INDE (Le territoire et les hommes)L'économie contemporaine

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

quelques données-clés.
CapitaleNew Delhi
Unité monétaireroupie (INR)
Population1 344 141 000 (estim. 2021)
R.N.B. par habitant (USD)1 900 (2020)

En 1947, année de son indépendance, l'Inde était un des pays les plus avancés du monde non occidental en raison de ses élites modernes, de ses infrastructures, de ses noyaux industriels – développés par des entrepreneurs ambitieux et pugnaces, face aux mesures démobilisatrices voire coercitives de la puissance coloniale britannique –, en raison également des progrès de certaines zones agricoles. En même temps, alors qu’Adam Smith, en 1776, la décrivait comme un pays de cocagne, l’Inde était devenu en 1947 l’un des pays les plus pauvres du globe. Cette « colonie extractive » (on distingue les colonies d’implantation des colonies extractives, organisées par la métropole pour « l’extraction » de leurs ressources) avait connu une baisse nette de son P.I.B. au cours du xixe siècle. De 1901 à 1947, la croissance n’avait été que de 0,1 p. 100 par habitant, taux absolument dramatique pour la population. Enfin, l’Inde restait politiquement morcelée – Londres ne croyait pas à son unité après l’indépendance. À partir de la mutinerie de 1857, ses structures sociales, ses nombreuses identités culturelles, ethniques et religieuses avaient été particulièrement bousculées par l’accélération de la politique du « divise et règne » britannique.

La nécessité de stabiliser le pays réclamait, à parité avec la volonté de développement économique, une mobilisation des énergies, une structuration du champ politique, ainsi que la recherche d’un compromis entre les divers « modernistes » et « traditionalistes » indiens.

Le choix du Premier ministre Jawaharlal Nehru – choix confirmé et prolongé après sa mort en 1964 – d’une économie mixte, en partie planifiée, a permis la généralisation géographique de l'accès aux infrastructures, la diffusion de l'industrialisation, et l’élaboration d’une politique sociale remarquable pour un pays traditionnellement inégalitaire. Celle-ci a mis fin aux famines séculaires. Elle a aussi allongé l'espérance de vie, scandaleusement basse en 1947 (27 ans !). Dans le cadre d’un système économique plus libérale mis en place à partir de 1991, la transition démographique s'achève en Inde du Sud à partir de la décennie 2000, même si le Nord (en particulier la zone culturelle de langue hindi ou hindi belt) est en retard. Ces transformations ont contribué à asseoir l'équilibre sociopolitique de la plus grande démocratie du monde.

Le contexte socio-économique de la naissance de l'État indien ainsi que le « tiers-mondisme » de la période des indépendances – dont l'Inde est alors l'un des fers de lance – expliquent le choix initial d'une politique économique autocentrée et la substitution des productions nationales aux importations, ce qui a donné autant de degrés de liberté pour la politique économique intérieure. Transformation lente, complexe, parfois frustrante, mais massive de 1947 à 1991.

Si ce modèle a trouvé dans les années 1970 ses limites (débuts de pénurie de type socialiste dans les infrastructures, obsolescence de l'appareil industriel par limitation des importations de biens d'équipement), la période 1947-1980 n'en aura pas moins préparé la suivante – de 1980 à nos jours –, celle de l'essor économique d'une Inde qui affirme aujourd'hui sa place dans le monde. Depuis les galops d’essai de simplification administrative de la décennie 1980 et encore plus à partir de la décennie 1990, l'industrie s'est remise à niveau par rapport à ses concurrents mondiaux et les services ont connu une croissance incomparable. L'Inde dispose aujourd'hui encore (alors que la Chine les perd) des atouts d'un pays à bas coûts, ce qui permet à nombre de ses entreprises de trouver leur place dans l'économie mondiale. Mais avant tout, sa diversité en fait un véritable laboratoire, accélérant par là même ses capacités de rattrapage technologique.

Bien qu'atténuées aujourd'hui (la pauvreté recule) les contradictions indiennes restent importantes. Elles sont au cœur des débats sur ce pays d'un milliard d'habitants. Dans quelle mesure les réformes économiques vont-elles permettre à l'ensemble de la population et du territoire de rejoindre le mouvement de modernisation en cours ? La question est cruciale, car c'est à cette condition que le rattrapage macro-économique de l'Inde, encore pauvre en moyenne, sera durable, que sa croissance sera soutenable, et que son modèle de société sera équilibré. Or l’Inde se décentralise de plus en plus politiquement, ses gouvernements d’alliance ne sont pas toujours assez fort et ses relais administratifs souvent inefficaces et corrompus : elle est à la peine pour trouver son modèle macro-économique, connaissant même une régression dans le classement mondial des indicateurs de développement humain. C’est qu’en parallèle de la modernisation économique, qui se déroule dans des « poches » de plus en plus larges, la modernisation politique et sociale du pays se joue autour de la question de la cohésion entre zones rurales et urbaines, ainsi qu’autour de celle de la résorption massive de la pauvreté – que la Chine ou le Brésil ont su mettre en marche mais qui ne démarre pas en Inde. Les voies du développement indien ne sont sans doute pas telles que Jawaharlal Nehru les avait pensées – la société civile jouant désormais un rôle d’aiguillon de plus en plus important –, mais celles-là auront préparé celles-ci.

Les lignes de force : la mosaïque indienne

Le cadre politique

L'Inde est un des rares pays d'Asie à connaître depuis son indépendance un système parlementaire ponctué d'élections régulières, avec une presse très libre et une alternance gouvernementale. Ses dirigeants ont montré de remarquables capacités à digérer les crises, malgré de fréquentes turbulences et les heurts entre communautés. C'est que le système démocratique est très enraciné : depuis les embryons d'institutions démocratiques de la fin du xixe siècle britannique (district boards, assemblées provinciales élues au système censitaire), jusqu’aux structures fédérales considérablement décentralisées depuis les années 1990, embarquant des millions d'individus des campagnes dans le système de la démocratie représentative.

À la mort de Nehru, en 1964, le Parti du Congrès désigne Lal Bahadur Shastri pour être son successeur. À la mort prématurée de celui-ci en 1966, le Congrès désigne la fille de Nehru, Indira Gandhi, qui se maintiendra au pouvoir en gagnant les élections sans discontinuer, à part un bref passage dans l'opposition (1977-1980) – passage dû à l’impopularité de l’état d’urgence qu’elle avait décrété entre 1975 et 1977 et au cours duquel elle avait suspendu de nombreuses règles démocratiques, hormis les éle [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 19 pages

Médias de l’article

Planning familial

Planning familial
Crédits : Three Lions/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Inde : population active

Inde : population active
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Inde : surface irriguée

Inde : surface irriguée
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Inde : consommation d'engrais chimiques

Inde : consommation d'engrais chimiques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Afficher les 11 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur honoraire des Instituts universitaires de hautes études internationales et d'études du développement, Genève (Suisse)
  • : chercheur C.N.R.S. au Centre d'économie de l'université Paris Nord

Classification

Autres références

«  INDE  » est également traité dans :

INDE (Le territoire et les hommes) - Géographie

  • Écrit par 
  • Philippe CADÈNE, 
  • François DURAND-DASTÈS, 
  • Georges MASCLE
  •  • 16 377 mots
  •  • 9 médias

L'Union indienne s'étend sur un vaste territoire d'environ 3 287 263 kilomètres carrés et rassemble près de 1,2 milliard d'habitants en 2013. Cet espace, grand comme six fois la France et abritant près d'un sixième de la population mondiale, appartient à l'Asie des hautes densités dont il résume les caractéristiques essentielles. Alors que les massifs montagneux, tout particulièrement la […] Lire la suite

INDE (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Christophe JAFFRELOT, 
  • Jacques POUCHEPADASS
  • , Universalis
  •  • 22 901 mots
  •  • 26 médias

L'Inde a produit, au IIIe millénaire avant notre ère, une des premières grandes civilisations de l'histoire humaine. L'un des traits saillants de l'histoire indienne jusqu'aux alentours de l'époque du Christ est la diffusion graduelle à travers le subcontinent de la conception brahmanique de l'ordre social, sous la forme de la combinaison organique des […] Lire la suite

INDE - Les institutions

  • Écrit par 
  • Samuel BERTHET
  •  • 4 387 mots
  •  • 3 médias

Les institutions indiennes régissent la plus grande démocratie du monde. Au-delà du cliché, l’expression correspond à un fait concret : la tenue régulière et sans interruption de consultations électorales libres du plus grand électorat du monde, et ce depuis les législatives de 1951-1952, quatre ans après l’ind […] Lire la suite

INDE (Arts et culture) - Les doctrines philosophiques et religieuses

  • Écrit par 
  • Jean FILLIOZAT
  •  • 16 834 mots
  •  • 3 médias

Les littératures philosophiques de l'Inde sont parmi les plus variées et les plus abondantes du monde ; elles correspondent à une production ininterrompue depuis la fin du deuxième millénaire avant notre ère jusqu'à nos jours et dans une aire culturelle immense. Elles se sont d'autre part largement répandues à travers toute l'Asie centrale et orientale et dans tout le Sud-Est asiatique.La spéculat […] Lire la suite

INDE (Arts et culture) - Les sciences

  • Écrit par 
  • Francis ZIMMERMANN
  •  • 14 264 mots
  •  • 2 médias

L'histoire des sciences, au sens où nous l'entendons en Occident, a bénéficié d'apports spécifiques de l'Inde, au moins dans trois domaines : l'astronomie, les mathématiques et les sciences médicales. D'autres disciplines scientifiques, la physique par exemple, n'ont pas été cultivées en Inde, sinon sous une forme purement spéculative. À bien des égards, […] Lire la suite

INDE (Arts et culture) - Langues et littératures

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DURIX, 
  • Jacqueline FILLIOZAT, 
  • François GROS
  •  • 10 533 mots
  •  • 3 médias

Dans le sous-continent indien aux côtés du bloc dravidien, des groupes munda et tibéto-birman, le groupe linguistique de loin le plus important est le groupe indo-aryen. Les langues indo-aryennes forment la branche indienne de la famille indo-européenne. Elles sont parlées par 78 p. 100 de la population actuelle du sous-continent, soit 73 p. 100 des Indiens, la quasi-totalité des Pakistanais, 70 p […] Lire la suite

INDE (Arts et culture) - L'art

  • Écrit par 
  • Raïssa BRÉGEAT, 
  • Marie-Thérèse de MALLMANN, 
  • Rita RÉGNIER
  •  • 49 163 mots
  •  • 62 médias

L'art indien a fourni une contribution importante et originale au patrimoine artistique de l'humanité.Contribution importante par la persistance, jusqu'à l'époque contemporaine, d'une tradition dont les manifestations matérielles n'apparaissent guère avant le iiie siècle avant l'ère chrétienne, mais qu'on ne […] Lire la suite

INDE (Arts et culture) - L'expansion de l'art indien

  • Écrit par 
  • Bernard Philippe GROSLIER
  •  • 5 221 mots
  •  • 6 médias

Nul océan ne mérite mieux son nom que l'océan Indien. Non seulement l'Inde y enfonce son formidable soc mais, de plus, sa civilisation en a parcouru toutes les eaux et en a modelé les rivages orientaux à son image. Par son amplitude géographique et son poids sur le cours des peuples, l'expansion indienne est un des mouvements les plus importants de l'histoire.À l'ouest, certes, les échanges ont su […] Lire la suite

INDE (Arts et culture) - Le cinéma

  • Écrit par 
  • Amandine D'AZEVEDO, 
  • Charles TESSON
  •  • 6 967 mots

Le cinéma indien reste pour beaucoup de gens associé à un nom, celui de Satyajit Ray, l’auteur du Salon de musique (1958), et à un record : 1907 films en 2015, qui font de ce pays le plus gros producteur de films du monde. C’est là son double visage. D’un côté, la tradition d’un cinéma d’auteur, d’artistes, associé à un nom (Ray), à […] Lire la suite

INDE (Arts et culture) - Les mathématiques

  • Écrit par 
  • Agathe KELLER
  •  • 5 560 mots
  •  • 3 médias

On traitera ici des pratiques et pensées mathématiques qui ont eu cours dans le sous-continent indien – en « Asie du Sud », comme on dit communément dans les pays anglo-saxons –, puisque l’aire géographique concernée couvre tout autant l’Inde que le Pakistan, le Bangladesh, le Bhoutan et l’île de Ceylan actuels. Qu’il s’agisse de sources archéologiques ou de textes écrits dans de multiples langues […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Gilbert ÉTIENNE, Joël RUET, « INDE (Le territoire et les hommes) - L'économie contemporaine  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/inde-le-territoire-et-les-hommes-l-economie-contemporaine/