ROMAN GRAPHIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un art mal aimé

L’expression « bande dessinée » date des années 1930 (sa première apparition connue dans la presse date du 1er juin 1938, dans le quotidien socialiste Le Populaire). À l’étranger aussi, la bande dessinée est nommée de façon inadéquate, et souvent dépréciative : comics aux États-Unis (car les bandes dessinées y furent longtemps à caractère purement humoristique) ; fumetti en Italie (par allusion aux phylactères sortant de la bouche des personnages) ; historieta en Espagne et en Argentine ; manga (c’est-à-dire, étymologiquement, « images dérisoires ») au Japon, d’où le mot gagna la Corée (manhwa) et la Chine (manhua).

Quand, au cours des années 1960, se constitue en France la première génération de chercheurs sur la bande dessinée, il est symptomatique que ceux-ci évitent de nommer ainsi l’objet de leur étude. Dans le numéro de mars 1964 de Lettres et médecins, supplément littéraire mensuel de La Vie médicale, Claude Beylie baptise la bande dessinée « neuvième art ». En novembre de la même année sont fondées deux associations rivales, le Centre d’études des littératures d’expression graphique (CELEG), présidé par Francis Lacassin, et la Société civile d’études et de recherches des littératures dessinées (Socerlid), dont les animateurs sont Pierre Couperie et Claude Moliterni.

Avec le développement en France, dans les années 1970, d’une bande dessinée destinée spécifiquement à des adultes, le problème lexical posé par une expression liée à un lectorat enfantin se pose avec une acuité renouvelée. Dans le premier numéro (février 1978) d’(À suivre), Jean-Paul Mougin, son rédacteur en chef, définit la revue comme « l’irruption sauvage de la bande dessinée dans la littérature ». Les œuvres les plus remarquables qui y sont publiées, notamment celles de Hugo Pratt, de Jacques Tardi ou de Didier Comès, sont ensuite reprises dans une collection d’albums intitulée « Les romans (À suivre) ». Leurs points communs sont leur longueur, leurs abondantes références culturelles, et un dessin en noir et blanc. Il n’est pas douteux que le prototype de ces récits soit La Ballade de la mer salée de Pratt, que Casterman avait publié en album en 1975. Cette première aventure de Corto Maltese, longue de cent soixante-trois planches, avait séduit les responsables de la maison d’édition, certains pensant même qu’il fallait faire évoluer la bande dessinée dans cette seule direction – l’un des grands récits publiés par (À suivre), Ici Même, de Tardi et Forest, comporte d’ailleurs lui aussi cent soixante-trois planches ! Quant à Pratt, il était partisan de l’expression « littérature dessinée », qui lui était devenue familière grâce à l’intellectuel argentin Óscar Masotta, directeur en 1968-1969 de la revue Literatura Dibujada. Cette appellation aura toujours sa préférence.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Médias de l’article

A Contract with God, W. Eisner

A Contract with God, W. Eisner
Crédits : Will Eisner Studios, Inc.

photographie

Moi, ce que j’aime, c’est les monstres, E. Ferris

Moi, ce que j’aime, c’est les monstres, E. Ferris
Crédits : Emil Ferris/ Monsieur Toussaint Louverture

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  ROMAN GRAPHIQUE  » est également traité dans :

BANDE DESSINÉE

  • Écrit par 
  • Dominique PETITFAUX
  •  • 17 301 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Déclin du « comic book » et développement du « roman graphique »  »  : […] L'industrie du comic book connaît quelques réussites. En 1989, le scénariste britannique Neil Gaiman redonne vie à The Sandman , un super-héros né cinquante ans plus tôt. En 1992, la pseudo-mort de Superman (il ressuscitera un an plus tard) crée un certain émoi chez les fans. La même année débute Spawn , une série violente sur un soldat de l'Enfer dessinée avec virtuosité par Todd McFarlane. En […] Lire la suite

EISNER WILL (1917-2005)

  • Écrit par 
  • Dominique PETITFAUX
  •  • 855 mots
  •  • 2 médias

Bien que peu connu du grand public européen, l'Américain William (dit Will) Eisner a joué à plusieurs reprises un rôle essentiel dans l'évolution de la bande dessinée. Né le 6 mars 1917 à Brooklyn, il étudie à l'Art Students' League, puis, en 1936, publie ses premiers strips et, pour échapper aux contraintes qui pèsent sur la profession, fonde avec Jerry Iger un studio et sa propre agence de plac […] Lire la suite

POE EDGAR ALLAN (1809-1849)

  • Écrit par 
  • Gilles MENEGALDO
  •  • 5 632 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Illustration, bande dessinée, roman graphique »  : […] L’œuvre de l’écrivain, lui-même très favorable à l’illustration en tant qu’auteur et éditeur de revue, a d’abord inspiré de très nombreux artistes, en particulier Virgil Finlay, Edmund Dulac, Arthur Rackham, Aubrey Beardsley, Harry Clarke, Gustave Doré et même Édouard Manet , pour la traduction du Corbeau que donna Mallarmé. La forme brève des récits se prête également à l’adaptation en bande de […] Lire la suite

SATRAPI MARJANE (1969- )

  • Écrit par 
  • J.E. LUEBERING
  • , Universalis
  •  • 569 mots

Artiste et écrivain iranienne de langue francophone, Marjane Satrapi explore à travers ses romans graphiques les fossés et les points de jonction qui existent entre l'Orient et l'Occident. Fille unique d'un ingénieur et d'une dessinatrice de mode, Marjane Satrapi naît en 1969 à Rasht, dans une famille nourrie de valeurs occidentales. Elle grandit à Téhéran, où elle fréquente le lycée français. Apr […] Lire la suite

Pour citer l’article

Dominique PETITFAUX, « ROMAN GRAPHIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-graphique/