ROMANCERO, Heinrich HeineFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le Romancero (1851), dernier grand recueil lyrique de Heinrich Heine (1797-1856), l'écrivain allemand exilé à Paris, expose dans une veine grinçante et radicale le bilan d'un rapport singulièrement déchiré avec le genre poétique. Dès le Livre des chants (1827), Heinrich Heine avait discrètement sapé les fondements de la poésie romantique allemande en situant son écriture dans la proximité insistante du cliché et en soumettant les modèles romantiques à un travail de décalage qui ne les autorisait plus à déboucher sur une autre révélation que celle de la banalité. Les Nouveaux Poèmes (1844) avaient creusé l'écart qui séparait Heine de la poésie de « l'époque artistique » allemande (l'époque de Goethe). L'invention d'un genre nouveau, le « poème actuel » (Zeitgedicht), ouvrit la voie à une pratique outrancière et virtuose de la satire politique, dont Heine livra bien des exemples irrésistibles. Les épopées en vers (Germania. Un conte d'hiver, 1844, et Atta Troll, 1847) attestent elles aussi l'efficacité de bouffonneries politiques dans lesquelles Heine ne craignait pas d'avoir recours à des fables animales et aux différentes figures du grotesque et du « bas corporel » pour porter un coup fatal aux représentants d'une Allemagne réactionnaire qu'il avait fuie pour s'installer dans la capitale de la Révolution.

Heinrich Heine

Heinrich Heine

Photographie

L'œuvre de Heinrich Heine frappe par sa diversité, mêle prose et poésie, satire et lyrisme. Il laisse également de pénétrantes chroniques sur la France et l'Allemagne. 

Crédits : DeAgostini/ Getty Images

Afficher

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  ROMANCERO, Heinrich Heine  » est également traité dans :

HEINE HEINRICH (1797-1856)

  • Écrit par 
  • Pierre GRAPPIN
  •  • 2 697 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La maladie »  : […] Le dernier de ses grands recueils poétiques, le Romanzero a été publié en 1851. Il est le plus riche et il contient ses pièces les plus émouvantes, en particulier ses méditations sur la maladie, la mort, le dieu des Hébreux et le destin des âmes. Depuis 1848, Heine était atteint de paralysie, et il était habité par la pensée de la mort (qui surviendra huit ans plus tard à Par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/heinrich-heine/#i_25273

Voir aussi

Pour citer l’article

Isabelle KALINOWSKI, « ROMANCERO, Heinrich Heine - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/romancero-heinrich-heine/