POLANSKI ROMAN (1933-    )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un univers mental

Les premiers courts-métrages polonais de Roman Polanski donnent déjà le ton d'un univers désenchanté, voire désespéré, où la violence et le meurtre côtoient l'indifférence : Meurtre (1956), La Lampe (1959), Quand les anges tombent... (1959). Trois autres courts-métrages très remarqués, Deux hommes et une armoire (1958), Le Gros et le maigre (1961) et Les Mammifères (1962), relèvent de l'allégorie. Ils évoquent le rejet des êtres qui sortent de la norme, ou la domination subie ou acceptée. À chaque fois, si le sujet intrigue, l'originalité et l'habileté du traitement séduisent.

C'est encore un affrontement entre deux hommes qui est au cœur du Couteau dans l'eau, sur un scénario qui doit beaucoup au futur réalisateur Jerzy Skolimowski. Un chroniqueur sportif embourgeoisé entraîne un jeune étudiant sur son yacht pour vingt-quatre heures. Il l'humilie sans cesse sous les yeux de son épouse, calme et sensuelle, qui méprise le jeu cruel auquel semble se soumettre le jeune homme... Le film est d'autant plus remarqué qu'il rompt avec les thèmes de la génération précédente (celle de Wajda, Munk, Kawalerowicz...), c'est-à-dire la guerre, la résistance, le communisme. La réalisation est parfaitement maîtrisée malgré les difficultés que représentent aussi bien le tournage de ce huis clos sur un bateau que la faiblesse des moyens. Polanski restera un adepte des méthodes de travail et de tournage classiques et reprochera toujours à la Nouvelle Vague française son manque de professionnalisme technique.

Le Couteau dans l'eau aurait pu se situer ailleurs qu'en Pologne, tout comme Répulsion ailleurs qu'à Londres où il est tourné. L'univers de Roman Polanski est en effet essentiellement mental. Répulsion est réalisé à partir d'un scénario d'épouvante écrit par Gérard Brach, avec qui Polanski collaborera fréquemment. Mais faire peur ne lui suffit pas. Il fait de Carol (Catherine Deneuve), cette jeune femme qui s'enferme dans un appartement et tue tous ceux qui tentent[...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : critique et historien de cinéma, chargé de cours à l'université de Paris-VIII, directeur de collection aux Cahiers du cinéma

Classification


Autres références

«  POLANSKI ROMAN (1933- )  » est également traité dans :

LE PIANISTE (R. Polanski)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre JEANCOLAS
  •  • 1 035 mots

En mai 2002, lors de sa présentation au festival de Cannes, deux jours avant que le jury ne lui décerne la palme d'or, Le Pianiste, seizième long-métrage de Roman Polanski , avait été accueilli plutôt fraîchement par les critiques français. Quatre mois plus tard, les regards avaient changé, à quelques exceptions près. Plusieurs […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-pianiste/#i_17454

ROSEMARY'S BABY, film de Roman Polanski

  • Écrit par 
  • Laurent JULLIER
  •  • 868 mots
  •  • 1 média

Roman Polanski avait déjà exploré dans Répulsion (1965) le thème de la jeune femme en lutte avec des démons intérieurs – avec Rosemary's Baby les forces qui contreviennent à l'épanouissement de l'héroïne s'incarnent cette fois dans les membres de son entourage. Polanski reviendra sur la dimension paranoïaque […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rosemary-s-baby/#i_17454

GORDON RUTH (1896-1985)

  • Écrit par 
  • André-Charles COHEN
  •  • 523 mots

À l'aise dans les situations farfelues, elle accepte en 1968 de revenir au cinéma sous la direction de Polanski, dans Rosemary's Baby. Le réalisateur utilise merveilleusement la vieille dame, malicieuse et perverse, qui initie Mia Farrow au culte de Satan. Ruth Gordon obtint l'oscar du meilleur second […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ruth-gordon/#i_17454

SOCIALISTES ART DANS LES PAYS

  • Écrit par 
  • Robert ABIRACHED, 
  • Louis MARCORELLES, 
  • Jean-Jacques NATTIEZ
  •  • 12 583 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Le cinéma polonais »  : […] ne réussit pas à donner un ton original à sa production. Deux nouvelles personnalités émergent pourtant, qui émigrent assez vite à l'Ouest : Roman Polanski avec Le Couteau dans l'eau (Nöz w wodzie, 1962), histoire d'un curieux ménage à trois sur un yacht, et Jerzy Skolimowski, tour à tour poète, boxeur, individualiste forcené ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-dans-les-pays-socialistes/#i_17454

VAMPIRE, cinéma

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 890 mots
  •  • 1 média

Le thème du vampire doit sa célébrité au cinéma. Dès le xviiie siècle, Dom Calmet avait réuni tous les éléments du mythe (monstre buveur du sang des vivants, qui ne peut mourir que d'un pieu enfoncé dans le cœur), éléments repris, au xixe siècle, par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vampire-cinema/#i_17454

Pour citer l’article

Joël MAGNY, « POLANSKI ROMAN (1933-    ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 octobre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-polanski/