RIBĀT

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Utilisé de bonne heure, le terme « ribāt » désigne un établissement, à la fois militaire et religieux, qui semble assez spécifiquement musulman. Édifice conventuel pour les combattants de la foi, le ribāt joue un rôle stratégique certain dans la défense du domaine musulman. Ses occupants, les al-Murābiṭūn (Almoravides), sont de pieux volontaires, hôtes réguliers ou occasionnels, qui passent leur temps en exercices militaires et s'adonnent à des pratiques pieuses. C'est une œuvre pie que de construire un ribāt sur son argent ou d'en améliorer les défenses ; il est méritoire également de lui fournir des vivres et, plus encore, d'y faire un séjour soi-même : la plupart sont œuvres de souverains. Forteresse et lieu de concentration de troupes sur un point exposé de la frontière du pays d'Islam, le ribāt joue le rôle d'avant-poste pour donner l'alarme à l'arrière-pays. En cas de danger, il offre refuge aux habitants de la campagne environnante. Le ribāt, dont les dimensions sont variables, comporte une enceinte fortifiée de plan carré ou rectangulaire avec des tours circulaires aux angles et semi-circulaires au milieu des courtines. À l'intérieur, une cour centrale est entourée de corps d'habitation à deux étages, avec des magasins d'armes et de vivres. Les Arabes en construisirent en Transoxiane lors de la conquête musulmane (viiie s.) ; ils jalonnent les côtes de Syrie, de Palestine et d'Afrique du Nord. On en trouvait aussi dans le Maghreb extrême et jusqu'au Sénégal. Au xiie siècle, lorsque la pression des infidèles diminue en Orient et que le djihad passe du plan militaire au plan spirituel, l'institution du ribāt prend un caractère purement religieux : l'offensive de la mystique succède à celle des armes. La transformation commence en Iran, et le ribāt devient rapidement, un couvent (une khanaqah) édifié dans les faubourgs des villes : il y aura bientôt des ribāt urbains, les uns pour les hommes, d'autres pour les femmes.

—  Nikita ELISSÉEFF

Écrit par :

Classification


Autres références

«  RIBAT  » est également traité dans :

MARABOUTISME

  • Écrit par 
  • Roger ARNALDEZ
  •  • 3 140 mots

Le mot « marabout » vient de la prononciation dialectale ( mrabot ) de l'arabe classique murābit qui désigne l'homme vivant dans un ribāṭ (couvent fortifié). Au pluriel, al-murābiṭūn , a donné Almoravides (dynastie qui régna sur le Maghreb et l'Espagne musulmane aux xi e et xii e  siècles). La signification du terme « marabout » résulte de l'évolu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maraboutisme/#i_26186

MONACHISME

  • Écrit par 
  • André BAREAU, 
  • Guy BUGAULT, 
  • Jacques DUBOIS, 
  • Henry DUMÉRY, 
  • Louis GARDET, 
  • Jean GOUILLARD
  •  • 12 548 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les confréries (ṭuruq) »  : […] À partir des xii e et xiii e  siècles, aux cercles ou compagnies spontanés des débuts succédèrent des confréries constituées, les ṭuruq (singulier ṭarīqa ). Le terme, on l'a vu, signifie d'abord route, voie. Il en vint à désigner une organisation de vie commune ( mu ‘ āshara ) « fondée sur des séries de règles spéciales s'ajoutant aux observances […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/monachisme/#i_26186

SOUFISME ou ṢŪFISME

  • Écrit par 
  • Jacqueline CHABBI
  •  • 4 023 mots

Dans le chapitre « Problèmes de terminologie : soufi, marabout, fakir et derviche »  : […] Le terme de soufi, entré dans l'usage français, dérive de l'arabe ṣūfī (le ū est à prononcer ou – pluriel, ṣūfiyya ), qui signifie le mystique. L'équivalent de soufisme est le nom verbal taṣawwuf . Le mystique du type ṣūfī peut également être dit mutaṣawwif (pluriel, mutaṣawwifa ). Cette famille de mots se rattache, selon l'étymologie la plus vr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/soufisme-sufisme/#i_26186

Pour citer l’article

Nikita ELISSÉEFF, « RIBĀT », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 janvier 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ribat/