SAINT-VINCENT-ET-LES-GRENADINES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

quelques données-clés.
Nom officielSaint-Vincent-et-les Grenadines (VC)
Chef de l'Étatla reine Élisabeth II (Royaume-Uni), représentée par la gouverneure générale Susan Dougan (depuis le 1er août 2019)
Note :
Chef du gouvernementRalph Gonsalves (depuis le 29 mars 2001)
CapitaleKingstown
Langue officielleanglais
Unité monétairedollar des Caraïbes de l'Est (XCD)
Population110 500 (estim. 2019)
Superficie (km2)389

L'indépendance

Le projet d'unir Saint-Vincent, la Grenade et Sainte-Lucie, évoqué en 1972, sera par la suite abandonné. L'archipel acquiert son indépendance, sous le nom de Saint-Vincent-et-les-Grenadines, le 27 octobre 1979. Il opte pour la monarchie constitutionnelle et devient membre du Commonwealth. Après la victoire du parti travailliste (Saint-Vincent Labour Party) lors des élections de décembre 1979, Milton Cato devient le premier Premier ministre du pays. Critiquant la révolution qui agite la Grenade et les événements se déroulant à la Jamaïque et au Guyana, il préfère se rapprocher des régimes un peu plus modérés de Trinité-et-Tobago et de la Barbade.

En 1979, le volcan de la Soufrière entre à nouveau en éruption, portant un coup aux secteurs agricole et touristique. Le cyclone Allen détruit presque toute la récolte de bananes, stratégique, en 1980. La récession qui frappe les États-Unis et la chute de la livre sterling par rapport au dollar font chuter plus encore la fréquentation touristique du pays et ses exportations de bananes.

En juillet 1984, le New Democratic Party (N.D.P.) remporte les élections générales sous la conduite de James Mitchell. Ce dernier s'emploie alors à réorganiser le secteur agricole et à faire baisser le chômage, supérieur à 30 p. 100, en encourageant le secteur du bâtiment. Durant son premier mandat, la situation économique s'améliore régulièrement, bien que le chômage demeure élevé. Mitchell est reconduit dans ses fonctions en 1989 après que sa formation a remporté la totalité des 15 sièges soumis aux suffrages de l'Assemblée législative. Les élections de 1994 sont un nouveau succès pour lui, même s'il doit laisser trois sièges à l'opposition. Il remporte difficilement le scrutin de 1998 face à une opposition maintenant coalisée derrière l'Unity Labour Party (U.L.P., parti travailliste). En 2000, le projet gouv [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Médias de l’article

Saint-Vincent-et-les-Grenadines : carte physique

Saint-Vincent-et-les-Grenadines : carte physique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Saint-Vincent-et-les-Grenadines : drapeau

Saint-Vincent-et-les-Grenadines : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau

Baie de l'île Moustique

Baie de l'île Moustique
Crédits : Digital Vision/ Getty

photographie

Île Moustique, Saint-Vincent-et-les-Grenadines

Île Moustique, Saint-Vincent-et-les-Grenadines
Crédits : W. J. Hebert/ Getty Images

photographie

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  SAINT-VINCENT-ET-LES-GRENADINES  » est également traité dans :

KINGSTOWN

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 161 mots

Capitale et port le plus important de Saint-Vincent et les Grenadines, État insulaire des Petites Antilles, Kingstown (13 044 hab. en 2004) est située au sud de la côte occidentale de Saint-Vincent, la plus grande et la plus septentrionale des îles Grenadines. La ville surplombe le port et est abritée par la colline de Berkshire au nord et par Cane Garden Point au sud. Le port possède un quai po […] Lire la suite

Pour citer l’article

David Lawrence NIDDRIE, Richard TOLSON, « SAINT-VINCENT-ET-LES-GRENADINES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/saint-vincent-et-les-grenadines/