JACOBS RENÉ (1946-    )

Une intense activité de chef lyrique, un rôle éminent dans la pédagogie du chant baroque : le chanteur, chef d'orchestre, musicologue et pédagogue belge René Jacobs s'est imposé comme l'une des personnalités les plus marquantes du renouveau de la musique vocale ancienne.

Le chanteur

René Jacobs, né à Gand le 30 octobre 1946, reçoit sa première formation musicale à la cathédrale de sa ville natale, comme petit chanteur. Il poursuit des études de philologie classique à l'université de Gand et étudie le chant à Bruxelles, puis à La Haye. Ses rencontres déterminantes avec Gustav Leonhardt, Sigiswald et Wieland Kuijken et, surtout, Alfred Deller décident de son orientation vers la musique ancienne et de son apprentissage de la technique de contre-ténor. En 1977, il fonde l'ensemble Concerto Vocale (auquel ont pu se joindre Judith Nelson, William Christie, les frères Kuijken, Konrad Junghänel...) afin de réaliser une série novatrice d'enregistrements pour le label Harmonia Mundi France. Infatigable défricheur des répertoires oubliés, il révèle alors au public les chefs-d'œuvre méconnus des répertoires de chambre anciens. Parmi les réalisations les plus marquantes comme chanteur et directeur du Concerto Vocale, il faut citer les programmes consacrés à Sigismondo D'India (1978), Marc'Antonio Cesti (1978), les Leçons de Ténèbres du Jeudy Sainct de Marc Antoine Charpentier (1978-1979), l'Anthologie d'airs de cour français (1980), les madrigaux de Luca Marenzio (1981), les madrigaux du VIe Livre et du VIIIe Livre (1981 et 2002) de Claudio Monteverdi. À l'occasion du cinquantième anniversaire de la Schola Cantorum de Bâle, où il enseigne l'interprétation et le style vocal baroque, il publie en 1985 un ouvrage polémique, La Controverse sur le timbre de contre-ténor ; il y développe une argumentation partisane, depuis lors fréquemment contredite, grâce à laquelle il justifie sa technique vocale de contre-ténor et son timbre si particulier, fondés sur l'élargissement du registre mixte, la voix de poitrine étant réservée aux notes graves et la voix de fausset à l'extrême aigu.

[...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis



Écrit par :

  • : professeur d'analyse et de culture musicale à l'École nationale de musique de Montbéliard et au Conservatoire national supérieur de musique de Paris

Classification


Autres références

«  JACOBS RENÉ (1946- )  » est également traité dans :

OPÉRA - Le renouveau de l'opéra baroque

  • Écrit par 
  • Ivan A. ALEXANDRE
  •  • 11 983 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Monteverdi : le texte »  : […] la théorie viennoise l'emporte, même où elle se présente sous un masque nouveau. Tout disciple d'Alan Curtis qu'il se réclame, René Jacobs, qui a découvert l'opéra vénitien en chantant l'Erismena de Cavalli (1655) dirigée par Curtis à Amsterdam, n'appliquera-t-il pas lui-même cette théorie ? « Les textes de ces ouvrages sont presque toujours […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/opera-le-renouveau-de-l-opera-baroque/#i_36106

Voir aussi

Pour citer l’article

Denis MORRIER, « JACOBS RENÉ (1946-    ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 août 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/rene-jacobs/