Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

EISNER WILL (1917-2005)

Bien que peu connu du grand public européen, l'Américain William (dit Will) Eisner a joué à plusieurs reprises un rôle essentiel dans l'évolution de la bande dessinée. Né le 6 mars 1917 à Brooklyn, il étudie à l'Art Students' League, puis, en 1936, publie ses premiers strips et, pour échapper aux contraintes qui pèsent sur la profession, fonde avec Jerry Iger un studio et sa propre agence de placement.

The Spirit, W. Eisner - crédits : W. Eisner/ éditions Vertige Graphic

The Spirit, W. Eisner

Le 2 juin 1940 sont publiées, dans un fascicule qu'il a conçu pour être le supplément dominical de plusieurs journaux, les sept premières pages de sa série The Spirit. Six cent quarante-cinq épisodes paraîtront, le dernier le 24 août 1952. Le protagoniste de la saga est Denny Colt, détective et criminologue qui se fait passer pour mort, et dont le quartier général est le caveau d'un cimetière. Le visage masqué, il consacre sa vie à la poursuite de dangereux criminels, et croise la route de femmes souvent aussi inquiétantes que belles. Il a pour assistant un jeune Noir, Ebony White, dont les paroles sont écrites de façon phonétique. La série, inspirée à l'origine par la vogue des « super-héros », atteint sa plénitude à partir de 1946, où elle s'inscrit dans le courant du « roman noir » et de ses adaptations cinématographiques : même jeu pictural sur le noir, le gris (alors peu utilisé par les dessinateurs) et le blanc, sur le clair-obscur, même cadre urbain, Eisner montrant un New York à la fois violent, mystérieux et poétique. L'humour est cependant toujours présent, et donne parfois aux intrigues un aspect parodique.

<em>A Contract with God</em>, W. Eisner - crédits : Will Eisner Studios, Inc.

A Contract with God, W. Eisner

Après une longue éclipse, durant laquelle il fonde et dirige la société American Visuals, chargée de créer des bandes dessinées éducatives pour des organismes ou des entreprises, Eisner revient au premier plan dans les années 1970, fêté par ses pairs qui lui décernent de nombreux prix, comme le Yellow Kid à Lucques, en Toscane, en 1974 et le grand prix à Angoulême en 1975. Il commence alors, à plus de soixante ans, une seconde carrière d'auteur, totalement inattendue, caractérisée par des œuvres réalistes et ambitieuses, à dimension sociale ou politique, qui répandent aux États-Unis la notion de « roman graphique » (graphic novel), par opposition aux bandes dessinées traditionnelles (désignées sous le vocable réducteur de comics). Le premier est Un pacte avec Dieu (A Contract with God, 1978 ; trad. franç., 1982), recueil de quatre courts récits sur la jeunesse du dessinateur, parmi des immigrants du Bronx. Eisner met également New York au centre de la série Big City, commencée en 1984, dont les volumes les plus marquants sont Dropsie Avenue (1987 ; trad. franç. la même année), histoire d'un quartier de la ville, du xviie au xxe siècle, puis Au cœur de la tempête (To the Heart of the Storm, 1991), largement autobiographique, et Peuple invisible (Invisible People, 1992 ;trad. franç. la même année), qui met en scène des sans domicile fixe.

Will Eisner fut actif jusqu'à la fin de sa vie, publiant notamment Mon dernier jour au Vietnam (Last Day in Vietnam, 2000 ; id.), puis La Valse des alliances (The Name of the Game, 2001), sur le mariage en tant que moyen de s'élever dans l'échelle sociale, et Fagin le juif (Fagin the Jew, 2003 ; trad. franç., 2004), récit de la vie du personnage créé par Charles Dickens dans Oliver Twist. Eisner voyait en Dickens un modèle, ses autres grandes références littéraires étant Ambrose Bierce, O. Henry et Maupassant. Il disait volontiers : « Je perçois mon travail comme un théâtre vivant. » Peu avant sa mort, survenue le 3 janvier 2005 à Fort Lauderdale en Floride, il acheva Le Complot (The Plot, 2005, Préface d'Umberto Eco, trad. franç. la même année), dont le thème est le texte antisémite Les Protocoles des Sages de Sion.

Il fut aussi un pédagogue et un théoricien de la bande dessinée,[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

The Spirit, W. Eisner - crédits : W. Eisner/ éditions Vertige Graphic

The Spirit, W. Eisner

<em>A Contract with God</em>, W. Eisner - crédits : Will Eisner Studios, Inc.

A Contract with God, W. Eisner

Autres références

  • ROMAN GRAPHIQUE

    • Écrit par Dominique PETITFAUX
    • 2 244 mots
    • 2 médias
    ...nous devons cette expressionet son équivalent français « roman graphique », est due à un auteur célèbre, alors âgé de soixante et un ans, Will Eisner, qui publia en 1978 Un pacte avec Dieu (A ContractwithGod and OtherTenementStories). La mention graphicnovely figure en couverture. Ce...
  • TATSUMI YOSHIHIRO (1935-2015)

    • Écrit par Dominique PETITFAUX
    • 754 mots
    • 1 média

    Deux histoires d’îles sont liées à la fondation de la bande dessinée japonaise moderne : en 1947, Tezuka Osamu (1926-1989) publie La Nouvelle Île au trésor, un récit inspiré du roman de Stevenson, dans lequel il fixe des codes graphiques qui persistent encore ; en 1952, Tatsumi Yoshihiro,...