GILETS JAUNES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L’histoire politique française a été marquée par de grands mouvements sociaux, à forte conflictualité sociale. Le Front populaire, Mai-68 ou le mouvement de novembre-décembre 1995 (grèves contre le « plan Juppé » sur les retraites et la Sécurité sociale) font partie de ces accès de « fièvre hexagonale » analysés par l’historien Michel Winock. Le mouvement des « gilets jaunes » qui éclate en novembre 2018 s’inscrit dans cette histoire mais s’en démarque à bien des égards. Mouvement « improbable », il a dérouté les grilles d’analyse des observateurs et déconcerté les acteurs politiques qui ne les avaient pas anticipés. Il a suscité une pléthore d’interprétations, parfois contradictoires, déstabilisant les routines analytiques des chercheurs.

La mobilisation qui semble surgir de nulle part s’est non seulement construite en dehors des partis et syndicats, mais contre eux, à partir des réseaux sociaux. Née du refus de l’augmentation des prix de l’essence, elle révèle la relégation territoriale d’une population rurale et périurbaine mais cristallise aussi des mécontentements plus larges, liés au pouvoir d’achat, ainsi qu’à une défiance très vive à l’égard des institutions politiques et de la politique institutionnelle. Alors qu’elle ne s’appuie ni sur des organisations ni sur des leaders reconnus, elle est à la fois informelle et puissante. Ses modes d’action (occupation des ronds-points) sont originaux et classiques à la fois. Elle enrôle des citoyens souvent éloignés de la politique et de l’engagement. Ce mouvement singulier fait ici l’objet de trois éclairages successifs : son déroulement, ses significations et mots d’ordre, et enfin ses modes d’action en grande partie inédits.

Le déroulement du mouvement

Le détonateur du mouvement est l'augmentation de la taxe carbone par le gouvernement d’Édouard Philippe en 2018. La hausse des prix des hydrocarbures touche tout particulièrement une population vivant en zone rurale ou périurbaine pour laquelle l'automobile est un mode de transport incontournable. Le mouvement prend la forme de blocages d'axes routiers, d’occupations de ronds-points et de manifestations chaque samedi, à Paris et en province, qui deviennent de plus en plus violents. La durée de cette contestation, son intensité, sa popularité et sa violence sont uniques sous la Ve République.

À partir de mai 2018, des pétitions circulent sur les réseaux sociaux, réclamant une baisse des prix du carburant et appelant à des blocages. En octobre, la mobilisation sur ces réseaux (en particulier sur Facebook) s’intensifie. Le gilet jaune, présent dans chaque véhicule, devient le symbole de ces mobilisations éclatées. Doté d’une forte visibilité, il est utilisé comme signe de ralliement : il est d’abord placé par les sympathisants sur le tableau de bord de la voiture ou sur la plage arrière. Il est ensuite porté par les manifestants dès le premier acte significatif du mouvement, le 17 novembre, journée au cours de laquelle plus de 2 000 sites sont occupés en France selon le ministère de l’Intérieur. Ce dernier établit un pic de 287 710 manifestants à 17 heures dans toute la France (chiffre fréquemment considéré comme sous-estimé). Le mouvement émerge autour d’une multitude de grappes localisées et se poursuit dans les semaines qui suivent, en se déplaçant peu à peu vers les centres urbains. Les protestations s'organisent autour de blocages d’axes routiers et de ronds-points – essentiellement en province – et de manifestations le samedi (baptisés « actes ») dans les centres-villes. Près de 800 points de blocage ont été identifiés sur le territoire métropolitain, dont de nombreux seront occupés pendant plusieurs mois.

Le 24 novembre, des barrages policiers sont installés à Paris. Mais, face à l’importance de la mobilisation, les forces de police laissent les gilets jaunes pénétrer sur l’avenue des Champs-Élysées. Des barricades sont incendiées, plusieurs Abribus sont détruits et des vitrines de commerces brisées. Les samedis suivants, barrages filtrants ou bloquants, opérations péage gratuit puis blocages de dépôts de [...]

Gilets jaunes manifestant sur les Champs-Élysées, 2018

Photographie : Gilets jaunes manifestant sur les Champs-Élysées, 2018

La manifestation parisienne du 1er décembre 2018 est marquée par de nombreuses dégradations, notamment à l'Arc de triomphe. Le lendemain, le président Emmanuel Macron se rend sur les lieux, affichant ostensiblement son émotion. La veille, depuis l'Argentine, il avait promis à ceux qui... 

Crédits : William Lounsbury/ Shutterstock.com

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Médias de l’article

Gilets jaunes manifestant sur les Champs-Élysées, 2018

Gilets jaunes manifestant sur les Champs-Élysées, 2018
Crédits : William Lounsbury/ Shutterstock.com

photographie

Rencontre entre des « gilets jaunes » et le ministre de la Transition écologique et solidaire

Rencontre entre des « gilets jaunes » et le ministre de la Transition écologique et solidaire
Crédits : Jacques Demarthon/ AFP

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur de science politique à l'université de Lille

Classification

Autres références

«  GILETS JAUNES  » est également traité dans :

DÉMOCRATIE PARTICIPATIVE

  • Écrit par 
  • Rémi LEFEBVRE
  •  • 6 777 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les ambiguïtés de la participation »  : […] La participation s’institutionnalise d’autant plus qu’elle demeure floue, que son contenu reste imprécis et que son cadre juridique est peu contraignant. Les règles de droit pesant sur les maires à ce sujet sont faibles. La loi du 6 février 1992 relative à l’administration territoriale de la République affirme que « le droit des habitants de la commune à être informés des affaires de celle-ci et […] Lire la suite

FRANCE - L'année politique 2019

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 4 679 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Une politique de réformes à l’épreuve »  : […] Le mouvement de protestation des « gilets jaunes », né à la fin de 2018, connaît des prolongations en 2019. Il déclenche de nombreux débats tant au sujet de la politique de maintien de l’ordre (usage des grenades de désencerclement, des lanceurs de balles de défense…), que concernant la complaisance de certains « gilets jaunes » envers les violences commises entre autres par les «   black blocs   […] Lire la suite

FRANCE - L'année politique 2018

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 5 496 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les « gilets jaunes » : un révélateur des fractures françaises »  : […] Né spontanément sur les réseaux sociaux d’une protestation contre la hausse des taxes sur le diesel, le mouvement des « gilets jaunes » doit son nom au gilet de sécurité qui doit équiper tous les véhicules automobiles français. Sentiment d’injustice fiscale devant une mesure qui taxe les « petits », quand le gouvernement se voit reprocher la suppression de l’ISF et la diminution de l’imposition de […] Lire la suite

MÉTROPOLISATION

  • Écrit par 
  • Dominique RIVIÈRE
  •  • 6 711 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les risques d’une approche binaire – métropoles contre territoires : le cas français »  : […] Toutefois, la thèse d’une dualisation pose là encore question. Tout d’abord, dans le débat public, périphéries internes et externes des métropoles sont parfois mises en concurrence de façon binaire, comme cela a été le cas en France avec la crise des « gilets jaunes » apparue en 2018. Il est patent que l’emballement des prix de l’immobilier dans les hypercentres et les quartiers péricentraux, sus […] Lire la suite

SÉROTONINE (M. Houellebecq) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Agathe NOVAK-LECHEVALIER
  •  • 1 104 mots

La sortie d’un roman de Michel Houellebecq constitue un événement tel qu’il « écrase » la rentrée littéraire et qu’on ne parle, ou presque, que de lui. Sérotonine (Flammarion, 2019) n’a pas fait exception à la règle. Qu’a retenu la critique de ce septième roman ? Deux choses, essentiellement : Houellebecq y aurait prédit, avec quelques mois d’avance, la crise sociale des « gilets jaunes », qui […] Lire la suite

TOUBON JACQUES (1941- )

  • Écrit par 
  • Bruno DIVE
  •  • 1 161 mots
  •  • 1 média

Haut fonctionnaire et homme politique français , Jacques Toubon a été l’une des principales figures de la droite gaulliste française, avant d’exercer le mandat de Défenseur des droits de 2014 à 2020, institution à laquelle il a donné une envergure nouvelle par des prises de position sans concession. Jacques Toubon a quitté le 17 juillet 2020 cette fonction de Défenseur des droits, au terme d’un ma […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

8-20 avril 2021 France. Annonce de la suppression de l'ENA et des grands corps de l'État.

Il annonce notamment la suppression de l’École nationale d’administration (ENA), qu’il avait déjà évoquée lors de la crise des « gilets jaunes », en avril 2019. Un nouvel « Institut national du service public » devra intégrer les diverses écoles du service public pour assurer le même socle de formation à tous les futurs administrateurs de l’État. Le 20, le site Acteurs publics fait part de l’intention de l’Élysée de supprimer également des grands corps de l’État – Inspection générale des finances (IGF), Inspection générale de l’administration (IGA) et Inspection générale des affaires sociales (IGAS) –, sans toutefois faire disparaître les missions de contrôle qui leur sont attachées. […] Lire la suite

2-14 juin 2020 France. Manifestations contre le racisme et les violences policières.

Ce même jour, l’Inspection générale de la police nationale (IGPN) publie son rapport annuel qui fait état d’une forte augmentation du nombre des enquêtes pour faits de violences en 2019 – augmentation attribuée pour partie à la poursuite du mouvement des gilets jaunes. Le rapport annuel du Défenseur des droits, également publié le 8, déplore qu’aucune de ses demandes de poursuite disciplinaire relative à la déontologie des forces de sécurité, « pourtant rares et circonstanciées », n’a été suivie d’effet. […] Lire la suite

16 novembre 2019 France. Premier anniversaire du mouvement des « gilets jaunes ».

Le premier anniversaire du mouvement des « gilets jaunes » est marqué par une mobilisation dix fois moindre que lors de la première édition – soit environ trente mille manifestants à travers le pays – et par des violences, notamment à Paris.  […] Lire la suite

1er mai 2019 France. Polémique au sujet du défilé du 1er-Mai.

Dans la capitale, de brefs affrontements opposent la police à quelques « gilets jaunes » et « black blocs ». À l’issue du défilé, le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner dénonce l’« attaque » de l’hôpital parisien de la Pitié-Salpêtrière et l’« agression » de son personnel par des manifestants. Les vidéos enregistrées sur place montreront que les personnes ayant forcé la grille de l’hôpital cherchaient à se protéger des tirs de gaz lacrymogène de la police. […] Lire la suite

4-29 avril 2019 France. Annonce des mesures inspirées par le « grand débat national ».

Le 4, le président Emmanuel Macron effectue, à Cozzano (Corse du Sud), son onzième et dernier déplacement dans les régions, dans le cadre du « grand débat national » lancé en réponse à la crise des « gilets jaunes ». Le 8, le Premier ministre Édouard Philippe réunit le gouvernement, les directeurs d’administration centrale et des représentants syndicaux et associatifs pour présenter les premières conclusions du grand débat national. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Rémi LEFEBVRE, « GILETS JAUNES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/gilets-jaunes/