ROBERT GROSSETESTE (1175 env.-1253)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Savant et théologien anglais, né à Stradbroke (comté de Suffolk). Robert Grosseteste devint chancelier de l'université d'Oxford en 1222, régent de l'école de théologie des Franciscains à Oxford en 1224 et évêque de Lincoln (d'où l'appellation Lincolniensis) en 1235. Réformateur de son diocèse, il lutta contre les abus issus des coutumes féodales et eut des démêlés avec l'administration papale (sous Innocent IV) concernant les beneficia, revenus ecclésiastiques attachés à une fonction devenue souvent fictive. Robert Grosseteste avait une culture encyclopédique qui s'étendait aux sciences de la nature (astronomie, cosmologie, physique, géométrie, arithmétique, optique), à la médecine, à la psychologie, à la politique. Il fut le principal initiateur de Roger Bacon et de l'école empiriste anglaise. Connaisseur réputé de l'hébreu et surtout du grec, il a écrit une œuvre importante dont une grande partie est inédite. Grand traducteur, notamment des œuvres du pseudo-Denys l'Aréopagite, du De fide orthodoxa de Jean Damascène, de l'Éthique à Nicomaque d'Aristote, il a rédigé un Commentaire de plusieurs ouvrages d'Aristote et un autre de la Théologie mystique de Denys, commentaire qui eut une influence sur l'école franciscaine.

—  Édouard-Henri WÉBER

Écrit par :

Classification


Autres références

«  ROBERT GROSSETESTE (1175 env.-1253)  » est également traité dans :

ANGLO-NORMANDE LITTÉRATURE

  • Écrit par 
  • André CRÉPIN
  •  • 1 046 mots

L'anglo-normand est la variété de français parlée et écrite en Angleterre du xii e au xiv e  siècle inclus. Après la conquête de l'Angleterre par Guillaume de Normandie (1066) et l'avènement des Plantagenêts (1154), le français vint s'ajouter au latin et à l'anglais. Le latin de l'Église et de ses clercs était la langue internationale, importante  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-anglo-normande/#i_6259

MOYEN ÂGE - Le monde médiéval

  • Écrit par 
  • Léopold GÉNICOT
  •  • 12 274 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'univers gothique »  : […] Aux xii e et xiii e  siècles, une mutation s'opère. Les facteurs en sont complexes : pour les structures, la reconstitution de l'État et les progrès de l'économie d'échanges ; pour les conceptions, le retour aux sources chrétiennes et païennes, les traductions de traités arabes, les découvertes de la technique, la maturation de la mentalité occide […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moyen-age-le-monde-medieval/#i_6259

MOYEN ÂGE - La pensée médiévale

  • Écrit par 
  • Alain de LIBERA
  •  • 22 370 mots

Dans le chapitre « La grande chaîne de la lumière »  : […] Signe d'une diversité interne aux esprits et marque d'un incessant travail de la pensée sur elle-même, c'est à l'un des derniers traducteurs médiévaux de Denys l'Aréopagite, Robert Grosseteste, évêque de Lincoln, que l'on doit le passage d'une symbolique à une physique de la lumière. Les traités De luce , De lineis, angulis et figuris , De iride p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moyen-age-la-pensee-medievale/#i_6259

Pour citer l’article

Édouard-Henri WÉBER, « ROBERT GROSSETESTE (1175 env.-1253) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-grosseteste/