SAMOA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

quelques données-clés.
Nom officielÉtat indépendant des Samoa (WS)
Chef de l'ÉtatVa'aletoa Sualauvi II (depuis le 21 juillet 2017)
Chef du gouvernementFiame Naomi Mata'afa (depuis le 24 mai 2021)
CapitaleApia
Langues officiellessamoan 2
Note : Le samoan est la langue officielle mais l'anglais est également employé dans le domaine législatif
Unité monétairetala (WST)
Population203 900 (estim. 2021)
Superficie (km2)2 831

Histoire

Peuplement

Des Polynésiens, venant probablement des Tonga, arrivent dans l'archipel des Samoa vers l'an 1000 avant J.-C., comme l'attestent les tessons de poterie Lapita découverts dans le lagon de Mulifanua, sur l'île d'Upolu. Vers 200 après J.-C., les Samoa sont devenues le point de départ de nombreuses vagues de peuplement dirigées vers la Polynésie orientale, et les Samoans sont passés maîtres dans l'art de la navigation, de la construction d'embarcations et de la pêche. Leur société est entièrement tournée vers la mer, même si une agriculture de subsistance (igname, taro, fruit à pain, banane, canne à sucre, noix de coco) se développe.

Influence européenne

Les navigateurs européens qui débarquent pour la première fois dans les Samoa en 1722 sont d'abord bien accueillis en raison des technologies et des biens qu'ils apportent. John Williams, membre de la Société missionnaire de Londres, parvient à établir une mission chrétienne en 1830. La population commence cependant à résister face aux implantations de colons, venus des États-Unis, du Royaume-Uni et d'Allemagne, qui tentent par ailleurs de persuader leurs gouvernements respectifs d'annexer les Samoa. En 1878, les États-Unis signent un traité les autorisant à établir une base navale dans le port de Pago Pago (Samoa américaines actuelles). Le Royaume-Uni et l'Allemagne concluent des accords similaires dès l'année suivante. En 1889, alors que les trois pays sont sur le point de s'affronter ouvertement, un cyclone coule six bâtiments de guerre. Réunis à Berlin, ils signent alors un traité garantissant la neutralité de l'archipel. Mais dès 1899, les États-Unis annexent les Samoa orientales, tandis que l'Allemagne s'empare de la partie ouest de l'archipel. Le Royaume-Uni obtint en compensation les Tonga et une partie des Salomon. La volonté d'indépendance politique dans les Samoa occidentales apparaît en 1908 avec l'émergence du Mau a Pule, mouvement dirigé par l'orateur Lauaki Namulau'ulu qui, avec neuf autres chefs, est battu, jugé et exilé à Saipan, dans l'archipel des Mariannes.

Administration néo-zélandaise

Des troupes venues de Nouvelle-Zélande occupent ensuite les Samoa occidentales, en août 1914, sans rencontrer de résistance. Accusé de négligence lors de l'épidémie de grippe de 1918-1919 (plus de 20 p. 100 de la population meurt), l'occupant doit faire face à la rébellion de la population. La Société des nations accorde néanmoins à la Nouvelle-Zélande, en 1920, un mandat sur les Samoa occidentales. Le nouveau gouverneur tente à son tour de saper le pouvoir des matai. En réponse, un mouvement politique du nom de Mau (« opinion ») s'organise autour d'Olaf Frederick Nelson. Mais Auckland envoie des soldats et Nelson est exilé en Nouvelle-Zélande. Lors d'une manifestation organisée par le Mau en décembre 1929, le matai Tupua Tamasese Lealofi III et d'autres partisans du mouvement sont tués.

Le Mau est reconnu comme organisation politique légale par le premier gouvernement travailliste de la Nouvelle-Zélande, arrivé au pouvoir en 1935. Les relations entre Samoans et Néo-Zélandais s'apaisent. L'économie se redresse pendant la Seconde Guerre mondiale lorsqu'une garnison américaine stationne à Upolu et y construit plusieurs routes et un aéroport. La Nouvelle-Zélande autorise la création d'un conseil d'État et d'une Assemblée législative, le Fono, à la fin des années 1940, et la tenue d'une Assemblée constitutionnelle en 1954. Plusieurs réformes gouvernementales sont mises en œuvre pendant les quelques années qui suivent, alors que l'agitation indépendantiste continue.

De l'indépendance à nos jours

En 1962, les Samoa occidentales obtiennent leur indépendance politique. La Constitution adoptée la même année prévoit un régime parlementaire mêlant les traditions samoanes et néo-zélandaises. Le gouvernement local est responsable de plus de 360 villages rassemblés dans onze districts administratifs. Chaque aiga (famille élargie) désigne au moins un matai pour la diriger et la représenter. Ceux-ci se réunissent en conseils de village pour gérer les affaires locales.

Le roi Malietoa Tanumafili II devient, en 1963, l'unique chef de l'État (O le Ao o le Malo), poste qu'il conservera jusqu'à sa mort en 2007. Depuis lors, les chefs de l'État sont élus pour un mandat de cinq ans par l'Assemblée législative. Ainsi, le 15 juin 2007, Tuiatua Tupua Tamasese Efi est arrivé au pouvoir. En 1970, les Samoa intègrent le Commonwealth et deviennent membres de l'O.N.U. en 1976. Les partis politiques apparaissent à la fin des années 1970. Les plus importants sont le Parti de la protection des droits de l'homme (Human Rights Protection Party, H.R.P.P.) et le Parti du développement national de Samoa (Samoan National Development Party, S.N.D.P.).

Un référendum, organisé en 1990, postule que les membres du Fono sont désormais élus au suffrage universel (et non plus seulement par les matai). Le gouvernement décide, en 1992, de privilégier davantage le tourisme, en améliorant les infrastructures de transport à Upolu.

En 1997, le Fono décide de changer le nom du pays, en supprimant l'adjectif « occidentales », malgré les protestations des Samoa américaines voisines. Depuis 1998, Tuilaepa Sailele Malielegaoi occupe le poste de Premier ministre. Lors des élections législatives de 2011, le H.R.P.P. remporte sa septième victoire depuis l’indépendance, même si le parti ne dispose plus de la majorité absolue à l’Assemblée depuis 1996. Alors que l’économie pâtit de la récession mondiale, le pays est touché, en septembre 2009, par un tsunami qui ravage la côte sud-est de l’île d’Upolu où se trouvent de nombreux centres touristiques.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages


Médias de l’article

Samoa : carte physique

Samoa : carte physique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Samoa : drapeau

Samoa : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  SAMOA  » est également traité dans :

ANTHROPOLOGIE DE LA COMMUNICATION

  • Écrit par 
  • Julien BONHOMME
  •  • 4 199 mots

Dans le chapitre « De la parole à la communication »  : […] L’anthropologie de la communication se démarque également des approches plus étroitement linguistiques sur un autre point. Si, entre 1962 et 1964, Hymes passe de l’ethnographie de la parole à l’ethnographie de la communication, c’est pour souligner le fait que celle-ci ne se limite pas à l’échange de messages verbaux. La communication non verbale joue un rôle important dans la vie sociale, même s […] Lire la suite

APIA

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 251 mots
  •  • 1 média

La ville d'Apia, située sur la côte nord de l'île d'Upolu, dans l'océan Pacifique Sud, est la capitale des Samoa depuis 1959 . Son observatoire, les bâtiments de l'Assemblée législative et une station de radio se trouvent sur la péninsule de Mulinuu, un promontoire qui sépare le port d'Apia de la baie de Vaiusu. L'auteur écossais Robert Louis Stevenson passa la dernière année de sa vie à Apia ( […] Lire la suite

WENDT ALBERT (1939- )

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 408 mots

Poète et romancier samoan, Albert Wendt écrit sur la vie quotidienne dans son archipel natal. Cet homme de lettres, peut-être le plus connu du Pacifique sud, tente d'offrir un contrepoint aux portraits souvent très romantiques ou à connotation raciste que brossent les étrangers des Polynésiens. Né le 27 octobre 1939 à Apia, dans les Samoa occidentales (aujourd'hui Samoa), Albert Wendt possède des […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

12 mars 2019 Union européenne. Révision de la liste noire des paradis fiscaux.

Les territoires américains des Samoa, de Guam et des îles Vierges, ainsi que Trinité-et-Tobago et les Samoa indépendantes y figurent toujours. La Barbade, les Émirats arabes unis et les îles Marshall, qui en étaient sortis en 2018, la réintègrent. Aruba, Belize, les Bermudes, les Fidji, Oman, Vanuatu et la Dominique les rejoignent. […] Lire la suite

6 mars 2019 Union européenne. Rejet de la liste noire des pays défaillants en matière de lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme.

Parmi les sept nouveaux États ajoutés à la liste figuraient l’Arabie Saoudite et quatre territoires américains – les Samoa américaines, Guam, Porto Rico et les îles Vierges américaines. Washington et Riyad avaient critiqué cette décision de Bruxelles. […] Lire la suite

5 décembre 2017 Union européenne. Publication de la « liste noire » des paradis fiscaux.

Il s’agit de Bahreïn, la Barbade, la Corée du Sud, les Émirats arabes unis, la Grenade, Guam, Macao, les îles Marshall, la Mongolie, la Namibie, Palaos, le Panamá, Sainte-Lucie, les Samoa – indépendantes et américaines –, Trinité-et-Tobago et la Tunisie. Aucun État membre n’en fait partie – ni aucun grand centre financier offshore, selon l’avis des organisations non gouvernementales anticorruption. […] Lire la suite

5 juillet 2017 Samoa. Élection de Va'aletoa Sualauvi II à la présidence.

Le Parlement constitué de chefs coutumiers élit Va’aletoa Sualauvi II à la tête de l’État pour un mandat de cinq ans. Doté du titre de Tuimaleali’ifano, il est l’un des quatre chefs de l’aristocratie autochtone. Va’aletoa Sualauvi II succède à Tuiatua Tupua Tamasese Efi. Le rôle du président est honorifique. […] Lire la suite

4 mars 2016 Samoa. Victoire électorale du pouvoir.

Le parti d’opposition Tautua Samoa est en recul avec 8 p. 100 des voix et 2 députés. Sont également élus 13 candidats indépendants.  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Sophie FOSTER, « SAMOA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/samoa/