Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

LAUGHTON CHARLES (1899-1962)

Acteur et metteur en scène américain d'origine britannique, né le 1er juillet 1899 à Scarborough, dans le Yorkshire, mort le 15 décembre 1962, à Hollywood, en Californie, Charles Laughton défia les stéréotypes d'Hollywood et s'avéra l'un des interprètes les plus doués de sa génération.

Fils d'un hôtelier du Yorkshire, Charles Laughton est destiné à reprendre les affaires familiales lorsqu'il sort diplômé de la Stonyhurst School à 16 ans. Davantage attiré par le théâtre, il entre en 1925 à la Royal Academy of Dramatic Art de Londres. Il fait sa première apparition professionnelle sur la scène londonienne l'année suivante dans une représentation du Révizor de Gogol, et se montre capable d'éviter les stéréotypes ordinaires attribués d'office aux visages ingrats et aux silhouettes massives, en interprétant toute une galerie de personnages aussi bien infâmes que vertueux. Il fait ses débuts à l'écran dans la comédie britannique Blue Bottles en 1928, l'année même où il rencontre sa future femme, l'actrice Elsa Lanchester. Il se rend à New York en 1931, où il réitère son succès de la scène londonienne dans Payment Deferred (1932, Paiement différé), et signe avec la Paramount l'année suivante. Il joue le rôle d'un fou furieux dans son premier film américain, The Devil and the Deep (1932, Le Démon du sous-marin), avant de prendre immédiatement le contre-pied de cette image en interprétant un industriel bon enfant dans The Old Dark House (1932, Une soirée étrange). Peu de temps après, il change à nouveau de registre et incarne Néron le corrompu dans The Sign of the Cross (1932, Le Signe de la croix). Il revient en Angleterre en 1933 pour interpréter le rôle-titre dans The Private Life of Henry VIII (La Vie privée d'Henri VIII), performance riche et énergique qui lui vaut un oscar.

Charles Laughton incarne aussi bien des personnages antipathiques comme Javert dans Les Misérables (1935) et le capitaine Bligh dans Mutiny on the Bounty (1935, Les Révoltés du Bounty) que des héros aimables comme le doux valet britannique dans Ruggles of Red Gap (1935, L'Extravagant Monsieur Ruggles) ou le pathétique Quasimodo dans The Hunchback of Notre Dame (1939, Quasimodo). Il s'essaie même de la comédie, notamment dans Abbott and Costello Meet Captain Kidd (1952, Abbott et Costello rencontre le capitaine Kidd). L'inclination de Charles Laughton à s'apitoyer sur son sort de façon théâtrale n'est pas du goût de tous ses collègues, mais le public en raffole, quels que soient ses excès. Vers la fin de sa carrière, son jeu d'acteur s'adoucit considérablement, et nombre d'observateurs jugent ses performances posées dans Spartacus (1960) et Advise and Consent (1962, Tempête à Washington) comme ses plus belles œuvres. Il s'avère également un réalisateur de premier ordre avec le thriller allégorique The Night of the Hunter (1955, La Nuit du chasseur).

Laughton prend la nationalité américaine en 1950, peu de temps après le début d'une tournée avec sa compagnie de théâtre qui propose des lectures de Don Juan in Hell (Don Juan aux Enfers) de George Bernard Shaw et de John Brown's Body de Stephen Vincent Benét. Nombre des meilleures lectures de Charles Laughton ont été enregistrées sur des supports audio ainsi que dans la série télévisée This is Charles Laughton (1953). L'acteur produit et dirige également une pièce qui connaîtra un succès durable à Broadway : The Caine Mutiny Court Martial (1953, Ouragan sur le Caine).

— Universalis

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • Universalis : services rédactionnels de l'Encyclopædia Universalis

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • LA NUIT DU CHASSEUR, film de Charles Laughton

    • Écrit par Kristian FEIGELSON
    • 932 mots

    La Nuit du chasseur (The Night of the Hunter) est le seul et unique film de Charles Laughton (1899-1962) en tant que réalisateur. Comédien réputé, il interprète notamment Henry VIII dans le film d'Alexander Korda (1935), l'intransigeant capitaine Bligh dans Les Révoltés du Bounty (...

  • LA VIE DE GALILÉE (mise en scène C. Stavisky)

    • Écrit par Jean CHOLLET
    • 805 mots
    • 1 média

    Lorsqu’il achève la première version de La Vie de Galiléeen 1939, au Danemark, Bertolt Brecht a quitté depuis six ans l’Allemagne, tombée sous l’emprise d’Adolf Hitler et du régime nazi. C’est le début d’un long périple qui le conduira ensuite de la Finlande aux États-Unis en 1941. La pièce,...

  • LA VIE DE GALILÉE (mise en scène J.-F. Sivadier)

    • Écrit par Didier MÉREUZE
    • 980 mots
    • 1 média
    ...en eux pendant ces treize années. À commencer par Nicolas Bouchaud, qui, en reprenant le rôle de Galilée, lui apporte un surplus d’humanité. Digne d’un Charles Laughton, qui interpréta le rôle en 1947, il donne une insondable complexité à cet anti-héros, double de Brecht, intellectuel qui se voulait au...
  • SIODMAK ROBERT (1900-1973)

    • Écrit par Michael BARSON, Universalis
    • 1 146 mots

    Le réalisateur allemand Robert Siodmak est connu notamment pour Les Mains qui tuent (Phantom Lady), Les Tueurs (The Killers) et Pour toi j’ai tué (Criss Cross). Avec d’autres cinéastes tels que Paul Leni ou Karl Freund, il fut l’un des introducteurs de l’expressionnisme dans le cinéma hollywoodien,...

Voir aussi