RUTEBEUF (1230?-? 1280)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La complainte et l'ardeur

C'est en effet contre la destinée que lutte surtout le poète. Le rythme monotone de la complainte suggère le déroulement du temps, avec sa rengaine et ses étapes que résument les petits vers :

Ce sont ami que vens enporte, Et il ventoit devant ma porte, Ses enporta...

(« Ce sont amis que le vent emporte, et il ventait devant ma porte, alors il les a emportés. ») Le travail du poète est semblable à celui de Dieu, qui opère lui-même comme le tisserand qu'évoqueront plus tard Goethe puis Freud :

Diex soloit tistre et or desvuide. Par tens li est faillie traime.

(« Dieux tissait, maintenant il dévide : bientôt il n'aura plus de trame. ») C'est là un leitmotiv de Rutebeuf exprimant le pessimisme de sa vision du monde. D'où un ton généralement plaintif, et le mode mineur de son lyrisme sans musique. Mais la pensée se nourrit d'idées généreuses, en tout cas générales, même si le but à atteindre semble à l'occasion trop particulier. Certes l'hostilité à l'égard de Louis IX est en contradiction avec l'idée que nous nous faisons du saint roi. Mais le poète n'était pas le seul à s'exaspérer contre le roi dévot, sacrifiant l'intérêt matériel de son peuple à un salut menacé par l'imminente, croyait-il, fin du monde. Inversement, Rutebeuf fustige les paresseux, les égoïstes qui ne veulent pas partir à la croisade, négligeant leurs devoirs religieux. Il devait être difficile, entre 1262 et 1277, de réchauffer l'enthousiasme en faveur de l'Orient et des Lieux saints ! Pour ranimer l'ardeur des candidats éventuels à la guerre outre-mer, il faut jouer sur le désir et la peur, désir territorial que sollicite, par pieuse substitution, la Terre sainte, peur du déshonneur que renforce celle de la damnation. Le renouveau chevaleresque est placé dans la perspective évangélique, mais avec la mission militaire en plus. Devant ce qui paraît à l'auteur être une décadence de la civilisation, c'est encore la vertu militaire qui risque d'être la valeur la plus sûre. La discontinuité du discours poétique permet alors de ruser avec la logique et de masquer les contradictions [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, professeur à l'université de Paris-Sorbonne

Classification


Autres références

«  RUTEBEUF (1230?-? 1280)  » est également traité dans :

ALLÉGORIE

  • Écrit par 
  • Frédéric ELSIG, 
  • Jean-François GROULIER, 
  • Jacqueline LICHTENSTEIN, 
  • Daniel POIRION, 
  • Daniel RUSSO, 
  • Gilles SAURON
  •  • 11 638 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'art du XIIIe siècle »  : […] Si l'allégorie devient le mode d'expression privilégié au xiii e  siècle, c'est parce qu'elle répond à un mode de représentation en accord avec les tendances intellectualistes de l'époque. L'art symbolique de l'âge roman cède en effet la place à une esthétique plus systématique, plus lumineuse. On passe de l'ambiguïté des signes symboliques à un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/allegorie/#i_6139

MOYEN ÂGE - La poésie lyrique

  • Écrit par 
  • Daniel POIRION
  •  • 5 698 mots

Dans le chapitre « La poésie bourgeoise »  : […] Plus que la cour, c'est la ville qui favorise l'essor d'une poésie distincte de la tradition courtoise. Rutebeuf († 1285), qui fit carrière à Paris, joue dans ses poèmes un personnage non conformiste, parlant avec entrain de son mariage, de sa pauvreté, de ses amitiés et surtout de ses rancœurs. La médiation du moi , le rôle assumé d'amuseur et de pitre entraînent vers une so […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moyen-age-la-poesie-lyrique/#i_6139

Pour citer l’article

Daniel POIRION, « RUTEBEUF (1230?-? 1280) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/rutebeuf/