PSYCHOPATHIA SEXUALIS, Richard von Krafft-EbingFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Publié au cours de l'année 1886, Psychopathia Sexualis est devenu immédiatement un best-seller de la littérature psychiatrique, traduit très vite en plusieurs langues. Avec cette étude médico-légale d'une sélection de cas exemplaires, Richard Freiherr von Krafft-Ebing (1840-1902) étendait au domaine de la sexualité son travail de classification des maladies mentales basé sur la description des symptômes, déjà entamé dans son manuel de psychiatrie (Lehrbuch der Psychiatrie, 1879). L'ouvrage est caractéristique de cette période de la psychiatrie où se multiplient les essais de nosographie – le Traité de psychiatrie d'Emil Kraepelin est paru trois ans plus tôt –, où entre en scène aussi la notion de perversion, dans un contexte de rivalité entre spécialistes et de répression pénale. Krafft-Ebing a surtout assuré sa postérité en introduisant pour la première fois dans la classification des perversions les notions de sadisme, de masochisme et de fétichisme, utilisées encore aujourd'hui.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : professeur des Universités, docteur en médecine, directeur du Ludwig Boltzmann-Institut für Suchtforschung

Classification

Autres références

«  PSYCHOPATHIA SEXUALIS, Richard von Krafft-Ebing  » est également traité dans :

KRAFFT-EBING RICHARD VON (1840-1902)

  • Écrit par 
  • Jacques POSTEL
  •  • 293 mots

Psychiatre allemand. Après des études de psychologie et de médecine en Suisse, puis en Allemagne où il est l'élève de Griensinger, Krafft-Ebing est nommé professeur de psychiatrie, successivement à Strasbourg, à Graz et enfin à Vienne, où il remplace Meynert en 1889. Quoique peu favorable aux premiers travaux de Freud sur les névroses (« Ça ressemble à un conte de fées scientifique », déclare-t-il […] Lire la suite

TRANSSEXUALISME

  • Écrit par 
  • Sylvie SESÉ-LÉGER
  •  • 4 175 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Naissance d'une entité pathologique »  : […] Des troubles s'apparentant au transsexualisme existaient certainement déjà dans l'Antiquité, mais ils n'entraient pas dans le champ médical, car, jusqu'au xix e siècle, les comportements déviants et notamment sexuellement déviants relevaient de la compétence des juristes et des hommes d'Église. C'est, sans doute, Jean Esquirol qui décrit en 1838 le premier cas de transsexualisme dans son ouvrage […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Alfred SPRINGER, « PSYCHOPATHIA SEXUALIS, Richard von Krafft-Ebing - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/psychopathia-sexualis/