BELLOW SAUL (1915-2005)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La tonalité particulière de sa voix (on la perçoit le mieux dans son Herzog) tient à cette brusque discordance, parfois, entre la hauteur d'un monologue qui se donne pour historique mission de dominer l'univers entier de la Culture et l'intrusion brutale d'une parole surgie des bas-fonds quand les éclats dialectaux et plébéiens du pavé de Chicago viennent se mêler à la plainte criarde montant d'un « cœur » qu'on étouffe pour désaccorder le beau langage, briser son envolée et faire verser dans le burlesque sa grandiose, et depuis longtemps archaïque, ambition. Du parler de Saul Bellow, car ses romans sont une commedia dell'arte de la parlerie, on pourrait dire ce que le neveu de Rameau disait du sien, que c'est « un diable de ramage, saugrenu, moitié des gens du monde et des lettres moitié de la halle » : la halle, ici, c'est l'Amérique tout entière, le continent mal dégrossi, ses abattoirs, ses chantiers. Un rien suffit, la stridence d'un rouge trop violent, un souvenir d'enfance qui se ravive, et l'on bascule du grand projet, hérité de ce siècle des Lumières auquel Saul Bellow revient sans cesse, celui de conquérir et posséder le monde, à la chute bouffonne dans le chaos du quotidien. Le vrai pays de Saul Bellow, le pays de son cœur, c'est le xviiie siècle européen finissant, celui du Voyage sentimental de Sterne, celui de Werther, des Confessions, du Mozart de Così fan tutte dont l'élégance arrache des larmes. Son thème, moins « le triomphe de la sensibilité » que les traverses, d'un loufoque poignant, qu'elle rencontre pour s'exprimer dans le désert industriel de l'Amérique du xxe siècle. Son moment privilégié, celui où l'homme du soliloque, qui cherchait dans son for intérieur la « réalité » de l'expérience, sent qu'il craque de toutes parts, que son impérial discours se disloque, que, perdant son emprise, il glisse vers les bas-fonds, mais que, dans ce lamentable fiasco, dans ce naufrage, jaillit, de profundis, l'aria entrecoupée de sanglots qui dit qu'il a touché, enfin, le fond des choses.

Saul Bellow

Photographie : Saul Bellow

Le romancier américain Saul Bellow (1915-2005), peu après qu'il eut reçu le prix Nobel en 1976. 

Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Le tohu-bohu de Chicago

Saul Bellow est né en 1915 à Lachline, au Québec. Ses parents y avaient immigré deux ans plus tôt, venant de la Russie du tsar, de Saint-Pétersbourg où son père, Abraham Bellow, avait vécu (« en gentilhomme », quoique grâce à des papiers de fantaisie) de l'importation d'oignons d'Égypte, avant de venir, ayant brûlé la chandelle par les deux bouts, rejoindre sa sœur dans le Nouveau Monde. Là, le « gentilhomme » que Saul Bellow a évoqué dans Herzog, le plus autobiographique peut-être de ses romans, commença par faire faillite dans le métier de fermier. Venu à la ville, à Montréal, il devait ensuite faire faillite dans le métier de boulanger, puis dans toute une cascade de petits métiers sans rien perdre de ses airs de grand seigneur. Jusqu'à ses neuf ans, Saul Bellow a vécu dans un quartier miséreux du Montréal d'alors (« Voilà à quoi devait ressembler le Paris de Villon »), monde polyglotte où l'on parlait anglais, russe, français et yiddish (il devait traduire plus tard des contes d'I. B. Singer). En 1924, la famille vient s'installer à Chicago, le Chicago flamboyant et sauvage des années vingt, de la prohibition, d'Al Capone et de la guerre des gangs, de la corruption municipale, de la flambée des folles espérances qui allaient bientôt s'abîmer dans le krach et la dépression. Chicago, c'est le terroir de Saul Bellow. Mis à part un interlude entre 1945 et le début des années soixante, il y a pratiquement toujours vécu et c'est dans le Middle West qu'il a fait ses études. Il les abandonne en 1937 pour la « vocation d'homme de lettres » et de « spécialiste du cœur humain », romanesque et pitoyable ambition (le grand thème donquichottesque de Bellow) dans une grande ville écrasée par la crise, où les sans-travail font la queue aux soupes populaires. Plus que dans les réminiscences de Cholem-Aleikhem ou dans un vieux fonds hassidique, c'est dans la tumultueuse métropole continentale qu'il faut chercher les sources vives de son œuvre. Dans la lignée de Theodore Dreiser dont il admire le souffle « russe », l'ouverture au tohu-bohu de l'expérience telle qu'elle bouillonnait à l'orée du siècle sur les bords du lac Michigan, Saul Bellow appartient à ce Middle West plébéien, « démocratique », populiste à l'occasion, qui continue à travers lui sa guérilla culturelle contre la mainmise sur l'Amérique des « aristocrates » nostalgiques de l'Ancien Régime et contre la s [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : professeur de littérature américaine à l'université de Paris-IV-Sorbonne et à l'École normale supérieure

Classification

Autres références

«  BELLOW SAUL (1915-2005)  » est également traité dans :

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Marc CHÉNETIER, 
  • Rachel ERTEL, 
  • Yves-Charles GRANDJEAT, 
  • Jean-Pierre MARTIN, 
  • Pierre-Yves PÉTILLON, 
  • Bernard POLI, 
  • Claudine RAYNAUD, 
  • Jacques ROUBAUD
  •  • 40 208 mots
  •  • 24 médias

Dans le chapitre « Littératures juives en yiddish et en anglais »  : […] L' écriture fut toujours la forme d'expression privilégiée du peuple du Livre. Le pluricentrisme de la société juive maintenait des liens vivaces entre les diverses communautés de la diaspora. La nature particulièrement tragique de leur histoire au xx e  siècle, le traumatisme du génocide donnaient à l'identité juive son caractère douloureux et inéluctable. Et les vagues successives de réfugiés et […] Lire la suite

HERZOG, Saul Bellow - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Michel FABRE
  •  • 857 mots
  •  • 1 média

Avec Herzog (1964), son sixième roman qui lui valut le prix Pulitzer, l'écrivain américain Saul Bellow (1915-2005) se révèle non seulement comme l'un des romanciers américains les plus intelligents de sa génération, mais probablement comme le plus grand styliste de son temps. Le livre fut pourtant l'objet d'attaques violentes lors de sa parution : on accusa son auteur de prôner le conservatisme […] Lire la suite

SHOAH LITTÉRATURE DE LA

  • Écrit par 
  • Rachel ERTEL
  •  • 12 495 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Réverbérations au loin »  : […] Face au séisme qui ébranle la littérature européenne, celle des États-Unis, où s'affirment des romanciers juifs, ne peut qu'en subir les contrecoups. Ainsi, Edward Lewis Wallant fait de Sol Nazerman, son Prêteur sur gages (1961), un rescapé de Dachau et de Bergen-Belsen, un membre de cette société secrète qui passe ses nuits à combattre les fantômes surgis du passé. Cependant, pour la plupart de […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre-Yves PÉTILLON, « BELLOW SAUL - (1915-2005) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 octobre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/saul-bellow/