RUSE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Installé, comme tous les autres ports bulgares du Danube, sur la rive élevée du fleuve, Ruse dut sa croissance à la construction en 1868, dix ans avant l'indépendance de la Bulgarie, d'une voie ferrée le reliant au port de Varna sur la mer Noire, tandis que le chemin de fer venant de Vienne par Bucarest aboutissait en face, à Giurgiu, sur la rive roumaine la plus basse. Ruse fut ainsi une étape obligée entre l'Europe occidentale et Constantinople jusqu'à l'achèvement de la relation directe établie par l'Orient-Express (1888). La liaison avec Sofia fut construite au début du xxe siècle. La mise en service du pont de l'Amitié sur le Danube entre Ruse et Giurgiu (1954) a consolidé le rôle de carrefour de Ruse, devenu la ville bulgare la plus proche de l'Union soviétique puis des États issus de la partition de l'U.R.S.S. (Ukraine, Moldavie) pour les transports sans rupture de charge.

La facilité des trafics fluviaux, ferroviaires et routiers est à l'origine de l'essor industriel. Les constructions mécaniques et la chaudronnerie, spécialisées à l'origine dans le matériel ferroviaire et le matériel agricole nécessaire à l'arrière-pays, couvrent désormais une large gamme : constructions navales, grues, matériel électrique, etc. L'importation du pétrole justifie la raffinerie, les campagnes voisines les sucreries, les minoteries et les industries agroalimentaires, la présence d'une abondante main-d'œuvre féminine les industries textiles et de matières plastiques. L'établissement d'une zone franche attire les investissements directs étrangers.

Les rues commerçantes des vieux quartiers proches du port montrent de nettes influences viennoises. Mais de grands immeubles signalent les transformations des anciens faubourgs, et le centre de gravité de la ville s'est déplacé vers la gare et vers les abords du pont, près desquels se sont développés les quartiers résidentiels et industriels ordonnés selon de longues perspectives. Ruse est également un centre culturel important de la région de Razgrad. La ville connaît des problèmes environnementaux liés tant à la pollution du Danube qu'à celle de l'atmosphère. Cette dernière nuisance a provoqué l'accroissement des maladies respiratoires et, partant de là, le départ d'un certain nombre de personnes. De 190 000 habitants en 1991, la population a chuté à 177 700 habitants en 2003.

—  Pierre-Yves PÉCHOUX

Écrit par :

  • : maître assistant à l'université de Toulouse-Le-Mirail, expert de l'Organisation des Nations unies à Chypre

Classification


Autres références

«  RUSE  » est également traité dans :

BULGARIE

  • Écrit par 
  • Roger BERNARD, 
  • André BLANC, 
  • Christophe CHICLET, 
  • Nadia CHRISTOPHOROV, 
  • Jack FEUILLET, 
  • Vladimir KOSTOV, 
  • Edith LHOMEL, 
  • Robert PHILIPPOT
  •  • 26 975 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « La Bulgarie des plaines »  : […] La Bulgarie des plaines est de loin la plus peuplée, la plus cultivée, la plus vivante. Mais elle vit en symbiose avec la montagne qui lui fournit ses eaux, ses bois, ses minerais. La plaine danubienne, de 1 000 m jusqu'au niveau des balta du grand fleuve, est formée par un étagement de plateaux, glacis et terrasses découpés de vallées profondes e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bulgarie/#i_29926

Pour citer l’article

Pierre-Yves PÉCHOUX, « RUSE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ruse/