BAADER JOHANNES (1875-1955)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Johannes Baader est né le 21 juin 1875 à Stuttgart, dans une famille où il a été élevé selon les principes rigoureux du piétisme. D'où certainement, plus tard, sa répulsion pour les religions instituées, ainsi que sa propension à se prétendre lui-même Dieu, ou à la rigueur le Christ réincarné. Toujours est-il qu'il s'est plié à la discipline scolaire, jusqu'à obtenir un diplôme d'architecte dans sa ville natale. Ensuite, il a adopté pour spécialisation la construction des monuments funéraires dans les cimetières.

Mais ses contrats ne semblent pas avoir été nombreux. En 1913, alors qu'il est marié et père de trois enfants, l'arrivée d'un quatrième étant imminente, le ménage ne survit que grâce à l'argent que sa femme gagne comme nourrice à domicile. Il passe son temps à élaborer chimériquement les plans d'une « architecture spirituelle », en correspondance avec un prophétisme messianique universel.

En août 1914, convoqué devant les autorités militaires, il est réformé pour psychose maniaco-dépressive. Ce qui lui vaut, dans l'immédiat, d'échapper à une incorporation. Au demeurant, bien des légendes courent sur sa prétendue opposition à la guerre, entretenues par les ouï-dire et les notes qu'il a laissées. Parmi celles-ci, une lettre fantaisiste de 1916 au prince Frédéric-Guillaume, apparemment jamais envoyée. L'allégation selon laquelle il aurait été condamné à une peine de prison ne repose sur aucune preuve. Ce qui est certain, c'est qu'à la fin de la guerre il a accompli sans regimber son « devoir patriotique » en Belgique, dans les services auxiliaires de l'armée de Guillaume II.

Plusieurs dadaïstes allemands l'ont décrit comme un illuminé et un mystificateur au comportement déroutant. Wieland Herzfelde a raconté comment lui-même et ses camarades l'ont rencontré par hasard à Berlin chez leur imprimeur au début de novembre 1918, en allant y chercher des exemplaires de leur revue Die Pleite. Baader se rendait là aussi pour récupérer des paquets d'une brochure publiée en 1914 à ses frais, Quatorze Lettres adressées à Jésus-Christ, où il se donne pour la réincarnation du Sauveur, e [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  BAADER JOHANNES (1875-1955)  » est également traité dans :

DADA

  • Écrit par 
  • Henri BEHAR, 
  • Catherine VASSEUR
  •  • 5 737 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'objet dada »  : […] d'œuvres est au programme. Parmi la débauche d'objets présentés figurent L'Archange prussien de John Heartfield et Rudolf Schlichter et le Plasto-Dio-Dada-Drama de Johannes Baader, dont l'élaboration répond à l'appel de Hausmann et Huelsenbeck en faveur de « l'introduction de nouveaux matériaux en art […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dada/#i_49800

Pour citer l’article

Lionel RICHARD, « BAADER JOHANNES - (1875-1955) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/johannes-baader/