Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

CHALLE MAURICE (1905-1979)

Maurice Challe est né le 5 septembre 1905 au Pontet (Vaucluse). À sa sortie de Saint-Cyr, il choisit l'aéronautique. En 1927, il est lieutenant pilote. Il fait une carrière rapide dans les états-majors d'escadre, à la tête de la 2e escadrille de la 35e escadre, de 1934 à 1936, puis, après son passage à l'École supérieure de guerre aérienne, à l'état-major de la VIIe armée en 1939 et du grand quartier général des forces de l'air en 1940.

Après la défaite, il appartient brièvement à une sous-commission de la commission d'armistice à Wiesbaden. Il prend ensuite le commandement du groupe de reconnaissance 2/14 à Avignon en 1941. La zone libre envahie, il dirige le réseau de renseignements Villon S. R. Air qui fournit aux Alliés l'ordre de bataille aérienne allemand à l'ouest.

Paris libéré, le lieutenant-colonel Challe combat avec la 11e brigade française de bombardement. Sous-chef de l'état-major de l'armée de l'air le 10 juin 1947, il est, deux ans plus tard, général de brigade aérienne et commandant de l'air au Maroc. En 1953, il dirige l'état-major particulier du secrétaire d'État à l'air, puis prend la tête du Centre d'enseignement supérieur aérien et de l'École de guerre aérienne. Il passe de l'armée de l'air à l'état-major des forces armées et se trouve à la charnière des grandes décisions politiques et militaires. Chef de l'état-major en 1955, sous les ordres du général Ély, il joue en 1956 un rôle très important dans les négociations franco-anglaises qui préparèrent l'affaire de Suez.

Il ressent de l'échec de l'opération et de ses contacts avec le monde politique d'alors une certaine amertume. Il a cependant la réputation d'un officier républicain et, comme il le dira, il « penche à gauche ».

Il critique, en outre, l'insuffisance d'une stratégie d'ensemble en Algérie.

En mai 1958, soupçonné d'être sorti de ses attributions en liaison avec les événements d'Alger, le général Challe est convoqué par Pierre de Chevigné, ministre de la Défense nationale, qui lui notifie une mesure d'éloignement immédiat à Brest.

Le général de Gaulle, à son arrivée au pouvoir, lui rend son poste. Puis Maurice Challe est nommé, le ler octobre, adjoint interarmées au général Salan en Algérie.

Celui-ci perd, le 10 décembre, ses fonctions de délégué général, qui sont confiées à Paul Delouvrier, et de commandant en chef, qui sont attribuées au général Challe. Les deux hommes agissent en parfait accord.

Le commandant en chef, pour sa part, réorganise le dispositif militaire, constitue une puissante réserve générale et lance une série d'opérations d'ouest en est. À Paris, il avait cru à une solution politique du problème algérien.

Sur place, le succès de sa méthode offensive l'amène à croire possible une victoire militaire. Celle-ci donnerait à la France un délai suffisant pour mettre en place, à moyen terme, une formule d'indépendance.

Ainsi fait-il accepter par des cadres réticents, à la fin d'août 1959, la politique gaulliste d'autodétermination. Mais les chefs de ses réserves générales, parachutistes notamment, sont en désaccord avec cette politique. En janvier 1960, lorsque éclate à Alger l'affaire des barricades, le commandant en chef se trouve partagé, à la fois sans véritable prise sur les événements et sensible à l'atmosphère d'Alger plus qu'aux ordres de Paris. Il reste, sans enthousiasme, fidèle au gouvernement et finit, poussé par Paul Delouvrier, par gagner, pour échapper à la pression algéroise, son état-major de la Reghaïa.

Son attitude est jugée sévèrement par le général de Gaulle. En mai 1960, Maurice Challe est nommé commandant en chef des forces alliées Centre-Europe à Fontainebleau.[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • ALGÉRIE

    • Écrit par Charles-Robert AGERON, Universalis, Sid-Ahmed SOUIAH, Benjamin STORA, Pierre VERMEREN
    • 41 835 mots
    • 22 médias
    Au cours de l'année 1959, la guerre atteint son paroxysme avec le plan mis au point par le général Maurice Challe, commandant militaire de l'Algérie. Les opérations « Jumelles » déclenchées par l'armée française affaiblissent considérablement les maquis de l'intérieur. Plus de 2 millions de...
  • GUERRE D'ALGÉRIE

    • Écrit par Benjamin STORA
    • 6 112 mots
    • 13 médias
    Au cours de l'année 1959, la guerre atteint son paroxysme avec le plan mis au point par le général Maurice Challe, commandant militaire de l'Algérie. Les opérations « Jumelles » déclenchées par l'armée française affaiblissent considérablement les maquis de l'intérieur. Plus de 2 millions de...
  • GUERRE D'ALGÉRIE - (repères chronologiques)

    • Écrit par Sylvain VENAYRE
    • 209 mots

    1er novembre 1954 Déclenchement de l'insurrection armée par le F.L.N. nouvellement créé.

    12 mars 1956 L'Assemblée nationale vote la loi sur les « pouvoirs spéciaux » pour l'Algérie.

    20 août 1956 Congrès de la Soummam où le F.L.N. définit sa stratégie.

    7 janvier 1957...

  • PUTSCH DES GÉNÉRAUX (1961)

    • Écrit par Pierre-Robert LECLERCQ
    • 381 mots
    • 1 média

    À la suite de la conférence de presse du 11 avril 1961 où le président de Gaulle précise ses intentions quant à l'Algérie, les généraux Challe, Jouhaud et Zeller quittent la France et prennent le pouvoir à Alger dans la nuit du 21 au 22 avril. Venant d'Espagne, le général Salan les...

Voir aussi