RUTEBEUF (1230?-? 1280)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Système de la satire

Le genre de la complainte satirique met de toute façon en rapport la vie privée et la vie publique, faisant appel à l'opinion, et visant à l'action, morale, politique ou économique, les problèmes d'argent restant une préoccupation constante et réaliste de cette littérature. Cette participation à l'activité historique est évidente dans la querelle de l'université de Paris. Mais la qualité littéraire transcende l'actualité politique grâce à tout un système esthétique qui organise l'apparent désordre des idées. Les poèmes de Rutebeuf, qui se présentent souvent comme des diptyques ou des triptyques, sont faits pour être comparés. Ainsi la Griesche d'été continue la Griesche d'hiver, La Complainte Le Mariage, La Repentance La Paix. Même les poèmes de croisade se répondent, La Nouvelle Complainte d'outre-mer renvoyant à la première et à la Complainte de Constantinople. C'est dire que nous n'avons pas affaire à des pamphlets de circonstance, mais aux pages d'un livre qui se construit dans le travail et la réflexion. De plus, chaque poème suppose acquis un certain héritage littéraire ; chaque motif entrant dans la composition apparaît comme une variation sur un thème connu. Ainsi l'on reconnaît le motif inversé de la reverdie des trouvères au début du Dit d'Hypocrisie :

Au tens que les cornoilles braient, Qui por la froidure s'esmaient Qui seur les cors lor vient errant...

(« Au temps où les corneilles font entendre leur plainte, quand elles sont en émoi à cause du froid qui s'abat soudain sur elles... ») Étrange avatar du rossignol lyrique, dans cette réplique de la satire ! L'adaptation, la transformation, la transposition du registre noble dans le style humble de la complainte se vérifient à tous les plans du travail poétique : le personnage de Renard est présenté aussi à l'envers, bestourné, dans un poème critiquant la cour de Louis IX. Les thèmes allégoriques de la bataille et du voyage, illustrés par de célèbres poèmes latins, servent aux intentions particulières de notre polémiste. Le poète ne cite pas, mai [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, professeur à l'université de Paris-Sorbonne

Classification


Autres références

«  RUTEBEUF (1230?-? 1280)  » est également traité dans :

ALLÉGORIE

  • Écrit par 
  • Frédéric ELSIG, 
  • Jean-François GROULIER, 
  • Jacqueline LICHTENSTEIN, 
  • Daniel POIRION, 
  • Daniel RUSSO, 
  • Gilles SAURON
  •  • 11 638 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'art du XIIIe siècle »  : […] Si l'allégorie devient le mode d'expression privilégié au xiii e  siècle, c'est parce qu'elle répond à un mode de représentation en accord avec les tendances intellectualistes de l'époque. L'art symbolique de l'âge roman cède en effet la place à une esthétique plus systématique, plus lumineuse. On passe de l'ambiguïté des signes symboliques à un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/allegorie/#i_6139

MOYEN ÂGE - La poésie lyrique

  • Écrit par 
  • Daniel POIRION
  •  • 5 698 mots

Dans le chapitre « La poésie bourgeoise »  : […] Plus que la cour, c'est la ville qui favorise l'essor d'une poésie distincte de la tradition courtoise. Rutebeuf († 1285), qui fit carrière à Paris, joue dans ses poèmes un personnage non conformiste, parlant avec entrain de son mariage, de sa pauvreté, de ses amitiés et surtout de ses rancœurs. La médiation du moi , le rôle assumé d'amuseur et de pitre entraînent vers une so […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moyen-age-la-poesie-lyrique/#i_6139

Voir aussi

Pour citer l’article

Daniel POIRION, « RUTEBEUF (1230?-? 1280) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/rutebeuf/