SARASVATĪ, divinité hindoue

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Déesse hindoue du savoir et des arts, plus particulièrement de la musique, Sarasvatī est à l'origine la personnification de la rivière sacrée du même nom. Elle est aussi identifiée à Vāc, la déesse de la parole. On en fait plus tard l'épouse, la fille ou la petite-fille du dieu Brahmā. Sarasvatī est donc considérée comme la patronne des arts, de la musique et des lettres mais aussi comme l'inventrice du sanskrit. On la représente habituellement avec pour monture une oie sauvage (hamsa) d'une blancheur immaculée et tenant à la main un luth (vīnā), un manuscrit ou un livre, un rosaire et un nelumbium (padma). Dans les représentations modernes, la déesse a pour monture un cygne. On la célèbre peu avant l'arrivée du printemps (janvier-février) par une procession au cours de laquelle la foule en liesse porte son image, mais les artistes et les acteurs l'invoquent toute l'année, et les étudiants au moment des examens. Sarasvatī jouit d'une grande popularité dans les vingt-quatre mythologies jainique et bouddhique.

Dans le Veda, la rivière Sarasvatī apparaît plus souvent que les autres et fait l'objet d'une très grande vénération. Comme elle ne correspond à aucun des cours d'eau de l'Asie méridionale actuelle, on a longtemps pensé qu'elle était « subtile », ou mythique, et qu'elle rejoignait le Gange, invisible, au confluent de celui-ci et de la Yamunā à Prayag (auj. Allāhābād). On dit des millions de pèlerins qui participent tous les douze ans à la grande fête religieuse Kumbha melā sur ce site, comme on le dit d'ailleurs de tous les pèlerins de Prayag, qu'ils se purifient dans le tri-veni (« confluence triple »). C'est pour cette raison que la ville est appelée quelquefois « roi des thīrta » (lieux sacrés placés généralement aux confluents des rivières).

Un grand débat, ouvert au début du xxie siècle, porte sur la question de la possible localisation de la Sarasvatī védique dans le lit asséché d'un grand cours d'eau appartenant au complexe de l'Indus et contenant un grand nombre de sites archéologiques encore inexplorés. Si cette hypothèse se confirmait, la rivière oubliée pourrait fournir un lien d'importance majeure entre la culture védique et celle de la vallée de l'Indus.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  SARASVATI, divinité hindoue  » est également traité dans :

BRAHMAN & BRĀHMANE

  • Écrit par 
  • Jean FILLIOZAT
  •  • 990 mots

En sanskrit védique, le terme bráhman , neutre et accentué sur la première syllabe, désigne une puissance d' essence verbale. Masculin et accentué sur la deuxième syllabe, il désigne celui qui la possède, ou est lié à elle. Dans cette dernière acception, brahmán est rapproché du latin flamen . Dans la première, il correspond à l'essence de la fonction d'activité par la connaissance et le verbe, q […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/brahman-et-brahmane/#i_13543

INDE (Arts et culture) - L'art

  • Écrit par 
  • Raïssa BRÉGEAT, 
  • Marie-Thérèse de MALLMANN, 
  • Rita RÉGNIER
  •  • 49 132 mots
  •  • 62 médias

Dans le chapitre « Autres divinités »  : […] Sūrya , le Soleil, est reconnaissable aux deux fleurs de nelumbium qu'il porte à la hauteur de ses épaules, aux grande bottes qui le chaussent (sauf dans l'Inde méridionale) et à son char symbolisé par une roue unique et sept chevaux. Il est le premier des neuf Saisisseurs (Navagraha), ainsi nommés parce qu'ils sont censés « posséder » les êtres, les huit autres comprenant les dieux régents des pl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inde-arts-et-culture-l-art/#i_13543

MOUSSON

  • Écrit par 
  • René CHABOUD, 
  • Francis ZIMMERMANN
  •  • 6 608 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La mousson dans le cycle des fêtes »  : […] En toute orthodoxie brahmanique, on ne saurait célébrer de mariage pendant la mousson. En effet, Vishnou est le protecteur des jeunes mariés et la hariśayanī, le départ du dieu pour un sommeil de quatre mois, marque le début d'une période de retraite et de remise en cause. Le temps des nouveaux départs ne viendra qu'en novembre. Bien entendu, le sommeil de Vishnou n'est autre chose qu'une traducti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mousson/#i_13543

SĀVITRĪ

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 363 mots

Mot sanskrit ( sāvitrī , l'« incitatrice ») qui désigne d'abord une formule rituelle utilisée dans la cérémonie de l'initiation ( upanayana ). Au moment où le jeune garçon de bonne caste atteint l'âge de raison, vers huit ans, il est introduit dans le monde des adultes par le maître spirituel (guru) qui l'adopte en lui communiquant la teneur d'une strophe du Rig-Véda dont la répétition quotidienne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/savitri/#i_13543

Pour citer l’article

« SARASVATĪ, divinité hindoue », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/sarasvati-divinite-hindoue/