HAUSMANN RAOUL (1886-1971)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« Un jour il était photomonteur, l'autre peintre, le troisième pamphlétaire, le quatrième dessinateur de mode, le cinquième éditeur et poète, le sixième „optophonéticien“ et le septième il se reposait avec son Hannah. » À Hans Richter, son compagnon d'armes dans l'épopée dada, on doit d'avoir ouvert la voie, dès 1965, à la relecture de l'œuvre de Raoul Hausmann : dans Dada, art et anti-art, Richter imagine qu'un jour sera publié « dans l'Encyclopædia Britannica que ce fanatique de la création a jeté le doute sur quelques-uns des points névralgiques de l'évolution moderne – points dont nous ne sommes pas vraiment conscients encore ».

Le « dadasophe »

S'il fallait dresser une carte de l'itinéraire accompli tout au long de sa vie par Hausmann, une ligne brisée relierait Vienne en Autriche (son lieu de naissance, en 1886) à Berlin de 1900 à 1933, centre culturel propice à sa formation intellectuelle et picturale, où il anime une des branches du mouvement dada, de concert avec Richard Huelsenbeck et Johannes Baader et en lien avec Kurt Schwitters à Hanovre. Cette ligne se prolongerait jusqu'à Limoges, où Hausmann reprend ses recherches en 1945, et les poursuit jusqu'à sa mort en 1971, développant encore son œuvre picturale et photographique et publiant beaucoup. D'autres segments pointeraient Jershof en mer Baltique et l'île de Sylt, en mer du Nord, dans les années 1920, ainsi qu'Ibiza de 1933 à 1936, très présents dans son œuvre de photographe. Figureraient aussi des lieux de transit communs aux exilés de l'époque, à Zurich, Prague et Paris. Ces coordonnées correspondent aux évolutions multiformes d'une œuvre pluridisciplinaire, encore à étudier. En effet, manque une édition accessible des œuvres complètes de celui qui se définissait comme un « homme de 5 000 paroles et de 10 000 formes ». Cependant, une partie de son œuvre commence à faire l'objet de réédition, dont Courrier Dada (1958).

Raoul Hausmann épouse en 1908 la musicienne Elfriede Schaeffer. Peintre, il s'est d'abord formé auprès de son père. Il lit Goethe, Nietzsche, Hölderlin, le libertaire Salomo Friedlaender, alias Mynona, et Whitman, qui lui ouvre « les portes du sentiment d'universalité, d'humanité et de responsabilité ». Hausmann évolue dans les milieux expressionnistes, autour de la revue Der Sturm. En 1916, sa toile Cheval jaune (Musée national d'art moderne - Centre Georges-Pompidou, Paris) témoigne à la fois de son admiration pour Delaunay, de l'esprit du Blaue Reiter, et de l'influence d'artistes russes, que traduit autrement la Composition abstraite de 1918, où l'emploi de papiers collés révèle l'apport du cubisme. La tentation des romantiques allemands, et de Novalis en particulier, d'« écrire pour ne rien dire », les recherches futuristes sur la langue, la poésie d'August Stramm (1874-1915), qui aligne des mots-sons sans relation entre eux, vont être pour lui déterminantes. Désireux de « libérer le parler de l'esclavage grammatical et en même temps [de] donner libre cours à d'autres sonorités que celle que le langage [logique] avait comme base d'expression phonétique et audible », Hausmann assemble des lettres de manière aléatoire. Ses affiches optophonétiques (Plakatgedicht, ou affiche-poème, 1918) et la récitation de ses poèmes phonétiques participent des inventions du groupe dada berlinois. Le « dadasophe » Hausmann, « chanteur de voyelles et de consonnes » et merveilleux danseur (voir son portrait dans ce rôle, par le photographe August Sander en 1929), réalise alors de véritables performances. Il relie « toutes les formes d'expression artistique [...] les unes aux autres » : il s'agit pour lui, dira Vera Broïdo, qui sera sa compagne, d'« une sorte de construction globale du monde ».

La sensibilité aux matières que traduit l'œuvre de l'artiste Hannah Höch, avec laquelle Hausmann aura une liaison, comme sa formation dans le domaine du graphisme, enrichissent son approche. Ensemble, Raoul Hausmann et Hannah Höch participent à des manifestions telles que la Dada Messe de 1920. Pendant la guerre, les lithographies en couleurs sur lesquelles sont collés les portraits photographiques de soldats, vus dans l'île de Wollin en 1918, leur ont donné l'idée de photomontages. Synthetisches Cino der Malerei (1918) et Dada Cino (1919) sont « des tableaux entièrement composés de photos » et d'éléments découpés – lettres typographiques, images de magazines... C'est le temps des engagements contre la société allemande, « contre le Dupontisme de l'âme teutonique », le temps aussi des violentes satires dans les périodiques Die Aktion, Die Freie Strasse ou Der Dada. Mais Dada s'éteint et, lasse d'une vie partagée avec Hausmann et Elfriede, Hannah s'éloigne. Aujourd'hui, la sculpture L'Esprit de notre temps (Tête mécanique), réalisée en 1919 avec une marotte de bois sur laquelle sont apposées différents objets, demeure pourtant, parmi les collections du Musée national d'art moderne à Paris, comme une œuvre emblématique de l'esprit des avant-gardes européennes au xxe siècle.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : conservateur du Patrimoine, musée d'Art moderne de Saint-Étienne

Classification

Autres références

«  HAUSMANN RAOUL (1886-1971)  » est également traité dans :

COURRIER DADA, Raoul Hausmann - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Marcella LISTA
  •  • 1 442 mots

Le 24 juin 1946, Raoul Hausmann (1886-1971) écrivait à son vieux compagnon de route Kurt Schwitters : « Je vais écrire une histoire de Dada en Allemagne. Il faut en finir avec tous les mensonges de Tzara, qu'il était le seul inventeur de Dada, de Ernst (Max) qu'il était l'inventeur du […] Lire la suite

BAADER JOHANNES (1875-1955)

  • Écrit par 
  • Lionel RICHARD
  •  • 895 mots

Johannes Baader est né le 21 juin 1875 à Stuttgart, dans une famille où il a été élevé selon les principes rigoureux du piétisme. D'où certainement, plus tard, sa répulsion pour les religions instituées, ainsi que sa propension à se prétendre lui-même Dieu, ou à la rigueur le Christ réincarné. Toujours est-il qu'il s'est plié à la discipline scolaire, jusqu'à obtenir un diplôme d'architecte dans s […] Lire la suite

HÖCH HANNA (1889-1978)

  • Écrit par 
  • Lionel RICHARD
  •  • 1 012 mots

Hanna Höch est née le 1 er  novembre 1889 à Gotha, dans une famille aisée. Son père dirigeait la succursale d'une compagnie d'assurances. Sa mère pratiquait la peinture en amateur. À quinze ans, Hanna, qui est l'aînée de cinq enfants, quitte le lycée pour s'occuper de sa jeune sœur Marianne. Six ans plus tard, elle décide de revenir à des études. S'échappant du pesant milieu provincial de la Thuri […] Lire la suite

HUELSENBECK RICHARD (1892-1974)

  • Écrit par 
  • Giovanni LISTA
  •  • 650 mots

Avant la Première Guerre mondiale, Richard Huelsenbeck, né à Frankenau en Allemagne, est déjà parmi les jeunes poètes et écrivains expressionnistes qui fréquentent, à Berlin, le café des Westerns et affichent des idées antimilitaristes. Réformé en février 1916, il rejoint à Zurich Hugo Ball, qui vient de fonder le cabaret Voltaire. Dès son arrivée, il canalise l'action dadaïste vers la provocation […] Lire la suite

OPTIQUE ET CINÉTIQUE ART

  • Écrit par 
  • Arnauld PIERRE
  •  • 4 642 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Cybernétique et musique des couleurs »  : […] Nicolas Schöffer (1912-1992), de son côté, s'est servi de ses constructions de plans dans l'espace comme de réflecteurs dont la structure prend forme d'anamorphose dans le jeu des éclats lumineux et des ombres portées ( Lux   I , 1957). Plus tard, les Chronos intègrent dès la conception leur propre programmation mouvante et lumineuse, commandée par un servo-mécanisme ( Chronos   10 , 1969). Port […] Lire la suite

PHOTOGRAPHIE (art) - Photographie et peinture

  • Écrit par 
  • Jean-Luc DAVAL
  •  • 5 273 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « La photographie se libère »  : […] Lorsqu'en 1888 apparaît le petit Kodak, un appareil simple, léger et de maniement facile : « Appuyez sur le bouton, nous ferons le reste », une page est tournée, la photographie peut être pratiquée par tout le monde. Quand ce sera par des artistes comme Bonnard ou Vuillard, ils parviendront tout naturellement à y inscrire la vision qu'ils développent ailleurs comme peintres. Mais qu'allait-il adve […] Lire la suite

PHOTOMONTAGE

  • Écrit par 
  • Marc-Emmanuel MÉLON
  •  • 1 220 mots

L'entre-deux-guerres fut la période glorieuse de l'histoire du photomontage qui fut alors exploité par de nombreux peintres, photographes, graphistes, typographes et publicitaires. Pratiqué sporadiquement au cours du xix e siècle sans que son usage soit sous-tendu par une réflexion sur la spécificité de ce moyen d'expression — excepté peut-être par les photographes victoriens C. G. Rejlander et H […] Lire la suite

Pour citer l’article

Martine DANCER, « HAUSMANN RAOUL - (1886-1971) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/raoul-hausmann/