CRUZ RAMÓN DE LA (1731-1794)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

C'est en adaptant des comédies de Calderón au goût musical de l'époque que Ramón de la Cruz fait ses débuts dans la littérature ; il traduit Molière, Racine, Shakespeare, qu'il fut le premier à transposer en espagnol (Hamlet, 1772). S'attachant à ce qui est authentiquement espagnol et populaire, il cultive la saynète, genre déjà brillamment représenté par les Pasos de Lope de Rueda ou les intermèdes de Cervantes. L'œuvre de Ramón de la Cruz est constituée par quatre cents brefs morceaux, écrits de 1786 à 1791, gracieux et colorés, qui présentent les mœurs populaires madrilènes. L'intérêt de ces saynètes réside non seulement dans le charme ironique des scènes, mais dans leur caractère de document d'époque ; comme dans les eaux-fortes de Goya, l'auteur utilise l'ambiance pittoresque des bals populaires, des pique-niques champêtres, des incidents de rue et montre certains phénomènes sociaux, tel l'encanaillement d'une partie de l'aristocratie, le goût excessif pour les modes étrangères. Les thèmes sont variés ; la plupart reflètent des types sociaux : Las Castañeras picadas (Les Marchandes de marrons), La Pradera de San Isidro (La Prairie de Saint-Isidore), El Fandango del candil (Le Bal des lampions). D'autres sont des parodies de tragédies : Manolo, El Muñuelo, Inesilla de Pinto. D'autres encore sont des peintures satiriques de la vie bourgeoise : El Sarao (La Soirée mondaine), El Reverso del sarao (Le Revers de la soirée), La Comedia casera (La Comédie bourgeoise), El Hospital de la moda, La Tertulia discreta (La Réunion savante), La Visita del duelo (La Visite de condoléances). Le mètre utilisé est généralement le romance, mais aussi fréquemment la séguedille, la letrilla et autres formes populaires. Attaquées par les néo-classiques, les saynètes de Ramón de la Cruz ont su s'imposer grâce à leur finesse malicieuse, espiègle, à leur saveur, à l'humour et à l'ironie moqueuse du langage, mais aussi grâce à l'interprétation originale et turbulente qu'elles offraient de la réalité.

—  Sylvie LÉGER

Écrit par :

Classification


Autres références

«  CRUZ RAMÓN DE LA (1731-1794)  » est également traité dans :

ESPAGNE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Jean CASSOU, 
  • Corinne CRISTINI, 
  • Jean-Pierre RESSOT
  •  • 13 803 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le siècle des Lumières »  : […] La prose académique et oratoire se développe pendant le xviii e  siècle, mais aussi la prose critique. Les travaux de Jean Sarrailh ont révélé l'importance de cette Espagne des Lumières sous le règne du despote éclairé Charles III et l'œuvre de maints écrivains, réformateurs, hommes d'État, inspirés par les encyclopédistes français et les économis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/espagne-arts-et-culture-la-litterature/#i_14820

TONADILLA

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 718 mots

Dans la seconde moitié du xviii e  siècle apparut à Madrid une nouvelle forme musicale qui devint vite très populaire, la tonadilla escénica ( tonadilla est un diminutif de tonada , qui signifie « chanson » en espagnol). Il s'agissait d'une sorte d'opéra-comique miniature, duran […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tonadilla/#i_14820

ZARZUELA

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 2 954 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Épanouissement de la zarzuela »  : […] Pendant la première moitié du xviii e  siècle, la zarzuela n'évolue pas de manière significative ; elle commence même par régresser, reculant devant la triomphale invasion de l'opéra italien, favorisé par l'arrivée, sur le trône d'Espagne, du Bourbon Philippe V (roi de 1700 à 1746). Beaucoup de zarzuelas portent le nom de « zarzuelas a la italiana […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/zarzuela/#i_14820

Pour citer l’article

Sylvie LÉGER, « CRUZ RAMÓN DE LA - (1731-1794) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ramon-de-la-cruz/