMAL - Communication animale

  • Écrit par 
  • Dalila BOVET
  •  • 3 992 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Communication chimique »  : […] La communication chimique n'est pas celle à laquelle on pense en premier lieu ; il s'agit pourtant du canal de communication le plus fréquent dans le monde animal, dans la mesure où il est très utilisé par les invertébrés, notamment les insectes, animaux les plus nombreux tant en nombre d'espèces qu'en nombre d'individus (un million d'espèces d'insectes répertoriées et plusieurs millions d'espèce […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/comportement-animal-communication-animale/#i_16296

CRUSTACÉS

  • Écrit par 
  • Jacques FOREST
  •  • 7 669 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Glandes endocrines »  : […] On connaît chez les crustacés plusieurs glandes dont les sécrétions interviennent dans le déroulement de divers processus physiologiques. La glande de mue (ou organe Y), la glande du sinus (ou organe X) et la glande androgène sécrètent des hormones qui jouent un rôle dans la croissance, la différenciation du sexe, le développement des gonades, l'adaptation chromatique, etc. Les recherches ont ess […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/crustaces/#i_16296

DIGESTIF APPAREIL

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques BERNIER, 
  • Jean-Louis FRESLON, 
  • Claude GILLOT
  • , Universalis
  •  • 15 446 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Cas des boissons »  : […] Lorsqu'on boit entre les repas, l'estomac étant supposé vide, que se passe-t-il ? D'abord, le liquide est évacué par l'estomac, plus ou moins vite selon la nature de la boisson : un verre d'eau en moins d'une demi-heure ; le café naturel ou décaféiné, le thé, un soda, la bière en moins d'une heure ; le lait et les bouillons de viande en une heure et demie et les boissons très sucrées en près de d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/appareil-digestif/#i_16296

ENDOCRINIEN SYSTÈME

  • Écrit par 
  • René LAFONT
  •  • 5 252 mots
  •  • 7 médias

La coordination des activités au sein d'un organisme pluricellulaire nécessite l'existence de « dialogues » entre les différentes cellules qui le constituent. Cette communication peut se réaliser selon trois grandes modalités : communication directe, grâce à l'existence de jonctions communicantes par lesquelles les substances de petit poids moléculaire peuvent diffuser librement (de telles jonct […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/systeme-endocrinien/#i_16296

ENTÉROGASTRONES

  • Écrit par 
  • Jean-Louis SCHLIENGER
  •  • 403 mots

Hormones peptidiques gastro-intestinales, les entérogastrones sont produites par certains constituants du système APUD, et apparentées à la sécrétine et au glucagon. Sécrété dans le duodénum et le jéjunum par les cellules K, le GIP ( gastric inhibitory peptide ) appartient à la famille de la sécrétine. Synthétisé, il peut être dosé par méthode radio-immunologique. Sa sécrétio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/enterogastrones/#i_16296

ESTOMAC

  • Écrit par 
  • Miguel LEWIN
  •  • 4 215 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre «  Fonctions sécrétoires de l'estomac »  : […] Les cellules sécrétrices de l'estomac forment la dernière couche cellulaire séparant cet organe du milieu extérieur. Cette couche, ou épithélium, constitue, au niveau de l'antre et du fundus, des invaginations tubulaires, plus ou moins ramifiées en doigts de gant, que l'on appelle glandes gastriques (cf. photo). Deux sortes de sécrétions y prennent naissance, l'une dite exocrine en direction de l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/estomac/#i_16296

FOIE

  • Écrit par 
  • Jean ANDRE, 
  • Jacques CAROLI, 
  • Yves HECHT
  •  • 15 671 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre «  Le foie biliaire »  : […] L'une des principales fonctions de l'appareil hépato-biliaire est de produire ( sécrétion) et d'évacuer ( excrétion) la bile, liquide des plus complexes, dont la composition est une véritable gageure physico-chimique, qui élimine des déchets inutiles, voire nuisibles à l'organisme, mais liquide cependant indispensable, tant pour assurer une digestion correcte et une absorption suffisante des ali […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/foie/#i_16296

GASTRINE

  • Écrit par 
  • Jean-Louis SCHLIENGER
  •  • 768 mots

Hormone digestive la mieux connue, découverte en 1964 par R. A. Gregory, la gastrine est sécrétée par les cellules G . Authentifiées par leurs caractères ultrastructuraux, celles-ci prédominent dans l'antre gastrique, mais sont également présentes dans le duodénum, les premières anses intestinales et le pancréas. La gastrine est un peptide composé de trente-quatre acides amin […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gastrine/#i_16296

GELÉE ROYALE

  • Écrit par 
  • Jean LOUVEAUX
  •  • 387 mots

Sécrétion des glandes pharyngiennes des abeilles ouvrières occupées aux fonctions de nourrices, la gelée royale constitue la base de l'alimentation des jeunes larves d'ouvrières et l'aliment exclusif des larves de reines. Elle entre également dans l'alimentation des reines adultes. Elle a l'aspect d'une bouillie blanchâtre tirant sur le jaune ; son odeur acide est caractéristique ; sa saveur est p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gelee-royale/#i_16296

HISTAMINE

  • Écrit par 
  • Serge BONFILS, 
  • Bernard HALPERN
  •  • 3 686 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Récepteurs histaminiques H1 et H2 »  : […] La stimulation de la sécrétion gastrique par l'histamine est connue depuis 1920 ; et, depuis cette époque, un débat était ouvert pour savoir s'il s'agissait d'une action purement pharmacologique ou si cette amine jouait un rôle dans la physiologie sécrétoire de l' estomac, comme le voulait C. Code. Fait remarquable, cette action gastrosécrétagogue n'était pas inhibée par les premiers antihistamini […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histamine/#i_16296

HORMONES

  • Écrit par 
  • Jacques DECOURT, 
  • Yves-Alain FONTAINE, 
  • René LAFONT, 
  • Jacques YOUNG
  • , Universalis
  •  • 14 342 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Synthèse, sécrétion et transport plasmatique »  : […] Les mécanismes impliqués dans la synthèse d'hormones homologues sont vraisemblablement similaires chez les divers Vertébrés. C'est ainsi que les précurseurs de certaines hormones comme la pro-insuline et la proopiocortine (le précurseur de l'ACTH, de la MSH et aussi les morphines endogènes que sont les endorphines) existent chez les Poissons comme chez les Mammifères. Cependant, certains caractèr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hormones/#i_16296

HYPOCHLORHYDRIE

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 117 mots

Diminution du débit acide stomacal qui est notamment observée dans les ulcères gastriques et la plupart des gastrites. L'hypochlorhydrie est due soit à une diminution du nombre des cellules sécrétrices d'acide chlorhydrique dans les glandes de la muqueuse de l'estomac (cellules dites bordantes), soit à un défaut de stimulation de cette sécrétion, soit à l'alcalinisation du liquide gastrique. L'exp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hypochlorhydrie/#i_16296

HYPOTHALAMUS

  • Écrit par 
  • Paul LAGET
  •  • 5 696 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Éléments neurosécréteurs et neurosécrétion »  : […] C'est Scharrer, en 1933, qui introduisit la notion de neurosécrétion en montrant que certains neurones de l'hypothalamus des poissons paraissaient sécréter des gouttelettes d'une substance inconnue dont Bergman un peu plus tard allait faciliter la caractérisation par l'emploi d'une coloration histologique spéciale dite de Gomori. À l'époque, cette observation souleva des discussions passionnées […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hypothalamus/#i_16296

IMMUNITÉ, biologie

  • Écrit par 
  • Joseph ALOUF, 
  • Michel FOUGEREAU, 
  • Dominique KAISERLIAN-NICOLAS, 
  • Jean-Pierre REVILLARD
  •  • 21 516 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Immunité des muqueuses et anticorps sécrétoires »  : […] Les muqueuses représentent le plus grand site d'exposition du système immunitaire aux antigènes de notre environnement et la principale voie de pénétration d'agents infectieux bactériens, viraux, parasitaires ou fungiques. Les mécanismes de défense des muqueuses comprennent des éléments cellulaires et moléculaires, les uns spécifiques de l'antigène (anticorps et lymphocytes T), les autres non spé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/immunite-biologie/#i_16296

LAIT

  • Écrit par 
  • Guy CHANTEGRELET, 
  • Charles FLACHAT
  •  • 4 698 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre «  Le lait, produit de sécrétion »  : […] Le lait est sécrété par les glandes mammaires des femelles de mammifères. Il est convenu de réserver le mot « lait », sans spécification, à la sécrétion lactée de la vache. Dans tous les autres cas, on le fait suivre de la désignation de l'espèce : lait humain, lait de brebis, lait de chèvre, etc. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lait/#i_16296

LEUCORRHÉES

  • Écrit par 
  • Paul-François LEROLLE
  •  • 492 mots

On nomme leucorrhées des écoulements normaux ou anormaux perçus à l'extrémité inférieure du vagin et qui ne contiennent pas de sang. Les leucorrhées physiologiques sont constituées de la glaire cervicale « blanc d'œuf », à laquelle se mêlent les cellules desquamées du col et du vagin, donnant ainsi un enduit blanchâtre. Ce phénomène est plus ou moins accentué selon les périodes du cycle œstral (pl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/leucorrhees/#i_16296

MAMMAIRE GLANDE

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 841 mots

Caractéristique des mammifères, la glande mammaire sécrète le lait indispensable à la nutrition des jeunes. Elle se développe à partir de deux crêtes embryonnaires épiblastiques qui s'étendent ventralement de la région axillaire à l'aine. Chez l'homme, cette crête se résorbe ensuite, sauf dans la région pectorale où elle donne naissance à des bourgeons ectodermiques qui se creusent en canaux et en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/glande-mammaire/#i_16296

MÉLATONINE

  • Écrit par 
  • Yvan TOUITOU
  •  • 870 mots

La mélatonine (N-acétyl-5-méthoxy-tryptamine) est une hormone sécrétée principalement par la glande pinéale ou épiphyse et également produite, mais en beaucoup plus faible quantité, par la rétine. Durant les trente dernières années, l'intérêt pour la glande pinéale a été relancé à la suite de l'isolement et de la caractérisation de la mélatonine, par Lerner et ses collaborateurs en 1958. Son nom l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/melatonine/#i_16296

MIEL

  • Écrit par 
  • Jean LOUVEAUX
  •  • 673 mots
  •  • 1 média

La définition donnée en 1969 par la commission du Codex alimentarius F.A.O.-O.M.S. est la suivante : « Le miel est la substance sucrée produite par les abeilles mellifiques à partir du nectar des fleurs ou des sécrétions provenant de parties vivantes de plantes, ou se trouvant sur elles, qu'elles butinent , transforment, combinent avec des matières spécifiques et emmagasinent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/miel/#i_16296

MUSC

  • Écrit par 
  • Philippe BOUCHET
  •  • 236 mots
  •  • 1 média

Produit de composition chimique complexe sécrété par un organe situé entre l'ombilic et les organes génitaux du chevrotain porte-musc, Moschus moschiferus  L. À l'état frais, le musc a la consistance du miel et une couleur rouge-brun. En séchant, il forme une masse dure, granuleuse, brun noirâtre, d'odeur très forte, plutôt agréable en très petite quantité, très pénétrante et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/musc/#i_16296

NEUROSÉCRÉTION

  • Écrit par 
  • F. STUTINSKY
  •  • 462 mots

Le concept de neurosécrétion est accepté aujourd'hui par tous les biologistes. Il s'agit, comme l'a souligné en 1966 W. Bargmann, « de la production et de l'excrétion d'hormones par des cellules nerveuses qui ont aussi les caractères cytologiques de cellules sécrétoires ». On savait depuis longtemps que, stimulées, les fibres nerveuses sympathiques libéraient une substance voisine de l'adrénaline […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/neurosecretion/#i_16296

PANCRÉAS

  • Écrit par 
  • Jacques MIROUZE, 
  • Éric RENARD, 
  • André RIBET
  •  • 8 620 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Suc pancréatique »  : […] L'aspect du suc pancréatique est variable, selon les conditions de sécrétion. Lorsque le débit est faible, il est épais, et ressemble à de la glycérine ; lorsque le débit est élevé, il est fluide, incolore et aqueux. La quantité journalière de la sécrétion chez l'homme est diversement appréciée ; elle oscillerait entre 1 000 et 3 000 ml. Le pH est de 8,3 environ. Le suc pancréatique est isotoniqu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pancreas/#i_16296

PEAU

  • Écrit par 
  • Louis DUBERTRET
  •  • 8 222 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les glandes sébacées »  : […] Les glandes sébacées sont habituellement annexées aux poils, formant avec ces derniers l'appareil pilo-sébacé. Leur développement est intimement lié à celui du follicule pileux et de l'épiderme. La première ébauche du follicule pileux est détectable dans la peau embryonnaire dès la neuvième semaine sous forme d'un regroupement de cellules mésenchymateuses qui vont induire la différenciation de l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peau/#i_16296

PHÉROMONES

  • Écrit par 
  • Charles DESCOINS
  •  • 5 573 mots

Dans le chapitre « Les phéromones de mammifères »  : […] Les phéromones des mammifères interviennent dans la définition des droits territoriaux et du statut social à l'intérieur d'une communauté. Elles jouent aussi un rôle dans l'attraction, généralement à assez courte distance, d'un sexe par l'autre, et dans l'identification de l'état physiologique d'un individu par ses congénères. Les droits territoriaux , qu'ils appartiennent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pheromones/#i_16296

PHOTOGENÈSE, biologie

  • Écrit par 
  • Jean-Marie BASSOT
  •  • 6 865 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Cellules glandulaires »  : […] La Pholade a cinq régions lumineuses ; les plus développées forment deux cordons longitudinaux, à l'intérieur du siphon. Les coupes histologiques montrent deux catégories bien distinctes de cellules glandulaires qui débouchent par de longs collets entre les cellules ciliées de l'épithélium de revêtement. Il n'existe aucune structure dioptrique. Lorsque l'animal est perturbé, les produits de sécré […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/photogenese-biologie/#i_16296

POISSONS

  • Écrit par 
  • Yves FRANÇOIS, 
  • Pierre-Antoine SAINT-ANDRÉ
  •  • 10 059 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Le tégument et ses annexes »  : […] La peau des Poissons est formée, comme chez tous les Vertébrés, par un épithélium stratifié superficiel, l' épiderme, recouvrant un tissu conjonctif souvent abondamment fibreux, le derme. L'épiderme comporte plusieurs catégories cellulaires : – La couche basale est faite de cellules peu différenciées qui se multiplient activement pour renouveler les cellules anciennes éliminées vers la surface. Ma […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/poissons/#i_16296

POURPRE

  • Écrit par 
  • Marie GUILLET
  •  • 406 mots

Colorant sécrété par les pourpres, ou Murex , mollusques gastéropodes marins. Les propriétés du murex étaient connues depuis la moitié du ~ II e  millénaire à Ugarit, mais surtout à partir du I er  millénaire sur les côtes de Phénicie, où Tyr et Sidon eurent rapidement le monopole de la teinture des tissus. Ces villes ne furen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pourpre/#i_16296

PRIMATES

  • Écrit par 
  • Bertrand L. DEPUTTE
  •  • 23 052 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Mécanismes de communication différée »  : […] Ce processus de communication différée intervient lorsque la distance interindividuelle est grande ; il utilise essentiellement le mode olfactif et sonore, et concerne souvent des spécialisations anatomiques particulières. La production de signaux olfactifs est très développée chez les Prosimiens et certains Singes du Nouveau Monde, mais très peu chez ceux de l'Ancien Monde. Les Prosimiens possèd […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/primates/#i_16296

PROLANS ou GONADOTROPHINES CHORIONIQUES

  • Écrit par 
  • Geneviève DI COSTANZO
  •  • 371 mots

Substances gonadotropes découvertes en 1927 chez la souris par Aschheim et Zondek, et qui se retrouvent en quantités considérables chez les mammifères supérieurs, dans le sang et dans les urines, au décours de la grossesse. Leur origine est placentaire, mais elles sont très proches des gonadotrophines hypophysaires, tant par leur nature que par leurs actions. Pour cette raison, elles sont mainten […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/prolans-gonadotrophines-chorioniques/#i_16296

RYTHMES BIOLOGIQUES ou BIORYTHMES

  • Écrit par 
  • Catherine BLAIS, 
  • René LAFONT, 
  • Bernard MILLET, 
  • Alain REINBERG
  •  • 15 550 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Des rythmes de période variée »  : […] Les rythmes biologiques, dont la période est proche de 24 heures sont qualifiés de circadiens (du latin circa , « presque », et dies , « jour »), leur période est en fait comprise entre 20 et 28 heures. Le rythme nycthéméral, avec une période de vingt-quatre heures exactement, en est un cas particulier. Les rythmes de période plus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rythmes-biologiques-biorythmes/#i_16296

SÉBORRHÉE

  • Écrit par 
  • Marie-Christine STÉRIN
  •  • 113 mots

Exagération de la sécrétion des glandes sébacées qui donne à la peau un aspect luisant, épais, avec des pores dilatés, des comédons. Cela est souvent net au niveau du nez, du front, du tronc. Elle peut se compliquer d'acné surtout chez l'adolescent, de lésions érythématosquameuses appelées eczémas séborrhéiques, d'atteintes du cuir chevelu. C'est l'un des facteurs en cause dans les calvities. Cet […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/seborrhee/#i_16296

SOMATOSTATINE

  • Écrit par 
  • Jean-Louis SCHLIENGER
  •  • 113 mots
  •  • 1 média

Hormone initialement extraite de l'hypothalamus, la somatostatine a été retrouvée dans les cellules D tout au long du tractus digestif (surtout dans l'antre et le fundus gastrique) et dans le pancréas. Ce tétradécapeptide inhiberait, entre autres, toutes les sécrétions hormonales digestives, notamment la sécrétion de gastrine, d'insuline et de glucagon, par l'intermédiaire d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/somatostatine/#i_16296

Voir aussi

Pour citer l’article

Bernard DROZ, « SÉCRÉTIONS ANIMALES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/secretions-animales/