DEBRÉ ROBERT (1882-1978)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

à Sedan, Robert Debré est mort à l'âge de quatre-vingt-quinze ans. Cette vie de près d'un siècle, marquée par la réflexion, l'action et la lucidité, fut d'une richesse exceptionnelle. Après des études classiques au lycée Janson-de-Sailly, Robert Debré s'intéressa à la philosophie, puis s'orienta vers la médecine, et très tôt vers celle des enfants.

La qualité de l'œuvre de Robert Debré est issue d'une formation exigeante : auprès d'Arnold Netter en médecine, et à l'Institut Pasteur auprès d'Émile Roux et de Gaston Ramon en bactériologie et en immunologie. Il compléta son apprentissage en Autriche chez Von Pirquet et en Grande-Bretagne chez Wright. Il fut successivement professeur de bactériologie et professeur de pédiatrie à la faculté de médecine de Paris. Les travaux de Robert Debré ont surtout porté sur les maladies infectieuses, qui à cette époque constituaient le principal danger menaçant la vie des enfants. Quelques-unes de ses recherches sont restées célèbres.

Dès 1908, il précisa avec Arnold Netter la pratique du traitement de la méningite cérébro-spinale par le sérum de Flexner. Après la Première Guerre mondiale, il étudia avec Gaston Ramon l'efficacité vaccinante de l'anatoxine diphtérique, efficacité qu'il démontra, et qui conduisit plus tard à la disparition de cette maladie dans notre pays. À partir de 1928, il soutint avec d'autres la théorie de l'origine streptococcique de la scarlatine, puis du rhumatisme articulaire aigu ; il étudiera et codifiera au cours des années l'usage raisonné de la pénicilline et des corticoïdes dans le traitement de cette dernière maladie, alors si meurtrière. C'est peut-être son combat contre la tuberculose de l'enfant qui fut le plus long : il le commença en [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur à l'université René-Descartes, Paris

Classification

Les derniers événements

30 janvier - 5 février 2004 France. Condamnation d'Alain Juppé dans l'affaire du financement du R.P.R.

Debré, de créer une mission d'information parlementaire, sera critiquée par l'opposition socialiste et par l'U.D.F., qui dénoncent l'atteinte au principe de séparation des pouvoirs et la mise à l'écart du Conseil supérieur de la magistrature (C.S.M.). Le 3, Alain Juppé, qui a annoncé le 13 janvier son intention de quitter la vie politique en cas de […] Lire la suite

7-27 février 1997 France. Mobilisation contre le projet de loi sur l'immigration

Debré, dont ils demandent le retrait. Le 20, le Parlement européen adopte, à l'occasion d'un débat sur le racisme, la xénophobie et l'extrême droite, une résolution demandant au gouvernement français de « retirer le projet de loi Debré », par 106 voix contre 101. Le chef de l'État et le gouvernement qualifieront cette initiative d'« ingérence ». Le […] Lire la suite

12-14 novembre 1994 France. Démission du ministre de la Coopération Michel Roussin

Robert Pandraud, avait également été mis en examen et écroué, en octobre. Troisième ministre d'Édouard Balladur à quitter ses fonctions pour des raisons judiciaires après Alain Carignon en juillet et Gérard Longuet en octobre, Michel Roussin est remplacé au gouvernement par Bernard Debré, député (R.P.R.) d'Indre-et-Loire. Le 14, Michel Roussin est  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre ROYER, « DEBRÉ ROBERT - (1882-1978) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-debre/