HENRYSON ROBERT (1429 env.-env. 1508)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'œuvre la plus importante d'Henryson est le recueil intitulé Les Fables morales choisies d'Ésope le Phrygien, en noble et riche langage écossais (The Morall Fabillis of Esope the Phrygian, Compylit in Eloquent and Ornate Scottis), une version de treize fables qui repose essentiellement sur les compilations de John Lydgate et William Caxton, et se compose de quatre cents strophes de sept vers. Ses qualités résident dans la fraîcheur et l'humour de la narration ainsi que dans ses esquisses de paysages écossais.

Dans Le Testament de Crisède (The Testament of Cresseid), une complainte narrative de quatre-vingt-six strophes, Henryson donna une suite au Troïle et Crisède (Troilus and Criseyde) de Chaucer, récit tragique de la trahison dont est victime l'héroïne et de sa mort lamentable.

Versifié comme le poème de Chaucer, le Testament est plus qu'un chef-d'œuvre de virtuosité rhétorique. On trouve chez Henryson, mêlés à un attachement inébranlable à la justice, une attraction esthétique pour le répugnant et le grotesque et un sens aigu des variations de l'amour humain.

Parmi les poèmes courts attribués à Henryson, on retiendra le ravissant Orphée et Eurydice (Orpheus and Eurydice) et Robin et Marion (Robene and Makyne).

—  Alain LABROUSSE

Écrit par :

Classification

Autres références

«  HENRYSON ROBERT (1429 env.-env. 1508)  » est également traité dans :

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Elisabeth ANGEL-PEREZ, 
  • Jacques DARRAS, 
  • Jean GATTÉGNO, 
  • Vanessa GUIGNERY, 
  • Christine JORDIS, 
  • Ann LECERCLE, 
  • Mario PRAZ
  •  • 28 339 mots
  •  • 28 médias

Dans le chapitre «  Chaucer et le Moyen Âge »  : […] Si Geoffrey Chaucer (1340 env.-1400 env.) n'avait pas secoué la tradition allégorique du Roman de la Rose et de ses faibles imitateurs, grâce à l'influence des fabliaux et surtout des trois grands italiens du xiv e  siècle, Dante, Pétrarque et Boccace, aurait-il un nom plus retentissant que William Langland, dont La Vision de Pierre le laboureur (Piers Plowman , 1362-1387) ne conserve aujourd'hui […] Lire la suite

Pour citer l’article

Alain LABROUSSE, « HENRYSON ROBERT (1429 env.-env. 1508) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-henryson/