Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

EST-OUEST RELATIONS

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par , et

Confrontation et crises imbriquées (1980-1983)

Tout comme à l'époque de la guerre froide (1947-1953), puis lors de la deuxième crise de Berlin (1958-1961), l'affrontement Est-Ouest se recentre sur l'Europe entre 1979 et 1983. Après les grandes manœuvres périphériques des années 1970, la confrontation se déroule à nouveau sur son terrain initial.

Si les deux crises de Berlin ont été voulues, mises en scène par Moscou, les intentions soviétiques restent plus obscures dans l'affaire des euromissiles. À partir de 1977, l'U.R.S.S. installe, sur ses territoires européen et asiatique, des missiles d'un nouveau type : les SS-20, fusées mobiles, dotées de trois têtes nucléaires, ayant une portée de 5 000 kilomètres. En 1987, le déploiement achevé, les SS-20 sont au nombre de 441, les deux tiers dirigés vers l'Europe occidentale, un tiers vers la Chine et le Japon.

Moscou présente l'opération comme une modernisation, il s'agit de remplacer des SS-4 et SS-5 périmés. Du côté ouest-européen, l'inquiétude se nourrit de deux éléments : la puissance et la précision des SS-20 qui peuvent anéantir les centres nerveux de l'Europe occidentale, matérialisant de manière spectaculaire la possibilité d'un chantage nucléaire permanent ; en outre, les SS-20 ne constituent qu'un des volets du considérable renforcement de la force militaire et géostratégique soviétique, sous l'ère Brejnev. La sonnette d'alarme est tirée, en 1977, par le chancelier ouest-allemand, Helmut Schmidt.

Le déroulement de la crise, entre 1979 et 1983, met en lumière à la fois la permanence de l'antagonisme Est-Ouest et le poids des transformations ou des équivoques charriées par la détente.

Pour les gouvernements ouest-européens, et surtout pour celui de Bonn, il s'agit, face à la novation des SS-20, d'obtenir la réaffirmation de l'engagement américain à leurs côtés, tout en ne fermant pas la porte au dialogue avec Moscou. D'où, d'un côté, le thème du « couplage » ou du « découplage » : afin d'interdire tout risque d'éloignement des États-Unis, il est essentiel que ces derniers ripostent à la menace des SS-20 par l'installation d'armes nouvelles en Europe. D'où, d'un autre côté, la double décision de l'O.T.A.N. du 12 décembre 1979, qui arrête les principes de la « modernisation » occidentale à partir de 1983 (déploiement de Pershing-2 et de missiles de croisière), mais ajoute que « les besoins de l'O.T.A.N. (dans ce type d'armes) seront examinés en fonction des résultats concrets obtenus par la négociation avec l'Union soviétique ». La double décision et surtout l'échéance de 1983 fournissent à l'U.R.S.S. la meilleure des incitations à exploiter le délai fixé pour aviver les tergiversations occidentales et empêcher la mise en place des fusées américaines. Aux États-Unis, l'administration Carter, malmenée par un monde qu'elle appréhende mal, subit, dans cette affaire, les pressions de ses alliés.

En outre, la crise des euromissiles, à travers les manifestations pacifistes, fait des opinions publiques un enjeu qu'il faut rassurer ou inquiéter. Cela n'est certes pas nouveau : déjà l'Appel de Stockholm (1950) recueillait 273 millions de signatures (dont 115 soviétiques) contre la peste atomique et « pour la paix ». L'effervescence antinucléaire de 1981-1983 (tant aux États-Unis qu'en Europe occidentale) entraîne la mise en doute de la dissuasion : les moyens nucléaires, présentés, depuis les années 1950, comme la garantie d'un non-affrontement, d'une compétition pacifique entre l'Est et l'Ouest, apparaissent, pour certains, comme porteurs d'un risque de catastrophe majeure (« Plutôt rouge que mort »). C'est d'abord en Allemagne fédérale, lieu d'une éventuelle bataille européenne, que se développe[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : services rédactionnels de l'Encyclopædia Universalis
  • : professeur à la faculté des sciences ju-ridiques de l'université de Paris-X
  • : conseiller des Affaires étrangères, professeur à l'Institut d'études politiques de Paris, chargé de mission à l'Institut français des relations internationales

Classification

Pour citer cet article

Encyclopædia Universalis, Jacques HUNTZINGER et Philippe MOREAU DEFARGES. EST-OUEST RELATIONS [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Médias

Défilé militaire du 1<sup>er</sup> mai - crédits : Sovfoto/ Universal Images Group/ Getty Images

Défilé militaire du 1er mai

Prisonniers de guerre égyptiens - crédits : Daniel Rosenblum/ Archive Photos/ Getty Images

Prisonniers de guerre égyptiens

Négociations S.A.L.T., 1974 - crédits : Keystone/ CNP/ Getty Images

Négociations S.A.L.T., 1974

Autres références

  • AFRIQUE (Histoire) - Les décolonisations

    • Écrit par
    • 12 424 mots
    • 24 médias
    En Libye, les quatre Grands ne proposèrent aucune solution. Mais la priorité des Occidentaux regroupés dans l'alliance atlantique était d'écarter l'Union soviétique de la Méditerranée et de confier les rênes de la Libye à un pouvoir arabe stable et ami. Les Britanniques n'étaient guère convaincus par...
  • ALLEMAGNE (Histoire) - Allemagne moderne et contemporaine

    • Écrit par et
    • 26 883 mots
    • 39 médias
    ...occupants leur faisaient subir – vers la souveraineté d'abord économique, puis politique, d'abord intérieure, puis extérieure. À mesure que le conflit Est-Ouest s'aggravait, chaque camp cherchait davantage à s'assurer la sympathie des Allemands et faisait accéder « son » Allemagne à un nouveau palier...
  • ALLEMAGNE (Politique et économie depuis 1949) - République démocratique allemande

    • Écrit par et
    • 19 516 mots
    • 6 médias
    L'oppositionOuest-Est se manifesta au niveau des Allemands. Tandis que les chefs politiques des zones occidentales célébraient la générosité américaine, le 23 juillet 1947, le Parti socialiste unifié repoussait le plan Marshall, demandant au contraire la « démocratisation de la vie économique...
  • ALLEMAGNE (Politique et économie depuis 1949) - République fédérale d'Allemagne jusqu'à la réunification

    • Écrit par et
    • 16 391 mots
    • 10 médias
    ...audience réelle était faible. Peu à peu, cependant, leur influence se réduit aux dimensions de leur représentativité effective. La détente dans les rapports Est-Ouest depuis 1987 a provoqué une augmentation rapide des autorisations de départ accordées par les pays d'Europe de l'Est à leurs ressortissants de...
  • Afficher les 28 références