ROYAL DE LUXE, compagnie théâtrale

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Faire théâtre de tout. C'était le mot d'ordre d'Antoine Vitez. Ce pourrait être celui de Royal de Luxe. Sauf que ce théâtre ne se joue pas dans des salles mais, pour paraphraser cette fois Shakespeare, prend pour scène le monde, au sens littéral du terme. En effet, à l'espace clos traditionnel, la troupe dirigée par Jean-Luc Courcoult préfère les rues et les places publiques. Son mode d'action ? Les défilés, les parades, la transformation en aire de spectacle des carrefours, des parvis – tel celui du palais des Papes, à Avignon. Ses armes ? Des moteurs et des ferrailles assemblés en tonitruantes machineries ou, tout bonnement, des bus, des voitures et autres objets de consommation courante. Car Royal de Luxe vise d'abord à la transfiguration du banal.

En près de vingt ans d'existence, la compagnie, née à Aix-en-Provence en 1979 et installée depuis 1989 à Nantes, s'est imposée partout dans le monde, au point de faire figure de troupe emblématique du théâtre de rue. Véritable institution, elle a été à plusieurs reprises missionnée par l'antenne culturelle du ministère des Affaires étrangères, l'A.F.A.A. (Agence française d'action artistique) pour représenter la jeune création française en dehors de l'Hexagone. On l'a vue en Suisse, en Allemagne, en Afrique du Sud, au Cameroun. On l'a vue en Espagne, aux Pays-Bas, en Amérique latine, lors du fameux voyage du Cargo armé tout exprès par la troupe en 1992, emportant avec lui une rue de Nantes reconstituée dans la cale et des invités tels que la Mano Negra, Philippe Genty et Philippe Découflé...

Le fait que ses créations reposent moins sur le pouvoir de la langue que sur celui des images explique en partie le succès de Royal de Luxe. Mais pour mieux le comprendre, il faut en revenir à son histoire héritée de Mai-68, du refus des traditions aboutissant à une autre conception de la création. À l'heure où surgissent des « villes nouvelles » du côté de Saint-Quentin-en-Yvelines ou Marne-la-Vallée, s'élabore une réflexion originale sur l'espace urbain et sa reconquête menée, entre a [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : journaliste, responsable de la rubrique théâtrale à La Croix

Classification

Autres références

«  ROYAL DE LUXE, compagnie théâtrale  » est également traité dans :

ARTS DE LA RUE

  • Écrit par 
  • Emmanuel WALLON
  •  • 6 848 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Entre l'expérience et l'œuvre »  : […] La documentation de HorsLesMurs rassemble la plupart des écrits relatifs aux compagnies. Peu de spectacles ont fait l'objet de captations audiovisuelles fidèles, bien que les créations et les festivals attirent les photographes et les reporters. L'iconographie serait orpheline et la connaissance balbutiante si n'existaient, notamment dans les collections du Musée national des arts et traditions po […] Lire la suite

THÉÂTRE OCCIDENTAL - Crises et perspectives contemporaines

  • Écrit par 
  • Jean CHOLLET
  •  • 3 865 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Le théâtre de rue »  : […] En flânant sur les chemins tortueux de l’histoire du théâtre européen, on retrouve les traces de baladins, saltimbanques et autres acrobates, qui ont investi l’espace urbain comme lieu de représentation. Une tradition qui traverse les siècles, de l’époque médiévale à nos jours, sous des formes qui peuvent varier, mais qui toutes expriment la même ambition de nourrir un théâtre populaire dans la p […] Lire la suite

Pour citer l’article

Didier MÉREUZE, « ROYAL DE LUXE, compagnie théâtrale », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 mai 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/royal-de-luxe-compagnie-theatrale/