SAPPHO (fin -VIIe-déb. -VIe s.)

Poétesse grecque, Sappho, ou plus exactement en éolien Psapphô ou Psapphâ, appartenait à une famille noble de Mytilène, dans l'île de Lesbos. Son père s'appelait Scamandronyme et son frère Charoxus. Bannie vers ~ 600, elle fut exilée en Sicile puis revint au pays natal pour y finir ses jours. Ovide, dans les Héroïdes, la dépeint « petite et noire », tandis qu'Alcée, qui peut-être l'aima, évoque une « pure Sappho, aux tresses de violettes, au sourire de miel ». Elle dirige aussi une sorte de confrérie religieuse où les jeunes filles nobles, destinées à participer aux cérémonies des cultes locaux, apprennent le chant, la danse, le jeu de la lyre et lisent les poètes. Son mariage avec Cercolas ou Cercylas est une invention des poètes comiques athéniens : en fait, il semble qu'elle ne se soit pas mariée. De même paraît légendaire son amour malheureux pour Phaon, pour qui elle se serait jetée à la mer du haut du rocher de Leucade. Au nom de Sappho reste attachée l'idée d'amours homosexuelles. Malgré l'opinion de nombreux critiques qui ont plaidé pour sa « vertu » en faisant valoir la dignité de sa réponse aux propositions d'Alcée, ses inquiétudes pour son frère séduit par une courtisane, ou ses élans d'amour maternel, il est indéniable que les poèmes d'amour de Sappho sont adressés à des femmes. (Et elle s'y nomme parfois, ce qui prouve qu'il ne s'agit pas de poèmes commandés par des amoureux.) La thèse selon laquelle il aurait existé deux femmes : une courtisane vulgaire et une poétesse distinguée, demeure assez invraisemblable.

Sappho, G. Moreau

Sappho, G. Moreau

photographie

Gustave Moreau, Sappho, 1884. Aquarelle, 18,4 cm × 12,4 cm. Victoria and Albert Museum, Londres. 

Crédits : De Agostini

Afficher

Sappho marque l'apogée du lyrisme des côtes d'Asie et des îles voisines. Malheureusement, le texte seul ne peut donner la dimension exacte de ce mode d'expression : les strophes étaient chantées avec accompagnement d'un instrument à cordes ; chants et danses tenaient une grande place dans toutes les cérémonies publiques ou privées.

Selon Suidas, les Anciens connaissaient d'elle neuf livres de poèmes lyriques comprenant des élégies, des épigrammes, des iambes, des monodies et un livre [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis



Écrit par :

Classification


Autres références

«  SAPPHO (fin ~ VII e -déb. ~ VI e s.)  » est également traité dans :

HOMOSEXUALITÉ

  • Écrit par 
  • Frédéric MARTEL
  •  • 9 204 mots

Dans le chapitre « L'homosexualité féminine longtemps passée sous silence »  : […] moins choquante que celle des hommes, c'est parce qu'on l'a entourée de silence. Depuis la poétesse grecque Sappho, vers 600 ans avant J.-C., il semble que le lesbianisme soit marqué par un grand vide : très méconnu, peu réprimé, tardivement nommé (le terme apparaîtrait vers 1600, forgé à partir du nom de l'île de la mer Égée, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/homosexualite/#i_48733

LESBOS

  • Écrit par 
  • Claude MOSSÉ
  •  • 317 mots

La plus grande des îles de l'Égée orientale. Dans l'Antiquité, son territoire était divisé entre cinq cités : Méthymna, Mytilène, Éresos, Antissa et Pyrrha. Elle était particulièrement fertile et possédait de bons ports ; au ~ vie siècle, des habitants de Lesbos commerçaient à Naucratis, en Égypte. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lesbos/#i_48733

VIVIEN PAULINE TARN dite RENÉE (1877-1909)

  • Écrit par 
  • Antoine COMPAGNON
  •  • 349 mots

De langue française, Renée Vivien est née à Londres dans une famille d'origine anglo-américaine. Son père meurt à Paris et, toute jeune, elle va voyager à travers le monde jusqu'en Grèce et en Inde. Elle parle de nombreuses langues et l'exotisme de sa personne contribue au mystère qui entoure son existence et ses poèmes. Elle subit l'influence du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vivien-pauline-tarn-dite-renee/#i_48733

Pour citer l’article

Dominique RICHARD, « SAPPHO (fin -VIIe-déb. -VIe s.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/sappho/