SAYNÈTE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Petite pièce théâtrale comique, qui présente d'ordinaire des types populaires, la saynète est un exemple frappant des rapports entre la table et la littérature : tout comme la farce, la satire, l'entremés (qui est à rapprocher du terme « entremets », mais qui signifie « intermède »). Le terme de sainete désigna d'abord le petit morceau d'aliment qui récompensait les exploits des oiseaux de chasse ; il signifia ensuite un plat appétissant. Cette forme théâtrale remplaça les pasos y entremeses du Siècle d'or espagnol et trouva son apogée au xviiie siècle avec les œuvres de Ramón de la Cruz ; elle conserva sa faveur dans la seconde moitié du xixe siècle, entre les manifestations favorites du género chico (désignation des pièces théâtrales courtes, en opposition au género grande de plus de deux actes).

—  Daniel DEVOTO

Écrit par :

  • : docteur ès lettres, universités de Buenos Aires et de Paris-Sorbonne, directeur de recherche au C.N.R.S.

Classification


Autres références

«  SAYNÈTE  » est également traité dans :

COMEDIA, Espagne

  • Écrit par 
  • Charles Vincent AUBRUN
  •  • 2 606 mots

Dans le chapitre « Le déclin »  : […] De 1644 à 1650, c'est l'éclipse. Les malheurs de l'État, la défaite de Rocroi et les deuils de la famille royale fanent soudain la belle floraison du théâtre, interdit par décret. Lorsque les spectacles reprennent, Calderón, entré dans les ordres, est commis, avec un courtisan et un metteur en scène italien, aux divertissements de la Cour. Il donne alors dans la comédie lyrique, une sorte d'opéra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/comedia-espagne/#i_14393

CRUZ RAMÓN DE LA (1731-1794)

  • Écrit par 
  • Sylvie LÉGER
  •  • 374 mots

C'est en adaptant des comédies de Calderón au goût musical de l'époque que Ramón de la Cruz fait ses débuts dans la littérature ; il traduit Molière, Racine, Shakespeare, qu'il fut le premier à transposer en espagnol ( Hamlet , 1772). S'attachant à ce qui est authentiquement espagnol et populaire, il cultive la saynète, genre déjà brillamment représenté par les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ramon-de-la-cruz/#i_14393

HUGO VICTOR

  • Écrit par 
  • Pierre ALBOUY, 
  • Pierre GEORGEL, 
  • Jacques SEEBACHER, 
  • Anne UBERSFELD, 
  • Philippe VERDIER
  •  • 13 601 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « « Le Théâtre en liberté » »  : […] Hugo écrit non des centaines, mais des milliers de fragments dramatiques où se déploie toute une fantaisie à l'état naissant, tout un théâtre en miettes, un anti-théâtre essentiellement orienté vers le comique. Projets véritables d'une œuvre rêvée, ou simples étoiles filantes, ces fragments figurent une sorte d'immense commedia à personnages reparaissants […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/victor-hugo/#i_14393

LOPE DE RUEDA (1510?-1565)

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 730 mots

Avec Juan de la Cueva, Lope de Rueda est l'un des principaux représentants du théâtre espagnol antérieur à Lope de Vega. On connaît mal sa vie. Né à Séville vers 1510, il devint à la fois acteur et auteur dramatique après avoir exercé le métier de « batteur d'or » ( batihoja ). La petite troupe qu'il dirige et avec laquelle il parcourt l'Espagne en jouant ses propres pièces o […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lope-de-rueda/#i_14393

MONNIER HENRI BONAVENTURE (1799-1877)

  • Écrit par 
  • Daniel ZERKI
  •  • 1 153 mots

Artiste aux multiples talents, dessinateur, littérateur, auteur dramatique, acteur, Henri Monnier a peut-être dû à cette dispersion la relative désaffection dont son œuvre a souffert après sa mort. Le critique d'art l'a traité en littérateur et le critique littéraire en caricaturiste. Pourtant l'œuvre graphique, littéraire, dramatique et, sans doute, le jeu même du comédien présentaient une remarq […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-bonaventure-monnier/#i_14393

PROVERBES

  • Écrit par 
  • Marc SORIANO
  •  • 3 126 mots

Dans le chapitre « Mise à mort et résurrection »  : […] Autre caractère fondamental des proverbes : leur lien avec la paysannerie. Les soulèvements populaires du xvii e siècle vont obliger les intellectuels, intermédiaires culturels, à prendre parti pour ou contre leur emploi. Cette option n'est pas évidente dans le Trésor de la langue française (1605), dic […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/proverbes/#i_14393

VICENTE GIL (1465 env.-env. 1537)

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 1 187 mots

Dans le chapitre « Les farces »  : […] L'esprit moqueur, volontiers ironique, de Mestre Gil, son sens aigu de l'observation et sa vitalité ardente s'épanouissent dans ces courtes scènes où il s'en prend, sans ménagement, à toute une galerie de types ridicules : le gentilhomme ruiné et vaniteux, les médicastres prétentieux, l'amoureux transi qui chante son aubade en ameutant le voisinage, les gitanes rusées, le clerc frappé du mal d'ai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gil-vicente/#i_14393

Pour citer l’article

Daniel DEVOTO, « SAYNÈTE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/saynete/