LALIQUE RENÉ (1860-1945)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un « art total »

Au terme de trois années d'un travail acharné, de 1892 à 1895, multipliant les essais techniques de toutes sortes, dessinant, modelant..., il trouve ce qu'il cherchait : « faire quelque chose qu'on n'aurait pas encore vu ». Les résultats ne se font pas attendre. Il participe aux Salons parisiens : en 1894, avec une couverture de carton à musique sur le thème des Walkyries, en 1895 avec une agrafe de style Renaissance ornée d'une femme nue en or ciselé, jugée « scandaleuse » par la critique. En 1898, il expose un ensemble de bijoux qui représente un véritable répertoire typologique, thématique et technique de son œuvre : peignes en corne – une matière inhabituelle en bijouterie –, diadèmes et ornements de corsage, pendants de cou et broches, bagues et bracelets, plaques de colliers de chien – une nouveauté dans la parure féminine –, réalisés en or, en émail, enrichis de pierres de couleur avec une prédilection pour les gemmes bleutées – opales, pierres de lune... – voués au culte de la nature sous tous ses aspects et de la femme, à travers la culture symboliste.

À l'occasion du Salon de 1897, le verrier Émile Gallé, de quatorze ans son ainé, découvre le talent unique de Lalique, « inventeur du bijou moderne ». Dans un article d'anthologie, il réfute le fossé qui sépare les « arts majeurs » – les beaux-arts – des arts « dits mineurs », considérant René Lalique comme un « artiste » à part entière et ses objets comme des œuvres d'art. À l'égal de Cellini à qui ses contemporains (le poète Robert de Montesquiou en particulier) le comparent volontiers, René Lalique est parvenu à un « art total ».

Le choix des œuvres présentées par René Lalique lors de l'Exposition universelle de 1900 à Paris est à la hauteur de l'enjeu de la manifestation, une confrontation internationale qui se veut la synthèse du xixe siècle. C'est le bilan de cinq années au cours desquelles il a créé une parure complète de la femme, dont elle est à la fois le sujet privilégié et l'objet, et aborde des thèmes où le charme et l'étrange, la délica [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : conservateur général honoraire du patrimoine, ancien conservateur en chef du musée des Arts décoratifs, Paris

Classification


Autres références

«  LALIQUE RENÉ (1860-1945)  » est également traité dans :

ART DÉCO STYLE

  • Écrit par 
  • Christian BONNEFOI
  •  • 1 056 mots
  •  • 2 médias

En ce début de l'ère industrielle, Bonnard et Toulouse-Lautrec dessinent des affiches, Gauguin signe des céramiques, les arts appliqués s'imposent sur la scène artistique. L'Art nouveau gagne peu à peu chaque secteur de la création, négligeant d'ajuster ses normes esthétiques aux exigences désormais fonctionnelles. À Vienne, Adolf Loos dénonce ce délire ornemental ( Ornament und Ver brechen , 1908 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/style-art-deco/#i_23106

VERRE ART DU

  • Écrit par 
  • James BARRELET
  •  • 7 306 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les XIXe et XXe siècles »  : […] Le xix e  siècle a été surtout un siècle de progrès techniques avec l'organisation de fabrications massives, grâce à la mise au point de nouveaux moyens de fusion, grâce également à la chimie. Ces recherches se poursuivirent un peu partout et débouchèrent, au xx e  siècle, sur la mécanisation pour répondre aux nouveaux besoins nés aux lendemains des guerres mondiales. Les perfectionnements serviro […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-du-verre/#i_23106

Voir aussi

Pour citer l’article

Yvonne BRUNHAMMER, « LALIQUE RENÉ - (1860-1945) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/rene-lalique/