Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

BELLOW SAUL (1915-2005)

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par

L'obscurcissement des Lumières

Bousculé dans la cohue d'un New York bariolé et violent mis en effervescence, en ce printemps de 1969, par le grand départ qui se prépare vers la Lune, le Sammler de Mr. Sammler's Planet (1970) est une sorte de clerc guindé, lecteur de Maître Eckhart égaré dans le chaos baroque de Manhattan. Il a connu la splendeur culturelle du Vieux Monde, le Bloomsbury des années vingt, mais aussi, dans les charniers de Pologne pendant la Seconde Guerre mondiale, la violence nue qui découvre la vanité de ces illusions. De son œil unique, d'un regard lointain, il observe ce nouvel épisode dans le rêve faustien de l'Occident, le franchissement des limites et la levée des tabous anciens. Dans une sorte de jérémiade à froid, il reprend le procès de l'utopie née des Lumières, cependant que les approches de la mort l'exilent, plus loin encore, hors des mots et de leur fracas, dans la solitude désertique, lunaire, d'un monde décapé du fatras de l'histoire. Le siècle des Lumières, ce fut cette utopie, mais aussi l'Encyclopédie. C'est ce deuxième versant qu'éclaire Humboldt's Gift (1975), conversation d'outre-tombe avec l'ombre de Delmore Schwartz, le Grand Poète qui voulait conquérir l'Amérique, la rassembler dans une somme lyrique digne du Kosmos d'Alexander von Humboldt et qui sombra dans la paranoïa et la ruine, disloqué par le chaos américain, défait par la vacance de ce trop vaste espace. Le prix Nobel vint en 1976 clore cette troisième grande phase de la carrière de Saul Bellow écrivain. Il parut être donné à celui qui avait le mieux récapitulé l'expérience de ces immigrants et fils d'immigrants à la découverte, depuis le David Levinsky d'Abraham Cahan (1917), de leur Amérique. Il le fut aussi, et peut-être davantage, à un écrivain plus en porte à faux dans son siècle que dans son pays, et qui de ce déséquilibre a fait son thème, pour décrire l'obscurcissement des Lumières et, dans la lignée, au fond, de Flaubert, de Musil, de Svevo, les désarrois du moi. Ce moi romantique que l'époque qui s'ouvre en fanfare le 13 octobre 1806 à Iéna a construit sur le mode napoléonien de la conquête et qu'elle nous a légué, notre siècle, sous le regard de Saul Bellow, n'en finit pas de le désenchanter et de le disloquer.

— Pierre-Yves PÉTILLON

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur de littérature américaine à l'université de Paris IV-Sorbonne et à l'École normale supérieure

Classification

Pour citer cet article

Pierre-Yves PÉTILLON. BELLOW SAUL (1915-2005) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Média

Saul Bellow - crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

Saul Bellow

Autres références

  • ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - La littérature

    • Écrit par , , , , , , et
    • 40 118 mots
    • 25 médias
    ...passé, entre la tête et le cœur, qui offraient aux auteurs un riche champ d'exploration et une multiplicité de points de vue n'ont plus grand sens pour un Bellow, un Malamud, un Baldwin. Plus qu'un divorce racial, il y a là sans doute un fait de civilisation contemporaine (le contraste Paris-Province n'est-il...
  • HERZOG, Saul Bellow - Fiche de lecture

    • Écrit par
    • 859 mots
    • 1 média

    Avec Herzog (1964), son sixième roman qui lui valut le prix Pulitzer, l'écrivain américain Saul Bellow (1915-2005) se révèle non seulement comme l'un des romanciers américains les plus intelligents de sa génération, mais probablement comme le plus grand styliste de son temps. Le livre fut pourtant...

  • SHOAH LITTÉRATURE DE LA

    • Écrit par
    • 12 469 mots
    • 15 médias
    ...qui n'ont pas fait l'expérience des camps, toute tentative de représentation mimétique semble indécente. Prime alors la recherche de formes indirectes. On trouve une première allusion peut-être dans Dangling Man (1944) de Saul Bellow, avec ces hommes égorgés à Bucarest par les Gardes de fer, puis pendus...