Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

BELLOW SAUL (1915-2005)

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par

Désarroi du cœur romantique

Le court roman Seize the Day (1956), à certains égards son petit chef-d'œuvre, met en scène un dandy obèse, un schlemiel qui n'a fait que rater sa vie, pris entre deux docteurs qui s'acharnent à lui apprendre, mieux vaut tard que jamais, à vivre. D'un côté, le Dr Adler, son père, crispé sur les valeurs de l'Europe impériale, qui veut lui inculquer le sens du maintien et de la dignité, de l'autre, le Dr Tamkin, escroc, beau parleur, psychanalyste à la sauvette, maestro de l'embrouille, qui tient à lui enseigner comment empoigner le moment présent et vivre dans le Nouveau Monde. Henderson the Rain King (1959) s'empare d'une figure nationale du folklore, le géant aux prises avec le continent, le vantard chasseur de fauves (Eugene Henderson ne partage pas que ses initiales avec Ernest Hemingway), pour l'envoyer, loin du fatras des soucis et de l'histoire ancienne, dans la savane africaine, et, là-bas, dans l'odeur fauve des lions, faire éclater, selon la leçon de Wilhelm Reich, la carapace qui l'engonce et empêche de sourdre ses émotions enfouies. La parution d'Herzog (qui obtint le National Book Award) fut un événement. En 1964, elle survint dans une certaine vacance de la scène littéraire américaine (Hemingway était mort en 1961, Faulkner en 1962 : Saul Bellow parut devoir prendre la relève) et coïncida avec la redécouverte de la diversité ethnique du pays. Le livre pouvait supporter un tel poids : confession décousue d'un épistolier aux abois décochant fragments de monologue et esquisses de lettres à tous les grands de ce monde tandis qu'il croule sous les soucis de sa vie intime, que son propre monde se défait et que l'envahissent ses souvenirs d'enfance, « sa préhistoire, plus lointaine que la Chine », c'est un acte brillant dans la longue comédie des désenchantements du moi.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur de littérature américaine à l'université de Paris IV-Sorbonne et à l'École normale supérieure

Classification

Pour citer cet article

Pierre-Yves PÉTILLON. BELLOW SAUL (1915-2005) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Média

Saul Bellow - crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

Saul Bellow

Autres références

  • ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - La littérature

    • Écrit par , , , , , , et
    • 40 118 mots
    • 25 médias
    ...passé, entre la tête et le cœur, qui offraient aux auteurs un riche champ d'exploration et une multiplicité de points de vue n'ont plus grand sens pour un Bellow, un Malamud, un Baldwin. Plus qu'un divorce racial, il y a là sans doute un fait de civilisation contemporaine (le contraste Paris-Province n'est-il...
  • HERZOG, Saul Bellow - Fiche de lecture

    • Écrit par
    • 859 mots
    • 1 média

    Avec Herzog (1964), son sixième roman qui lui valut le prix Pulitzer, l'écrivain américain Saul Bellow (1915-2005) se révèle non seulement comme l'un des romanciers américains les plus intelligents de sa génération, mais probablement comme le plus grand styliste de son temps. Le livre fut pourtant...

  • SHOAH LITTÉRATURE DE LA

    • Écrit par
    • 12 469 mots
    • 15 médias
    ...qui n'ont pas fait l'expérience des camps, toute tentative de représentation mimétique semble indécente. Prime alors la recherche de formes indirectes. On trouve une première allusion peut-être dans Dangling Man (1944) de Saul Bellow, avec ces hommes égorgés à Bucarest par les Gardes de fer, puis pendus...