Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

REVENUS ET PATRIMOINE DES MÉNAGES, France

En matière de revenus et de patrimoine, le ménage – entendu au sens de l'ensemble des individus vivant sous un même toit – constitue une unité plus pertinente que l'individu. La chose s'entend d'elle-même en ce qui concerne le patrimoine dont, dans sa dimension immobilière au moins (qui est, de loin, la plus importante pour l'immense majorité des ménages), les différents membres du ménage jouissent de manière conjointe et souvent indivise. Ce choix s'impose aussi pour ce qui concerne les revenus qui, s'ils sont perçus individuellement, font cependant fréquemment l'objet d'une mise en commun au moins partielle pour faire face aux charges communes, lesquelles bénéficient de surcroît des économies d'échelle inhérente à la vie en ménage. C'est cette perspective que retiennent couramment les études statistiques portant sur les disparités de revenus et de patrimoine.

Les inégalités de revenus

On appelle revenu disponible d'un ménage l'ensemble de ses revenus (revenus d'activité, revenus patrimoniaux, revenus sociaux ou de transfert), déduction faite des prélèvements obligatoires (impôts directs et cotisations sociales) que le ménage et ses membres doivent acquitter. Pour tenir compte de la taille et de la composition du ménage, on rapporte ce revenu au nombre des unités de consommation dont il se compose, en établissant une échelle de consommation. La plus courante est l'échelle dite d'Oxford qui attribue une unité au premier adulte, 0,7 unité par adulte supplémentaire et 0,5 unité par enfant (jusqu'à 15 ans). Le revenu disponible par unité de consommation fournit ainsi un indice de son niveau de vie, au sens courant de l'expression.

Comment ont évolué les niveaux de vie relatifs des ménages des différentes catégories sociales depuis le milieu des années 1980 ? En particulier, qu'en est-il de la perception devenue commune d'une aggravation des inégalités sociales en la matière ?

Les données issues de l'enquête menée par l'I.N.S.E.E. sur les budgets des ménages en 1994-1995, rapportées au résultat des deux précédentes enquêtes du même type menées respectivement cinq et dix ans auparavant, ont bien confirmé l'hypothèse que la décennie de 1980 a représenté un point d'inflexion dans l'évolution des inégalités de niveau de vie entre catégories sociales. Le tableau 1 condense l'essentiel de ces résultats.

Certes, on peut regretter que les données relatives aux chefs d'entreprise n'aient pas été publiées sous le prétexte que, « trop peu nombreux dans les diverses enquêtes budget, l'évolution des résultats qui les concernent n'est pas significative ». Car ce que ce tableau révèle, c'est combien les inégalités de niveau de vie se sont accrues en dix ans, la hiérarchie s'étant essentiellement ouverte par le haut.

Chez les salariés, seuls les ménages de cadre ont vu leur niveau de vie s'accroître, celui des autres catégories stagnant, voire baissant comme pour les ouvriers non qualifiés, qui ont connu une paupérisation absolue sur l'ensemble de la période. Le rapport entre le niveau de vie moyen d'un ménage de cadre et celui d'un ménage d'ouvrier est ainsi passé de 2,44 à 2,85 en dix ans.

Parmi les indépendants, la situation de toutes les catégories s'est au contraire améliorée. Y compris les agriculteurs, dont le niveau de vie a pourtant chuté dans un premier temps, leur redressement s'étant payé du prix de la disparition des exploitations les moins rentables ; leur situation relative s'est cependant dégradée par rapport à la moyenne des indépendants. Ce sont les ménages exerçant des professions libérales qui ont réalisé la meilleure performance, en accroissant leur niveau de vie de près de 40 p. 100 en dix ans en termes réels ![...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur de sociologie à l'université de Haute-Alsace, Mulhouse
  • : professeur de sociologie à l'université Marc-Bloch, Strasbourg

Classification

Pour citer cet article

Alain BIHR et Roland PFEFFERKORN. REVENUS ET PATRIMOINE DES MÉNAGES, France [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Médias

France : évolution des revenus par catégorie sociale - crédits : Encyclopædia Universalis France

France : évolution des revenus par catégorie sociale

France : valeur des patrimoines par catégorie sociale et par revenu - crédits : Encyclopædia Universalis France

France : valeur des patrimoines par catégorie sociale et par revenu

France : comparaison des structures patrimoniales par catégorie sociale - crédits : Encyclopædia Universalis France

France : comparaison des structures patrimoniales par catégorie sociale

Autres références

  • CONSOMMATION - Dépenses de consommation

    • Écrit par Nicolas HERPIN, Daniel VERGER
    • 5 741 mots
    ...chronologiques ou sur la base de données individuelles confirment que le revenu est bien le déterminant principal de la consommation au niveau le plus agrégé. Depuis le début des années 1980, par exemple, l'élévation des niveaux de vie a été continue en France. 1993 a été une année exceptionnelle de régression....
  • ÉCONOMIE MONDIALE - 2022 : le cumul des crises

    • Écrit par Jean-Pierre FAUGÈRE
    • 5 497 mots
    • 7 médias
    ...pandémie, a subi de plein fouet la guerre en Ukraine, en raison de sa proximité géographique et de sa dépendance aux énergies fossiles, ce qui pèse sur les budgets des ménages et le coût des entreprises industrielles. En fait, la première partie de l’année a été marquée par une hausse de la consommation née...
  • ÉPARGNE

    • Écrit par Didier DAVYDOFF
    • 7 375 mots
    • 3 médias
    ...dissimulent les grandes disparités qui existent entre les patrimoines financiers individuels. Globalement, tout d'abord, le patrimoine est très concentré. En France, selon une enquête menée par l'INSEE en 2015, les 10 p. 100 les plus riches des ménages possédaient 50 p. 100 du patrimoine total, tandis...
  • GILETS JAUNES

    • Écrit par Rémi LEFEBVRE
    • 4 977 mots
    • 3 médias
    ...sociologue Isabelle Coutant, constitue le cœur sociologique du mouvement – qui n’a pas pris dans les quartiers dits « sensibles » des grandes métropoles. Ces Français travaillent, paient des impôts, ont parfois deux voitures, lorsqu’ils sont en couple, pour pouvoir travailler... Souvent, ils gagnent trop...

Voir aussi