ROBERT DE BORON (fin XIIe-déb. XIIIe s.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Travaillant pour Gautier de Montbéliard, un croisé qui mourut en Terre sainte (1212), Robert de Boron a pu découvrir la littérature byzantine et syriaque. Ce clerc mettra un tel savoir, acquis peut-être à Chypre, au service d'une grande entreprise de synthèse poétique : il s'agit de rattacher les légendes celtiques, avec le mythe du Graal, aux origines du christianisme dans une sorte d'allégorie chrétienne de la Rédemption. C'est en vers que Robert de Boron a dû composer sa trilogie : le Joseph d'Arimathie ou Roman de l'estoire dou Graal, Merlin et Perceval. Seuls le premier de ces trois textes et le début du deuxième nous ont été conservés dans un manuscrit, mais une ou plusieurs versions en prose (Merlin en prose, Perceval de Modène et Didot-Perceval) nous transmettent le contenu de l'œuvre. Pour l'Estoire, les sources sont dans la Bible, mais aussi dans des textes apocryphes comme l'Évangile de Nicodème et La Vengeance du Sauveur. On nous dit, en particulier, comment Joseph fut maintenu en vie dans sa prison grâce au « vaissel » dans lequel le Christ avait institué l'Eucharistie au cours de la Cène, vase qui est aussi le calice où fut recueilli son sang. Le transfert de cette relique à Glastonbury assure le lien entre les âges et les civilisations : le calice devient le Graal. Le Merlin raconte l'histoire du Graal jusqu'à la fondation de la Table ronde annoncée sous forme de prophétie par ce curieux personnage, dont l'idée vient de Geoffroy de Monmouth. Ébauche manquée de l'Antéchrist, Merlin, fils d'un incube et d'une vierge, introduit, avec un élément de merveilleux distrayant, le conflit qui définit la chevalerie chrétienne. Mais on doit surtout admirer cette conception architecturale, au service d'une idéologie annexionniste, qui sera encore élargie par le Lancelot-Graal.

—  Daniel POIRION

Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, professeur à l'université de Paris-Sorbonne

Classification


Autres références

«  ROBERT DE BORON (fin XII e -déb. XIII e s.)  » est également traité dans :

GRAAL

  • Écrit par 
  • Cedric E. PICKFORD
  •  • 1 070 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les textes »  : […] fin du xiie siècle, un poète bourguignon, Robert de Boron, raconte dans son Estoire dou Graal que c'est le vaisseau de la Cène, celui qui reçut le « Saint Sang », que les fils de Joseph d'Arimathie portèrent en terre occidentale, vers les vaux d'Avalon. La mise en prose de ce texte fut effectuée fréquemment. D'après le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/graal/#i_10632

MERLIN

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre BORDIER
  •  • 1 015 mots

dénonciateur de fautes secrètes, annonciateur de la ruine et de la résurrection (normande) de l'empire d'Arthur, enchanteur persécuté, Merlin a déjà les traits essentiels que lui donnera le poète franc-comtois Robert de Boron, dans son Merlin en vers, œuvre perdue, mais que nous connaissons néanmoins par deux textes remaniés en prose : le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/merlin/#i_10632

Pour citer l’article

Daniel POIRION, « ROBERT DE BORON (fin XIIe-déb. XIIIe s.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-de-boron/