ESNAULT-PELTERIE ROBERT (1881-1957)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un visionnaire de l'espace

Il est remarquable que cet ingénieur qui a contribué de façon si décisive aux premiers pas de l'aviation et qui aurait pu consacrer une carrière prestigieuse à son développement a porté tout de suite ses regards plus loin. Les bonds que l'homme venait de réussir dans les basses couches de l'atmosphère n'étaient à ses yeux qu'une étape vers le grand élan qui l'arracherait un jour à sa planète natale pour le conduire vers les astres. C'est à partir de 1907 qu'il s'intéresse aux voyages interplanétaires. Il aurait donné une première conférence sur ce sujet à Saint-Pétersbourg, en février 1912. Le 15 novembre de cette même année, il présente à Paris, devant les membres de la Société française de physique, une communication qu'il publiera dans le Journal de physique de mars 1913 sous le titre énigmatique « Considérations sur les résultats d'un allègement indéfini des moteurs », allusion à la perte de masse continue d'une fusée par épuisement progressif des réserves d'agent propulsif, du fait de la combustion de ce qu'on appelle aujourd'hui des ergols. Dans ce travail, il étudie les possibilités de voyage interplanétaire qui sont offertes par le principe de la fusée, la Lune étant le premier objectif. Mais il aboutit, avec des combustibles usuels, à des rapports de masse qui lui paraissent irréalisables ; il en conclut que de tels voyages ne seront envisageables que lorsque l'« énergie interne de l'atome » aura été maîtrisée. Cette vision à long terme, remarquable mais en fait exagérément pessimiste, s'explique par le fait que Robert Esnault-Pelterie envisage un avion spatial à un seul étage intégralement récupérable, ce qui reste encore un rêve aujourd'hui. C'est par une correspondance ultérieure qu'il aura connaissance du brevet déposé en Belgique le 10 juin 1911 par le Français André Bing sur le principe de la fusée gigogne ; comme il le notera plus tard, celle-ci ouvrira « la possibilité d'atteindre une altitude presque indéfinie avec un système de fusées successives [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : ingénieur général de l'armement, président de l'Association aéronautique et astronautique de France, membre de l'Académie des sciences
  • : membre de l'Académie de l'air et de l'espace et de l'International Academy of Astronautics, ancien président de l'Institut français d'histoire de l'espace

Classification


Autres références

«  ESNAULT-PELTERIE ROBERT (1881-1957)  » est également traité dans :

C.N.E.S. (Centre national d'études spatiales)

  • Écrit par 
  • Jacques VILLAIN
  •  • 4 210 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les premiers temps de l'espace français »  : […] Deux personnalités ont fortement marqué les débuts de l'astronautique française. Le premier est Robert Esnault-Pelterie , qui jette les bases théoriques de l'astronautique dès 1912 – dans une communication à la Société française de physique, Considérations sur les résultats d'un allègement indéfini des moteurs  – et qui, de 1934 à 1937, fait fonctionner au banc, à Satory, prè […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/centre-national-d-etudes-spatiales/#i_99042

ESPACE (CONQUÊTE DE L') - L'espace et l'homme

  • Écrit par 
  • Jacques VILLAIN
  •  • 5 024 mots
  •  • 24 médias

Dans le chapitre «  Du rêve aux exploits : le temps des pionniers »  : […] Le désir de conquérir l'espace n'est nullement l'apanage du xx e  siècle : des activités humaines, l'exploration de l'espace est sans doute celle qui a eu la plus longue période de gestation. Entre les premières évocations écrites du voyage spatial, attribuées à Lucien de Samosate ( ii e  siècle), […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/espace-conquete-de-l-l-espace-et-l-homme/#i_99042

ESPACE (CONQUÊTE DE L') - Des pionniers à la fin de la guerre froide

  • Écrit par 
  • Jacques VILLAIN
  •  • 14 608 mots
  •  • 43 médias

Dans le chapitre « Les sociétés d'astronautique »  : […] Si la conférence d'Esnault-Pelterie du 8 juin 1927 représente une date marquante dans l'histoire de l'astronautique française, outre-Rhin, un événement majeur se produit un mois plus tard : le 5 juillet 1927, ce qui va devenir l'une des plus célèbres sociétés savantes ayant pour thème le voyage spatial est créée à Breslau. Oberth en deviendra le président en 1929. Il s'agit de la fameuse Verein fü […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/espace-conquete-de-l-des-pionniers-a-la-fin-de-la-guerre-froide/#i_99042

ESPACE (CONQUÊTE DE L') - Succès et désillusions

  • Écrit par 
  • Jacques VILLAIN
  •  • 9 876 mots
  •  • 33 médias

Dans le chapitre « Les quatre pionniers de l'astronautique »  : […] Trait d'union entre les inspirateurs et les ingénieurs, les quatre grands pionniers de l'astronautique surgissent au début du xx e  siècle : le Russe Constantin Edouardovitch Tsiolkovski (1857-1935), l'Américain Robert Hutchings Goddard (1882-1945), le Germano-Roumain Hermann Oberth (1894-1989) et le Français Robert Esnault-Pelterie (1881-1957) vo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/espace-conquete-de-l-succes-et-desillusions/#i_99042

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre CONTENSOU, Jacques VILLAIN, « ESNAULT-PELTERIE ROBERT - (1881-1957) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-esnault-pelterie/