RICHARD DE SAINT-VICTOR (1110 env.-1173)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Originaire d'Écosse ou d'Irlande, Richard dut entrer durant la première moitié du xiie siècle chez les chanoines réguliers de l'abbaye Saint-Victor de Paris, dont il devint par la suite sous-prieur puis prieur. Avec Hugues de Saint-Victor, il est une des figures les plus représentatives de la célèbre école attachée à ce monastère. Comme beaucoup de victorins, Richard s'intéresse aux disciplines les plus variées. Un ouvrage d'introduction à l'étude des sciences sacrées, auquel il a donné le titre de Liber exceptionum, témoigne de son goût pour les arts libéraux, la philosophie, la géographie et l'histoire. Mais Richard s'occupe davantage encore d'exégèse, et il a laissé un certain nombre de commentaires bibliques, dans lesquels il met en œuvre des méthodes d'interprétation inspirées de celles de Hugues.

Richard est aussi un théologien apprécié, que ses contemporains ont souvent consulté. Son ouvrage le plus célèbre, en ce domaine, est certainement son traité De la Trinité (De Trinitate), qui a pour objet de conduire son lecteur à une véritable intelligence du mystère, fondée elle-même sur une dialectique de l'amour réciproque et ordonné (ordo caritatis), aussi hardie qu'originale.

Mais ce victorin s'est surtout fait connaître par un enseignement spirituel qui a fait de lui un des principaux maîtres de ce qu'on a appelé parfois la « mystique spéculative ». Cet enseignement est aussi bien contenu dans plusieurs commentaires de l'Écriture que dans des traités de caractère plus systématique. Les plus connus sont surtout le Livre des patriarches (De patriarchis) ou Petit Benjamin (Benjamin minor) et le traité de L'Arche de Moïse (De arca Moysi) ou Grand Benjamin (Benjamin major), dans lesquels Richard décrit les ascensions progressives de l'âme jusqu'aux plus hauts degrés de la contemplation et jusqu'à l'extase. Les écrits spirituels de ce théologien, indéfiniment cités, relus et recopiés, ont exercé une influence considérable sur la spiritualité et la mystique de la fin du Moyen Âge et de l'époque moderne.

—  Jean CHATILLON

Écrit par :

Classification


Autres références

«  RICHARD DE SAINT-VICTOR (1110 env.-1173)  » est également traité dans :

AUGUSTINISME

  • Écrit par 
  • Michel MESLIN, 
  • Jeannine QUILLET
  •  • 5 573 mots

Dans le chapitre « Spiritualité et vision du monde »  : […] L'influence de la pensée augustinienne sur les diverses écoles de spiritualité est sans doute la plus importante. On sait que la méditation, durant quinze années et en dehors de tout contexte polémique, du mystère de la Trinité aboutit chez Augustin à la certitude d'un théocentrisme : c'est en tant que Dieu que le Christ attire la créature vers son créateur. Le mot célèbre des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/augustinisme/#i_11258

Pour citer l’article

Jean CHATILLON, « RICHARD DE SAINT-VICTOR (1110 env.-1173) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/richard-de-saint-victor/