HUGUES DE SAINT-VICTOR (1096?-1141)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

D'origine inconnue, peut-être saxonne, peut-être flamande, Hugues dut entrer chez les chanoines réguliers de Saint-Victor de Paris peu après la fondation de ce monastère. Il y fut certainement reçu avant l'année 1127, car son nom apparaît à cette date au bas d'une charte de l'abbaye. Quoi qu'il en soit, Hugues ne devait pas tarder à devenir la personnalité la plus marquante de l'école, qui avait été annexée, dès le début du xiie siècle, à l'abbaye de Saint-Victor. Ses contemporains l'ont considéré comme le plus grand théologien de leur temps et lui ont donné le titre glorieux de « nouvel Augustin ».

L'œuvre qu'il a laissée est considérable. À l'exception de quelques traités réédités, elle n'est malheureusement accessible que dans des éditions très défectueuses, dont celle de Migne (Patrologia latina, t. CLXXV-CLXXVII, Paris, 1854), qui ne fait d'ailleurs qu'en reproduire de plus anciennes, mêle des ouvrages authentiques à d'autres qui ne le sont pas et en néglige d'importants. Telle que nous la connaissons, cependant, l'œuvre de Hugues témoigne de l'extraordinaire curiosité intellectuelle et de la vaste culture de ce maître, qui recommandait à ses disciples de tout apprendre parce que, disait-il, rien n'est inutile. Lui-même avait été le premier à mettre en pratique le conseil qu'il donnait ainsi aux autres.

Hugues est, en effet, d'abord un humaniste. Une partie notable de ses écrits est consacrée aux arts libéraux, aux sciences ou à la philosophie, dont il traite en particulier dans un manuel d'introduction aux études profanes et sacrées, demeuré célèbre, le Didascalicon. Mais il s'est intéressé aussi à l'histoire et a composé une Chronique universelle dont l'authenticité, parfois contestée, semble aujourd'hui bien établie. Exégète, il a commenté plusieurs livres de l'Écriture et a contribué à renouveler les méthodes de l'herméneutique traditionnelle.

Mais c'est en théologie qu'il devait donner toute sa mesure. Parmi ceux de ses ou [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  HUGUES DE SAINT-VICTOR (1096?-1141)  » est également traité dans :

MOYEN ÂGE - La littérature latine savante

  • Écrit par 
  • Alain MICHEL
  •  • 3 268 mots

Dans le chapitre « Splendeur créatrice de la latinité romane (XIe-XIIe s.) »  : […] Une fois passées les angoisses du ix e et du x e siècle, voici que s'affirme la renaissance romane. Elle avait été préparée par des savants d'esprit encyclopédique, comme le pape Gerbert d'Aurillac (Sylvestre II, 950-1003). On assiste alors à un admirable effort pour l'édition et le commentaire […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moyen-age-la-litterature-latine-savante/#i_36411

Pour citer l’article

Jean CHATILLON, « HUGUES DE SAINT-VICTOR (1096?-1141) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/hugues-de-saint-victor/