JACOBS RENÉ (1946- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le chef lyrique

En 1983, la recréation de l'opéra Orontea de Cesti au festival d'Innsbruck, dont l'enregistrement reçoit un accueil international enthousiaste, marque les débuts de la carrière de chef lyrique de René Jacobs. Fréquemment invité par les plus grands théâtres et festivals européens, il explore tout d'abord l'univers de l'opéra italien du xviie siècle : Xerse (Innsbruck, 1987), Giasone (Innsbruck, 1987) et La Calisto (Théâtre royal de la Monnaie, Bruxelles, 1993) de Pier Francesco Cavalli ; L'Incoronazione di Poppea (Montpellier, 1990), Il Ritorno d'Ulisse in patria (Montpellier, 1992) et L'Orfeo de Claudio Monteverdi (festival de Salzbourg, 1993). La plupart de ces partitions étant conservées sous des formes minimalistes ou lacunaires, René Jacobs signe pour chacune de ses productions des arrangements qui se distinguent par leur splendeur sonore et la profusion de parties instrumentales composées pour la circonstance, s'inspirant en cela des représentations historiques de cour plutôt que de la pratique des théâtres publics et payants du xviie siècle. De même, ses interprétations accordent un soin tout particulier à l'ornementation vocale et à la réalisation de la basse continue.

À partir du début des années 1990, René Jacobs se produit de moins en moins comme chanteur et privilégie sa carrière de directeur musical. En janvier 1991, il est nommé directeur artistique du festival de musique ancienne d'Innsbruck (Innsbrucker Festwochen der Alten Musik) ; en 1992 de Deutsche Staatsoper Unter den Linden de Berlin le désigne comme chef principal invité et conseiller artistique pour le répertoire des opéras des xviie et xviiie siècles. Grâce au soutien déterminant de ces deux institutions, il réhabilite les grands compositeurs allemands d'opéra du xviiie siècle : Cleopatra e Cesare de Carl Heinrich Graun (Berlin, 1992), Orpheus de Georg Philipp Telemann (Innsbruck, 1994), Croesus de [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur d'analyse et de culture musicale à l'École nationale de musique de Montbéliard et au Conservatoire national supérieur de musique de Paris

Classification


Autres références

«  JACOBS RENÉ (1946- )  » est également traité dans :

OPÉRA - Le renouveau de l'opéra baroque

  • Écrit par 
  • Ivan A. ALEXANDRE
  •  • 11 978 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Monteverdi : le texte »  : […] Le premier obstacle qui se dresse entre l'interprète et l'œuvre est le texte. Que dit-il, que cache-t-il ? Quelle familiarité nos yeux peuvent-ils entretenir avec ceux qui l'ont lu jadis ? Entre un passé auquel ne nous rattache aucune tradition et un présent inapte à faire sentir ces beautés lointaines, où le musicien – pour ne rien dire du dramaturge – doit-il s'engager ? Telles sont les question […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/opera-le-renouveau-de-l-opera-baroque/#i_36106

Voir aussi

Pour citer l’article

Denis MORRIER, « JACOBS RENÉ (1946- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/rene-jacobs/