SAINT-VINCENT-ET-LES-GRENADINES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

quelques données-clés.
Nom officielSaint-Vincent-et-les Grenadines (VC)
Chef de l'Étatla reine Élisabeth II (Royaume-Uni), représentée par la gouverneure générale Susan Dougan (depuis le 1er août 2019)
Note :
Chef du gouvernementRalph Gonsalves (depuis le 29 mars 2001)
CapitaleKingstown
Langue officielleanglais
Unité monétairedollar des Caraïbes de l'Est (XCD)
Population110 500 (estim. 2019)
Superficie (km2)389

Histoire

L'île de Saint-Vincent doit peut-être son nom à Christophe Colomb, qui y aurait débarqué le 22 janvier 1498 (jour de la Saint-Vincent). Les Karibs qui peuplent alors l'île y vivent paisiblement jusqu'au xviiie siècle. En 1673 arrivent les premiers Africains, des esclaves qui ont fait naufrage dans les Grenadines avant de s'échouer à Saint-Vincent, se mêlant alors aux Karibs indigènes. Français, Néerlandais et Britanniques tentent tour à tour de s'implanter dans l'île. Les premiers la dominent cependant jusqu'à ce que le général britannique Robert Monckton occupe Saint-Vincent en 1762, pendant la guerre de Sept Ans. Le traité de Paris confirme en 1763 l'appartenance de l'île à la Grande-Bretagne. La colonisation se poursuit, bien que les Karibs refusent la souveraineté britannique. Les Français s'emparent de l'île en 1779 mais la restituent à la Grande-Bretagne en 1783. En 1795, ils soutiennent la révolte des Karibs, réprimée l'année suivante. La plupart des Karibs sont alors déportés vers les îles de la Baie, au large du Honduras et de Belize. Durant la seconde moitié du xixe siècle, le prix du sucre s'effondre, plongeant l'île dans une dépression qui durera jusqu'à la fin du siècle. Le cyclone de 1898 et l'éruption volcanique de 1902 entraveront la reconstruction économique. À la fin du xixe siècle, de la main-d'œuvre est amenée du Portugal et d'Asie du Sud-Est pour compenser le manque dû à l'émancipation des esclaves en 1834.

L'île de Saint-Vincent rejoint la fédération des Antilles en 1958, avant d'être dotée d'une nouvelle Constitution, en 1960. Elle devient un État associé au Royaume-Uni le 27 octobre 1969. Le monarque britannique, chef de l'État, est représenté sur l'île par le gouverneur-général qu'il désigne.

Le 1er juillet 1968, l'archipel est devenu membre de l'Association de libre-échange des Caraïbes, la [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Médias de l’article

Saint-Vincent-et-les-Grenadines : carte physique

Saint-Vincent-et-les-Grenadines : carte physique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Saint-Vincent-et-les-Grenadines : drapeau

Saint-Vincent-et-les-Grenadines : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau

Baie de l'île Moustique

Baie de l'île Moustique
Crédits : Digital Vision/ Getty

photographie

Île Moustique, Saint-Vincent-et-les-Grenadines

Île Moustique, Saint-Vincent-et-les-Grenadines
Crédits : W. J. Hebert/ Getty Images

photographie

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  SAINT-VINCENT-ET-LES-GRENADINES  » est également traité dans :

KINGSTOWN

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 161 mots

Capitale et port le plus important de Saint-Vincent et les Grenadines, État insulaire des Petites Antilles, Kingstown (13 044 hab. en 2004) est située au sud de la côte occidentale de Saint-Vincent, la plus grande et la plus septentrionale des îles Grenadines. La ville surplombe le port et est abritée par la colline de Berkshire au nord et par Cane Garden Point au sud. Le port possède un quai po […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

David Lawrence NIDDRIE, Richard TOLSON, « SAINT-VINCENT-ET-LES-GRENADINES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/saint-vincent-et-les-grenadines/