Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

EST-OUEST RELATIONS

1984-1987 : entre le dialogue américano-soviétique et des mutations loin d'être achevées

Au lendemain de la crise des euromissiles, les rapports Est-Ouest et plus précisément le dialogue américano-soviétique s'imposent à nouveau comme l'élément constant d'un monde dont l'axe de gravité se déplace vers l'Asie-Pacifique. Le moment des confrontations spectaculaires – temporairement – passé, les changements majeurs en cours resurgissent avec netteté.

Le cœur du système Est-Ouest est lui-même perturbé. Aux États-Unis, l'ère Reagan paraît devoir se clore de manière misérable avec le scandale de l'Irangate qui éclate en novembre 1986. Depuis le Vietnam et l'affaire du Watergate (1974), la présidence ne parvient pas, ou plus, à concilier responsabilités impériales, exigences de contrôle du Congrès et moralisme de l'opinion. En outre, la fin de l'ère Reagan remet en lumière les échéances plus ou moins reportées : compétitivité de l'industrie américaine face, d'abord, à celle du Japon ; endettement massif, qui fait des États-Unis le premier débiteur mondial ; nécessité de choix budgétaires sévères... D'où des interrogations appelées à peser sur la fin de ce siècle : les États-Unis veulent-ils et peuvent-ils demeurer cette puissance centrale de l'ensemble Atlantique-Pacifique ? La réorganisation de cet ensemble, imposée par les faits depuis la décennie de 1970, n'implique-t-elle pas un autre partage des charges ?

L'Union soviétique, depuis l'avènement de Mikhaïl Gorbatchev, soulève à nouveau les questions qu'ont déjà posées la période de Khrouchtchev puis celle d'Andropov : une réforme d'envergure du système est-elle possible et apportera-t-elle une efficacité adaptée à l'impératif de modernisation technologique ? Les interrogations reçoivent une réponse tragique, avec la catastrophe de la centrale nucléaire de Tchernobyl, en 1986. Le développement politico-militaire a besoin, pour se poursuivre, d'une assise économique solide.

À la fin des années 1980, nul ne sait si Gorbatchev, à l'autorité plus ou moins acceptée, peut gagner ce pari, non seulement sans porter atteinte aux fondements de la société soviétique mais encore sans créer, au sein de l'empire, en Europe de l'Est, des tensions insupportables entre les privilèges des « nomenklaturas » en place et les rêves d'émancipation de la population.

Le mal des États-Unis (vulnérabilité de l'exécutif) et les incertitudes soviétiques rapprochent les deux supergrands, un accord américano-soviétique pouvant contribuer à restaurer une crédibilité presque détruite (Reagan) ou encore en quête d'elle-même (Gorbatchev).

Dès 1984, la reprise active du dialogue américano-soviétique se situe dans les traces laissées par la détente, au début des années 1970 : tenue de sommets (Genève, nov. 1985 ; Reykjavik, oct. 1986 ; Washington, déc. 1987 ; Moscou, mai 1988) et recherche laborieuse mais obstinée d'un nouveau consensus sur la maîtrise des armements.

Mais les enjeux et le processus de rapprochement ne bénéficient plus de la convergence relative des concepts stratégiques, qui avait permis les accords S.A.L.T. I et II. Le président Reagan érige la défense spatiale en symbole de son œuvre historique, bien que le programme I.D.S. perde beaucoup de sa substance entre 1983 et 1986. L'Union soviétique, jusqu'à la rencontre de Reykjavik, prétend abolir les armes nucléaires (plan Gorbatchev, 15 janv. 1986) et insiste sur les liens qui unissent tous les dossiers.

Il n'est pas surprenant qu'en 1987 les négociations Washington-Moscou se nouent sur les armes qui ont suscité l'épreuve de force de 1979-1983 : les euromissiles, ou plus exactement les forces américaines et soviétiques de portée intermédiaire (F.N.I.), du théâtre[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur à la faculté des sciences ju-ridiques de l'université de Paris-X
  • : conseiller des Affaires étrangères, professeur à l'Institut d'études politiques de Paris, chargé de mission à l'Institut français des relations internationales
  • Universalis : services rédactionnels de l'Encyclopædia Universalis

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Défilé militaire du 1<sup>er</sup> mai

Défilé militaire du 1er mai

Prisonniers de guerre égyptiens

Prisonniers de guerre égyptiens

Négociations S.A.L.T., 1974

Négociations S.A.L.T., 1974

Autres références

  • AFRIQUE (Histoire) - Les décolonisations

    • Écrit par Marc MICHEL
    • 12 424 mots
    • 24 médias
    En Libye, les quatre Grands ne proposèrent aucune solution. Mais la priorité des Occidentaux regroupés dans l'alliance atlantique était d'écarter l'Union soviétique de la Méditerranée et de confier les rênes de la Libye à un pouvoir arabe stable et ami. Les Britanniques n'étaient guère convaincus par...
  • ALLEMAGNE (Histoire) - Allemagne moderne et contemporaine

    • Écrit par Michel EUDE, Alfred GROSSER
    • 26 883 mots
    • 39 médias
    ...occupants leur faisaient subir – vers la souveraineté d'abord économique, puis politique, d'abord intérieure, puis extérieure. À mesure que le conflit Est-Ouest s'aggravait, chaque camp cherchait davantage à s'assurer la sympathie des Allemands et faisait accéder « son » Allemagne à un nouveau palier...
  • ALLEMAGNE (Politique et économie depuis 1949) - L'Allemagne unie

    • Écrit par Étienne DUBSLAFF, Universalis, Anne-Marie LE GLOANNEC
    • 9 691 mots
    • 3 médias

    Avec la chute du Mur de Berlin, la fin de la bipolarité, et l'émergence d'un monde confus et multipolaire, l'Allemagne, sous la houlette d'Helmut Kohl (1982-1998), a retrouvé sa souveraineté, mais plus encore, elle a gagné en puissance. Certes, l'unification des deux Allemagnes...

  • ALLEMAGNE (Politique et économie depuis 1949) - Le processus de réunification

    • Écrit par Henri MÉNUDIER
    • 2 739 mots
    • 5 médias
    La réunification est rendue impossible par les exigences de chaque camp. Les Occidentaux ne veulent pas de l'Allemagne neutralisée que propose l'U.R.S.S. Cette dernière rejette l'idée d'élections libres avancée par les Occidentaux dans l'ensemble de l'Allemagne. Un timide dialogue s'engage à partir du...
  • Afficher les 28 références

Voir aussi