DIRECTIVE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Mot sans signification rigide en droit administratif français, mais d'un usage courant, et que des disciplines annexes permettent de préciser.

En droit administratif communautaire européen, la directive est un acte émanant de la Commission ou du Conseil et qui lie les États membres destinataires quant à l'objectif à atteindre tout en leur laissant compétence de déterminer chacun la forme et les moyens de l'action nécessaire. Plus qu'une recommandation et moins qu'un règlement, c'est une obligation de résultat. La hiérarchie militaire connaît aussi des directives analogues, qui sont des instructions émanant du haut commandement, définissant sa conception générale de telle opération, dans le cadre de laquelle chaque échelon subordonné rédige ensuite ses ordres.

Dans le langage administratif, la directive conserve le même sens mais sans véritable sanction juridique. Elle est une indication générale donnée par l'autorité compétente. Les circulaires et instructions de service comportent souvent des directives hiérarchiques relatives à la façon d'appliquer tel texte ou à la conduite à tenir en tel cas. À usage interne, ces directives s'imposent aux agents destinataires mais ne sont pas en principe un élément de légalité opposable aux tiers.

Enfin le droit administratif prospectif, et notamment l'exécution du plan quinquennal national ou la mise en œuvre des schémas directeurs, constitue le domaine dans lequel les directives sont les plus nombreuses. Ces documents ne sont pas des décisions exécutoires, ils n'ont pas de force contraignante, mais les objectifs qu'ils déterminent n'en sont pas moins une obligation de principe pour les personnes publiques.

—  Louis-Jérôme CHAPUISAT

Écrit par :

Classification


Autres références

«  DIRECTIVE  » est également traité dans :

EUROPÉEN DROIT

  • Écrit par 
  • Berthold GOLDMAN, 
  • Louis VOGEL
  •  • 4 258 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Fonctions législatives et réglementaires »  : […] Cette action trouve son fondement dans les traités institutifs de la Communauté : traité de Paris, du 18 avril 1951, pour la C.E.C.A. (ce traité est arrivé à expiration le 23 juillet 2002) ; traités de Rome, du 25 mars 1957, pour la C.E. et l'Euratom . Créant des marchés communs spécialisés, le premier et le dernier contiennent des dispositions concrètes et détaillées, qui ont pu recevoir immédiat […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/droit-europeen/#i_21902

MÉDICAMENTS

  • Écrit par 
  • Paul-Étienne BARRAL, 
  • Hélène MOYSE, 
  • Jean-Yves NAU, 
  • Michel PARIS, 
  • René Raymond PARIS
  • , Universalis
  •  • 9 748 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Suppression des entraves non tarifaires à la libre circulation »  : […] L' autorisation de mise sur le marché est une autorisation nationale, et toute autorisation nationale constitue une entrave non tarifaire. L'article 30 du traité de Rome, qui interdit les entraves non tarifaires aux échanges, et l'arrêt Cassis de Dijon de la Cour de justice européenne, qui impose la reconnaissance mutuelle des autorisations nationales, ne s'appliquent pas au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/medicaments/#i_21902

Pour citer l’article

Louis-Jérôme CHAPUISAT, « DIRECTIVE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/directive/