VIVIEN PAULINE TARN dite RENÉE (1877-1909)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De langue française, Renée Vivien est née à Londres dans une famille d'origine anglo-américaine. Son père meurt à Paris et, toute jeune, elle va voyager à travers le monde jusqu'en Grèce et en Inde. Elle parle de nombreuses langues et l'exotisme de sa personne contribue au mystère qui entoure son existence et ses poèmes. Elle subit l'influence du Parnasse, mais c'est d'abord une sorte de préciosité hellénique, revue par la littérature anglaise, qu'on voudrait évoquer à son propos. Son premier recueil de vers, Études et préludes (1901), est empreint de sensualité et de langueur. Elle mérite pleinement le nom de Sapho moderne, et elle se réclame en effet de la poétesse de Lesbos dont elle propose une traduction en 1903. Elle se fait le chantre de la Grèce voluptueuse des amours saphiques avec toute la violence contenue d'une féminité complexe. Ses passions aussi sont violentes et elle s'entoure du lourd parfum de roses et de violettes pour recevoir un groupe d'amies, dont Colette Willy, à l'ombre des hommes. L'influence de Baudelaire apparaît clairement dans ses vers ; les recueils de poèmes, Cendres et poussières (1902), Évocations (1903), expriment la souffrance du désir et les effets de l'amour jusqu'aux affres de la mort. Cette douleur, dans sa vie et dans son inspiration, cet épuisement du corps conduisent Renée Vivien vers un mysticisme qui s'affirme de plus en plus. À l'heure des mains jointes (1906) et Dans un coin de violettes (publié en 1910) invoquent la paix, le repos et l'harmonie auxquels aspirent l'âme et le corps dans un retour à l'amour pur et rêveur. Cette paradoxale évolution, Renée Vivien la poursuit jusqu'à la conversion à la foi chrétienne. Son dernier recueil, Le Vent des vaisseaux, publié après sa mort, atteint le calme et cet état d'extinction du désir contre lesquels la plus mystérieuse des poétesses du début du siècle s'était battue tout au long de sa vie.

—  Antoine COMPAGNON

Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur à l'université Columbia, États-Unis

Classification

Pour citer l’article

Antoine COMPAGNON, « VIVIEN PAULINE TARN dite RENÉE - (1877-1909) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/vivien-pauline-tarn-dite-renee/