ROME, NOUVELLE CAPITALE DES ARTS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Si Rome, au début du xvie siècle, redevient un des centres artistiques européens les plus importants, c'est en grande partie grâce au mécénat volontariste du pape Jules II (1503-1513), qui y réunit une incomparable pléiade d'artistes, notamment Bramante, Michel-Ange et Raphaël, qui travaille à partir de 1508 aux fresques de son appartement du Vatican, les Chambres (Stanze). Ces grandes commandes ne sont pas exclusives d'autres travaux, religieux ou non (ainsi les décors de la villa Farnésine, qui occupent de nombreux peintres dont Raphaël et Sebastiano del Piombo). Cette intense activité artistique est ponctuée par la découverte d'importantes statues antiques (le Laocoon, en 1506), présentées dans les jardins du Belvédère aménagés spécialement par Bramante, et véritable premier musée de sculpture antique.Elle se poursuivra pendant les pontificats de Léon X Médicis (1513-1521) et de son neveu Clément VII Médicis (1523-1534), mais sera brutalement interrompue, en 1527, par le sac de la ville par les troupes allemandes de Charles Quint.

Michel-Ange, Moïse

Michel-Ange, Moïse

photographie

En 1505, le pape Jules II commande son tombeau à Michel-Ange; le projet sera plusieurs fois modifié. Seule la statue de Moïse est entièrement de la main de l'artiste. Vers 1515. Marbre. Hauteur : 235 cm. Église Saint-Pierre-aux-Liens, Rome. 

Crédits : Rabatti-Domingie/ AKG

Afficher

—  Barthélémy JOBERT

Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, professeur à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification

Pour citer l’article

Barthélémy JOBERT, « ROME, NOUVELLE CAPITALE DES ARTS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/rome-nouvelle-capitale-des-arts/